PDA

Voir la version complète : les Métiers mondiaux du Maroc


walid85
19/05/2008, 22h52
Sa Majesté le Roi Mohammed VI a présidé, lundi au Palais Royal à Casablanca, la cérémonie de signature d'une convention relative à l'appui à l'investissement industriel et au développement des nouvelles technologies et de deux autres conventions pour la réalisation des études devant aboutir à l'élaboration du processus de mise en œuvre d'un cadre global pour l'émergence industrielle et d'une stratégie intégrée pour le développement de la compétitivité logistique du Maroc.

Ces trois conventions s'inscrivent dans le cadre des Hautes orientations royales visant à consolider l'attractivité du Maroc vis-à-vis des investissements étrangers et nationaux dans des secteurs porteurs à forte croissance.
Au titre de la première convention, le Fonds Hassan II pour le développement économique et social a mobilisé une enveloppe financière de 500 millions de DH pour l'appui à l'investissement industriel dans des secteurs à fort potentiel de croissance qui sont la fabrication des équipements pour les industries automobile et aéronautique et la fabrication des composants d'ensembles et de sous- ensembles électroniques et ce, à travers l'octroi d'aides financières directes à l'acquisition des bâtiments professionnels et des biens d'équipement.

Cette enveloppe financière contribuera également au développement des nouvelles technologies liées à la nanotechnologie, la microélectronique et la biotechnologie sous différentes formes et plus particulièrement, la réalisation de centres de développement technologique. Cette convention a été signée par Karim Ghellab, ministre de l'Equipement et du Transport, et Abdelwahed Kabbaj, président du directoire du Fonds Hassan II pour le développement économique et social.

En effet, le secteur de l'automobile représente un fort potentiel d'investissement pour le Maroc de par sa position géographique notamment sa proximité du marché européen et ses coûts compétitifs des facteurs de production. Pour sa part, le secteur de l'aéronautique est en pleine expansion grâce aux mutations qu'il connaît sur le plan international à travers la mondialisation de ses activités, ce qui a déjà permis d'attirer de nombreuses sociétés, leaders et spécialisées dans ce domaine.

En ce qui concerne le secteur des composants électroniques, il présente aussi un potentiel d'investissement confirmé eu égard aux évolutions rapides que connaît le domaine des nouvelles technologies à l'échelle internationale induisant une demande croissante en composants électroniques.
Quant aux activités liées à la nanotechnologie, à la microélectronique et à la biotechnologie, l'objectif est de créer un environnement et une infrastructure technologique aux standards internationaux.
La deuxième convention, signée par Ahmed Reda Chami, ministre de l'Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies, et Abdelwahed Kabbaj, porte sur la réalisation d'une étude avec une contribution financière du Fonds Hassan II de 20 millions de DH, pour l'émergence industrielle et ce, dans la continuité des études engagées en la matière et particulièrement de l'étude "Emergence" qui a défini une stratégie industrielle et identifié les métiers
porteurs.

Cette étude a pour objectif de créer les conditions favorables à l'émergence de filières industrielles performantes et compétitives à travers le renforcement des "Métiers mondiaux du Maroc" intégrant notamment le développement du concept de pôles industriels de nouvelle génération, de redynamiser le tissu des PME pour en faire émerger des "champions" et d'ériger le secteur industriel dans son ensemble en véritable moteur de croissance.

La troisième convention concerne le financement par le Fonds Hassan II, pour un même montant, d'une étude portant sur la définition d'un cadre de mise en place d'une stratégie cohérente et intégrée de développement de la compétitivité logistique du Maroc. Ceci se traduira particulièrement par l'élaboration d'un schéma directeur des plates-formes logistiques, d'un plan national de formation dans ce domaine et par la mise en place d'un observatoire spécialisé. Les mesures et projets qui seront retenus à l'issue des processus ainsi engagés seront mis en oeuvre dans un cadre de partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).

Cette convention a été signée par Salaheddine Mezouar, ministre de l'Economie et des Finances, Ahmed Reda Chami et Abdelwahed Kabbaj.
Ainsi, le Maroc, compte tenu du renforcement de sa position logistique et de ses conditions de production plus compétitives à travers la qualité de ses infrastructures de base et son dispositif d'encouragement à l'investissement, pourrait bénéficier des retombées du potentiel d'investissement dans le secteur industriel à forte croissance et à forte valeur ajoutée, ce qui lui permettra de s'ériger en véritable plate-forme de production et d'exportation.
Cette cérémonie s'est déroulée en présence du Premier ministre, Abbas El Fassi, des conseillers de S.M. le Roi, Mme Zoulikha Nasri et Abdelaziz Meziane Belfkih, du ministre de l'Emploi et de la Formation professionnelle, Jamal Rhmani, et du ministre chargé des Affaires économiques et générale, Nizar Baraka.

Cookies