PDA

Voir la version complète : Sellal écarte de nouveau toute augmentation du prix de l’eau


bledard_for_ever
19/05/2008, 08h38
La facture de l’eau ne connaîtra pas de changement pour les ménages. C’est le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, qui l’a réaffirmé hier, à l’occasion d’un regroupement des directeurs de l’Hydraulique des wilayas.

« Ce n’est pas en augmentant les tarifs qu’on va faire baisser la consommation. Je connais la mentalité de mes frères », a déclaré Abdelmalek Sellal qui répondait ainsi à tous ceux qui, autour de lui, préconisaient une augmentation des prix pour économiser le liquide précieux.

Le ministre rassure ainsi que malgré les sommes énormes dégagées par les pouvoirs publics pour la construction de « méga projets », à l’instar de certains barrages, les prix pratiqués aujourd’hui seront maintenus.

Le ministre des Ressources en eaux a indiqué hier, devant ses directeurs locaux, que l’objectif reste d’atteindre 180 litres/jour par habitant d’ici l’horizon 2025.

Il soulignera que pour l’heure, le citoyen dispose, en moyenne nationale, de quelque 165 litres/jour, ce qui, dit-il, n’est pas négligeable si on fait une comparaison avec la ville de Tunis par exemple (125 litres/jour par habitant) ou encore la capitale française, Paris qui ne dispose que de 147 litres pour chaque habitant.

« L’Algérie commence à se doter de moyens importants », dira le ministre qui instruira les directeurs relevant de son secteur à être au rendez vous de 2009, pour finaliser tout le programme dont ils ont la charge.

« L’année 2008 est décisive dans la finalisation des projets inscrits », a-t-il souligné, en adressant cependant un avertissement à peine voilé à l’adresse de certaines directions de wilaya, notamment Mila, Adrar, Blida, Aïn Témouchent (une dizaine en tout) dont le taux de consommation des crédits alloués est inférieur à 10 %. La wilaya de Ouargla n’a pas touché à un sou des crédits dégagés par l’Etat dans le cadre du programme quinquennal du chef de l’Etat en ce qui concerne le secteur de l’eau, ce qui a laissé le ministre « perplexe » devant cette situation pour le moins inédite.

Toutefois, le ministre s’est déclaré satisfait de l’état d’avancement des projets à l’échelle nationale.

D’après un bilan présenté hier à la rencontre organisée au ministère des Ressources en eaux à Kouba, l’Algérie disposera d’ici l’année prochaine, d’un parc de grands ouvrages de mobilisation de ressource, composé de 72 barrages faisant ainsi passer la capacité de mobilisation à 7,4 milliards de M3 d’eau.

L’Algérie, en l’espace de huit années seulement, aura ainsi réussi le pari de construire deux fois plus de barrages que l’ensemble de ce qui a été réalisé en 40 ans d’indépendance.

Le volume d’eau potable produit qui était de 1,25 milliard M3/an est passé à 2,75 milliards en 2007, soit une hausse de plus de 120 %.

Tout comme le raccordement aux réseaux AEP a connu, grâce aux travaux engagés dans le cadre du programme quinquennal, une augmentation de 14 points passant ainsi de 78 % en 1999 à 92 % en 2007.

En matière d’hydraulique agricole, le bilan du ministère fait état d’une évolution importante de la situation des périmètres irrigués.

Il faut savoir qu’à la fin de l’année 1999, l’Algérie comptait quelque 15 grands périmètres irrigués totalisant une superficie équipée de 156.000 hectares et ce, à partir de 19 grands barrages, avec une superficie irriguée moyenne de l’ordre de 35.000 hectares/an.

En 2007, poursuit-on, l’on a enregistré 24 périmètres totalisant une superficie équipée de 219.000 ha, dominés par 29 grands barrages, avec une superficie irriguée moyenne de 45.000 ha/an, soit une augmentation de 10.000 ha par rapport à la période précitée.

La même source fait état de la création de pas moins de 30.000 emplois supplémentaires durant cette progression ainsi qu’une valeur ajoutée additionnelle de l’ordre de 1.2 milliard de DA.

Le ministre des Ressources en eaux, Abdelmalek Sellal, a annoncé hier, que 27 autres barrages seront réalisés durant la période allant de 2009 à 2013.

« Il faut absolument débarrasser le citoyen du problème de l’eau », a-t-il déclaré, en soulignant qu’une attention particulière doit être accordée à l’irrigation agricole.



Le quotidien d'oran

Cookies