PDA

Voir la version complète : Pour trouver de l’eau, regardons le ciel


Thirga.ounevdhou
22/07/2008, 18h57
Puisque le GPS est gratuit, autant en profiter.
C’est la devise d’une équipe américaine qui tente de démontrer que les signaux émis par les satellites de positionnement américains permettent de suivre à distance l’humidité des sols dans les régions arides.
Ils publient leurs travaux dans GPS Solutions, une revue spécialisée dans les “détournements” du système américain de positionnement.

Le signal capté par un récepteur GPS est complexe: il mélange les ondes qui parviennent directement du satellite et celles qui ont été réfléchies par des obstacles, à commencer par le sol. Les micro-ondes du système GPS sont mieux réfléchies par les sols humides que les surfaces desséchées.

L’équipe conduite par Kristine Larsson et Eric Small (Université du Colorado) a trouvé le moyen de mesurer directement l’onde réfléchie par le sol. Le dispositif a été testé pendant soixante-dix jours à l’aide d’un récepteur GPS fixe installé en Ouzbékistan, à Tachkent. Les chercheurs ont constaté une augmentation des ondes réfléchies consécutive à chaque averse, avec une décroissance régulière pendant les dix jours qui suivent.

Dans la panoplie des renifleurs d’eau, les satellites capables de mesurer l’humidité des sols ont un gros inconvénient. Leur précision spatiale est quelque peu “floue”, de l’ordre de 40 à 60 km, estiment Larsson et ses collègues. L’analyse des signaux de GPS permettrait elle une meilleur sélectivité des zones favorable aux cultures, avec une finesse de quelques dizaines de mètres.

Ce n’est pas la première fois que des scientifiques détournent le flux d’ondes du GPS à leur profit. L’Agence spatiale européenne avait réuni un colloque en octobre dernier (http://www.congrex.nl/07a06/programme.asp) pour préparer des programmes d’applications scientifique du futur système européen de positionnement par satellite Galileo.

- Source : Science&vie

Cookies