PDA

Voir la version complète : Facilitations douanières : De nouveaux cahiers des charges pour les grandes entrepris


Zacmako
19/05/2008, 06h28
Facilitations douanières : De nouveaux cahiers des charges pour les grandes entreprises
par K. Assia
Du nouveau dans le cadre des facilitations douanières. Des cahiers des charges seront élaborés et signés prochainement entre les services des douanes algériennes et les grandes entreprises nationales et étrangères. Une nouvelle procédure qui vise à simplifier le contrôle aux importateurs et aux investisseurs potentiels, a-t-on appris hier à l’occasion de la 2ème conférence nationale des cadres des douanes qui se tient depuis samedi à l’Ecole supérieure des douanes d’Oran. «Nous sommes en train de réfléchir pour établir des contrats de confiance avec des opérateurs connus et nous allons signer des cahiers des charges pour que ces entreprises passent au circuit vert », a expliqué le directeur général des douanes algériennes, M. Mohamed Abdou Bouderbala. Il s’agit de cahiers des charges où toutes les closes seront définies en application de la réglementation douanière.
En effet, cette mesure de facilitation, accordée principalement aux opérateurs économiques, vise principalement à alléger le processus de contrôle et, par conséquent, de dédouanement et d’enlèvement des marchandises dans les enceintes portuaires. Un « privilège » qui peut être annulé à tout instant dans le cas où le contrôle a posteriori révèle une quelconque anomalie. Dans ce cas de figure, les mesures initiées par l’administration douanière consistent à annuler le cahier des charges. En outre, le contrôle sera plus sévère. Ainsi, les opérateurs économiques potentiels sont appelés à respecter les clauses du cahier des charges afin de bénéficier des avantages qu’offre ce « contrat de confiance ».
Pour concrétiser cette opération, une action de classification des grandes entreprises sera établie incessamment afin d’alléger le travail dans les enceintes portuaires et de s’occuper des autres importateurs, nous précise-t-on.
A vrai dire, cette action intervient au moment où les douanes algériennes prévoient la création d’une sous—direction chargée des facilitations douanières pour promouvoir la simplification des échanges commerciaux aux investisseurs, aux exportateurs et aux auxiliaires des douanes. Dans cet ordre d’idées, le premier responsable des douanes insiste pour que les douaniers connaissent leurs clients et apprennent à connaître leurs territoires. Une maîtrise jugée indispensable pour permettre aux agents d’être au diapason des échanges économiques internationaux. A ce titre, selon le même responsable, la douane passe de sa fonction traditionnelle de recouvrement fiscal et de contrôle des personnes et des marchandises aux frontières à une fonction de protection de l’économie nationale. Tout en préconisant l’instauration d’une politique de production qui s’appuie sur des indices de perfectionnement, notre interlocuteur vise, à travers cette conférence, à instituer une culture de résultat.
«L’intérêt de ces conférences nationales est que les responsables des douanes au niveau national sentent qu’ils font partie intégrante de ce vaste programme de modernisation. Ce sont des conférences d’évaluation qui permettront d’avoir une vision sur l’ensemble des actions entreprises. Nous allons affiner la demande de travail et l’analyse au détail, orienter et donner des directives pour l’année prochaine », a-t-il indiqué. De nouvelles approches qui permettront au corps douanier une meilleure performance, sachant qu’une première évaluation des actions menées s’annonce positive, selon le même responsable, vu les grandes actions menées dans le cadre de la formation et de la modernisation de l’administration douanière.
Tout en soulignant cette nette amélioration, les douaniers lancent le défi pour arriver à une mise à niveau de l’administration douanière en rappelant qu’un pas a été franchi avec un recouvrement fiscal qui a augmenté, la lutte contre la contrebande et la corruption, la formation aux métiers spécifiques et le recrutement de 4.000 agents.
Quotidien d'Oran

Cookies