PDA

Voir la version complète : Lutte antiterroriste : l'apport du ciotyen.


l'imprevisible
25/05/2008, 08h04
La sûreté de wilaya de Tizi Ouzou sollicite la population.

Deux faux barrages ont été recensés au cours du week-end dernier dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le premier, qui s’est déroulé jeudi dernier vers minuit, a été tendu par un groupe terroriste composé, selon des sources, de 10 éléments armés de kalachnikovs, au niveau du lieudit Cherchar, près des Ouacifs, sis à environ une quarantaine de kilomètres au sud-est du chef-lieu de wilaya. Le second était «monté», vendredi aux environs de 1h, par un groupe de sept éléments armés au niveau du CW147 sur la route reliant Mechtras à Tizi Ouzou, un peu avant d’arriver à Souk El Thnine, près du lieudit Ighil Ou Menchar.

Les terroristes ont, lors du premier faux barrage, intercepté un jeune homme à bord d’un véhicule et transportant une importante somme d’argent. Selon nos sources, le jeune homme a pu fuir les lieux et échapper ainsi aux «rapaces».
Dans l’autre faux barrage, des citoyens ont été délestés de leur argent et de leurs téléphones portables. Depuis que les forces de l’ordre ont repris du terrain, ces terroristes semblent s’adonner beaucoup plus au banditisme des grands chemins.

Selon des sources, les groupes terroristes semblent avoir «émigré» vers l’est du pays, principalement les monts de Jijel et de Collo.

Cependant, les forces de l’ordre ne baissent pas la garde et les sorties sur le terrain ainsi que les ratissages dans les massifs, et les activités des forces de sécurité dans les villes se multiplient, enserrant les terroristes jusqu’à les cueillir dans leurs antres. La coopération de la population par le renseignement est également à souligner.

D’ailleurs, dans un communiqué de presse, la Sûreté de wilaya a tenu à rendre un vibrant «hommage à la population de Tizi Ouzou qui a contribué à la localisation et à la mise hors d’état de nuire d’un dangereux terroriste, le 19 mai dernier, à la Nouvelle-ville de Tizi Ouzou».

Le communiqué de la Sûreté de wilaya poursuit «dans le souci de contrecarrer toute velléité criminelle, le citoyen est appelé à signaler tous les mouvements ou activités suspects».

A. SAÏD
L'Expression du 25 Mai 2008.

samirlechequier
25/05/2008, 10h10
Le citoyen à toujours été au premier rang dans la lutte anti terroriste. Ces citoyens aimeraient bien en faire plus, armes à la main, comme cela avait été le cas il y a encore quelques années, mais malheureusement les hommes à la tête de l'état ont d'autres priorités.

absent
25/05/2008, 10h19
Ces citoyens aimeraient bien en faire plus, armes à la main

non il ne faut pas samir, seule la DGSN et la police et l'ANP ont ce privilege, je rajoute qu'il faut les former en permanence, avec des instructions très strictes pour eviter tout derapage comme en kabylie. avoir des citoyens armés partout et qui commencent à faire ce qu'ils veulent là où ils veulent moi ça me dit rien qui vaille, on a vu que certains "patriots" avaient versés dans tu sais quoi...
les americains ont un concept interessant par contre : la garde nationale, là pourquoi pas nous inspirer de ce modèle, il y a egalement la suisse qui a un concept similaire, pourquoi pas là encore, ce qui compte c'est de mettre le maximum de gens sur le terrain et l'occuper, ne pas le laisser prendre par la vermine...

tizi oualou
25/05/2008, 10h30
chat echaudé, craint l'eau froide !
les Algeriens savent qu'ils ne peuvent pas s'allier aux autorités, parceque ces dernieres font PARTIE du probleme et non pas de sa solution, ne peut comprendre cela que celui qui a traversé les années noires et rouges du terrorisme, combien sont parties d'haya par naiveté !

samirlechequier
25/05/2008, 10h46
Retirer les armes aux citoyens nécessite d'abord de pouvoir les sécuriser. Actuellement, l'état est loin de pouvoir assurer la sécurité de ces citoyens, surtout en Kabylie. Il y a aussi un fait important, pendant le printemps noir, ces armes n'ont jamais servies contre les forces de l'ordre.

Il y a serte des dérapages qui ont eu lieu, mais en grande majorité, les patriotes ont grandement contribué à sauver des vies.

La solution n'était pas de les désarmer, il aurait fallu les intégrer dans les forces de sécurité au titre de réservistes ou de supplétifs. Cela leur aurait permis de garder leur armes tout en évitant les dérapages.

l'imprevisible
25/05/2008, 17h04
Bonjour.


Effectivement la décision de la mise à l'écart des patriotes est la plus grosse erreur de la fin des années 90.

Je ne t'apprends rien en te disant que ces fameux patriotes sont tous titulaire de leur CARTE MILITAIRE, donc ils ont accomplis leur obligation envers la patrie et reçu la formation déquate . Par définition institutionnelle ils sont réservistes formés et aptes pour les missions visées . Juste pour rappel dans les années 90 il y a eu des cas qui ont été rappelés dans les casernes.

Il y a eu des dérives oui, des cas isolés qui n'ont pas observés les règles ils ont fait objet de sévère très sévère punitions, le tribunal de Blida s'était chargé de plus d'un cas.

Encore pour info le mouvement patriote était structuré et règlementé...ils avaient un statut

Comme je l'ai écrit dans un autre thread, le mouvement des patriotes est une leçon démocratique...

Excellente soirée.

absent
25/05/2008, 17h11
La solution n'était pas de les désarmer, il aurait fallu les intégrer dans les forces de sécurité au titre de réservistes ou de supplétifs. Cela leur aurait permis de garder leur armes tout en évitant les dérapages.

là je suis 100% d'accord, faut les encadrer et les remercier pour l'excellent travail qu'ils ont réalisé.

tizi oualou
25/05/2008, 17h13
la décision de la mise à l'écart des patriotes est la plus grosse erreur de la fin des années 90.

@l'imprevisible

qui a dit que c'est une erreur ? ceux qui l'ont fait, savaient ce qu'ils faisaient, c'etait voulu, intentionnellement, une strategie qui a arrangé bien leur affaires !

elfamilia
25/05/2008, 17h18
Je ne t'apprends rien en te disant que ces fameux patriotes sont tous titulaire de leur CARTE MILITAIRE, donc ils ont accomplis leur obligation envers la patrie et reçu la formation déquate . Par définition institutionnelle ils sont réservistes formés et aptes pour les missions visées .

Tout celà est très juste, pourquoi un service national de 18 mois alors!? Mais ça reste de la théorie, entre cette dernière et la réalité tu terrain aussi complexe que la notre il y a un abîme.

Donner des armes à la population est une "solution extrême".

absent
25/05/2008, 17h28
Juste pour rappel dans les années 90 il y a eu des cas qui ont été rappelés dans les casernes

1993 à 1995 surtout, et c'était des appelés, des gens ayant réalisé un entrainement militaire moins de deux ans auparavant... le temps où y'avait de vrais batailles rangés dans nos montagnes, aujourd'hui ma foi les choses ont évolués, mais elles emprirent un peu depuis quelques mois, faut un tournant securitaire, vivement la presidentielle, qu'un homme fort vienne et fasse le menage un peu...

Cookies