PDA

Voir la version complète : Le spectre de la peste plane sur Alger


nassim
20/05/2008, 23h38
Si le rat noir a envahi l’Europe au XIIIe siècle en propageant la peste, huit siècles plus tard, c’est Alger qui risque de connaître le même sort. L’opération de dératisation a été oubliée par les autorités locales donnant ainsi une opportunité à ce vecteur de maladies, notamment la peste. Le président de l’Académie internationale du rat, basée à Paris, M.Zimmer, a affirmé à L’Expression qu’il a des projets en commun avec la société Cophyd, entre autres, un programme de dératisation de la capitale. «Mais tout dépend des pouvoirs publics, s’ils nous permettent de concrétiser ce projet», a affirmé, pour sa part, le directeur général de la société Cophyd, M.Laribi.

Après la saleté et tous les détritus qui jonchent les rues, ce sont les rats qui envahissent Alger. Jadis, ce mammifère vivait dans les égouts et ne sortait que la nuit, craignant la lumière et le brouhaha de la ville. Aujourd’hui, il se faufile dans les ruelles et les boulevards, en plein jour, heurtant la sensibilité des gens. Et s’il se sent menacé, il peut devenir très agressif et n’hésite pas à attaquer. C’est ce qui ressort, en substance, de la journée d’étude sur la dératisation, tenue hier à Alger. Organisée conjointement par l’Académie internationale du rat, basée à Paris et la société algérienne Cophyd, spécialisée dans les produits d’hygiène et les insecticides, cette rencontre a abordé les aspects négatifs ainsi que positifs de ce mammifère.

Au plan positif, «cet animal est détecteur de maladies. Dès qu’un ou plusieurs rats sont repérés, on devine directement qu’il y a une maladie, voire une épidémie ravageant le lieu», selon Bernard Zimmer, président de ladite Académie. Et lorsque l’on sait qu’il peut être porteur de maladies, la frayeur est suffisante. Les rats, vivant en communauté, ont carrément envahi les toits des maisons dans un bon nombre de quartiers de la capitale. En effet, dans les vieux quartiers, on peut les apercevoir par centaines. Néanmoins, même les quartiers huppés ne sont pas épargnés par ce phénomène. Dans certains de ces quartiers, les rongeurs sortent des sanitaires ou des bouches d’évacuation des eaux usées. Par ailleurs, toutes les méthodes des citoyens pour venir à bout de ce mammifère n’ont pas été efficaces car «la dératisation se fait d’une manière individuelle», souligne Hakim Laribi, directeur général de l’entreprise citée ci-dessus.

Pour ce qui est des campagnes de dératisation, il y a belle lurette qu’elles n’ont pas été menées dans la capitale. Les rats sont très prolifiques, une femelle peut avoir jusqu’à 12 portées par an, soit une par mois. Elle donne en moyenne neuf ratons à chacune d’elles. Il est facile d’imaginer la prolifération de ce rongeur dans la capitale et ses banlieues. Les rongeurs provoquent une multitude de dégâts, endommageant les circuits électriques (câbles informatiques, électriques). Ils provoquent des pannes. Ils déclenchent des alarmes. Ils creusent des galeries sous les digues...Ils sont également porteurs de maladies contagieuses comme la peste, le typhus et la rage.

source : l'Expression

sabina
20/05/2008, 23h42
comment des rats sortent des sanitaires :mad: :22: :mad: :22: :mad: non mais là chui horrifié... aaah pouah, mais vu la colonie de chats qu'on a sur alger... ça diminue pas un peu le phénomène. En tout cas si on revoie la peste et le typhus... :evil:

Cookies