PDA

Voir la version complète : Antidouleur et hypertension.


Thirga.ounevdhou
21/08/2005, 16h22
Bonjour,

Nous en prenons pratiquement tous, ça devient l’une de nos habitudes, a la moindre petite douleur, on en fait appel…..les raisons sont nbreuses, le climat, le travail, le stress, les maux..on en supporte plus.

Il semble que les femmes sont plus sensibles aux douleurs, donc prennent plus de calmants que les hommes. Iridja avait poste un message intitulé : « Les hommes sont-ils moins sensibles à la douleur? (http://www.algerie-dz.com/forums/showthread.php?t=8747)», je le remercie d’ailleurs.

Elles en prennent donc plus que les hommes.

Selon une étude menée aux Etats-Unis sur plusieurs milliers de femmes, les femmes qui prennent quotidiennement du paracétamol, ou acétaminophène, ont plus de risque de souffrir d’hypertension que celles qui n’en prennent pas, celle qui prend qui 500 mg de paracétamol par jour a environ deux fois plus de risque de souffrir d’hypertension que celle qui ne prend rien. Plus de détails : http://sciences.nouvelobs.com/sci_20050817.OBS6617.html (http://sciences.nouvelobs.com/sci_20050817.OBS6617.html)

morjane
21/08/2005, 17h59
Bonjour Thirga,

Je pense que c'est d'une manière général que tout abus de médicament quel qu'il soit favorise la survenue d'autres complications.

Les médicaments sont toujours des substances toxiques et lorsqu'ils ne sont pas indispensables et nécéssaires c'est à nous de les éviter. Les plantes sont là pour nous aider et puis aussi une meilleur hygiène de vie. Méthode de relaxation, et amour de la vie sont les meilleurs médicaments.

J'avoue que le post d'iridja m'avait rendue dubitative, les hommes sont en général de grand douillets et supportent mal la moindre souffrance.

abanna
21/08/2005, 20h40
bonsoir
Mauvaise nouvelle pour ceux souffrant d'affections douloureuses au long cours car jusqu'à maintenant on ne connaissait pas au paracétamol des effets secondaires majeurs et/ou des contres indications importantes (à part l'insufisance hépatique),il restait le médicament de premier intention pour les maladies ayant une symptomatologie douloureuse modérée ,on le préféré à l'aspirine pour ses avantages et l'absence d'inconvénients de cette dernière.

Thirga.ounevdhou
22/08/2005, 09h52
Les hommes sont en général de grand douillets et supportent mal la moindre souffrance. J’avoue que c’est ce que je pensait…en tous cas chez nous la femme supporte plus que l’homme et résiste plus.

Abanna : Merci d’avoir eu cette pensée a ces personnes qui souffrent des douleurs d’une façon chronique, il faudrait vraiment penser a eux dans ce cas.

Thirga.ounevdhou
24/08/2005, 10h18
Bonjour,

Un Article très intéressant sur les douleurs chroniques et leurs causes. Il semble qu’il existe un gène responsable de la douleur.

SYDNEY (AP) - La douleur chronique aurait une base génétique, selon les travaux du chercheur danois Troels Jensen, président-élu de l'Association internationale pour l'étude de la douleur (IASP), présentés lundi à Sydney, en Australie, à l'occasion d'une conférence sur cette question.
Environ 18% de la population adulte mondiale souffre de douleur chronique, a précisé Troels Jensen. Or les scientifiques peinent toujours à en identifier les bases physiologiques.

"Quand vous vous blessez, par exemple, certaines personnes guérissent très facilement, alors que d'autres s'enfoncent dans une douleur chronique", a ajouté M. Jensen, par ailleurs professeur de recherche expérimentale et clinique à l'Université d'Arhus, au Danemark.

"Existe-t-il un gène de la douleur? Certaines personnes sont-elles plus prédisposées à souffrir de douleur chronique que d'autres? Il semblerait que oui", a-t-il argumenté.

La douleur chronique survient après une blessure dans 5 à 10% des cas et, selon les premières hypothèses, plusieurs gènes en seraient à l'origine, a poursuivi le Pr Jensen.

Il y a deux ans environ, des spécialistes en neurologie de l'Université du Michigan avaient pu mettre en évidence que porter le "gène du courage" permettait d'être plus résistant à la douleur.

Environ 4.500 scientifiques, des chercheurs et des spécialistes de la douleur chronique, assistent jusqu'à vendredi à Sydney à un congrès international consacré aux causes et au traitement des différentes formes de douleur: chronique, aiguë et cancéreuse.

Parallèlement aux traitements traditionnels de la douleur, la conférence se penchera aussi sur les traitements "alternatifs", notamment sur l'acupuncture et la prise de marijuana.

"Prenez l'exemple de l'acupuncture. Quand j'ai commencé mes études, elle était considérée comme une méthode chinoise dont personne ne comprenait les mécanismes", a commenté l'actuel president de la IASP, Michael Bond, professeur émérite du service de psychologie de l'Université de Glasgow, en Ecosse. "Nous savons maintenant que l'acupuncture entraîne des modifications dans le système nerveux central, et qu'elle a donc une base physiologique."

"Le problème, c'est que nous ne savons pas pourquoi cela fonctionne chez un individu et pas chez un autre. C'est là le noeud du problème." AP

fs/v89/tl http://fr.news.yahoo.com/050822/5/4jsj3.html (http://fr.news.yahoo.com/050822/5/4jsj3.html)

thiziry
25/08/2005, 09h53
Bonjour à tous,
Bonjour Avucic,


Je trouve les questions que vous avez soulevées dans votre post intéressantes, tout comme l'esprit critique qui a marqué votre intervention.

J'associe le début de votre intervention à sa fin, et je vais essayer de répondre, brièvement, dans ce qui suit:

En cancérologie, l'un des modèles les plus connus de cancérogenèse (= l'ensemble des processus qui aboutissent à la formation d'un cancer) décrit trois phases:
initiation, promotion tumorale et progression.

à quoi correspondent ces phases?

*Initiation: une cellule saine voit son génome modifié, sans que ce phénomène rapide soit suffisant pour produire une cellule véritablement cancéreuse. (1)

*Promotion tumorale: cette cellule va subir l'action d'agents cancérogènes: les promoteurs (substances chimiques, pollution.. etc). (2) Elle devient alors au terme de ce processus beaucoup plus long une cellule cancéreuse, avec des nouvelles caractéristiques biologiques, tel que: l'immortalité, la perte du contrôle des divisions cellulaires ainsi que l'acquisition d'un pouvoir migratoire (qui sera à l'origine d'éventuelles métastases).

(1) et (2): remarquez que ce n'est pas les mutations génétiques, ni les agents cancérogènes à eux seuls qui sont à l'origine de ce processus, mais c'est plutôt l'intrication des deux facteurs.

*Progression: elle correspond aux divisions multiples de cette cellule cancéreuse.


Ainsi quand on par de mutation, cela ne peut m'empêcher de penser au CANCER.
Tout le monde sait que le cancer est une maladie qui existe depuis plus de 2000 ans. Et les savant aujourd'hui continue à dire que c'est du à la
pollution
le tabac
les produits chimiques.....

Aucune de ces ces substances n'existaient du temps d'Hypocrate pourtant!

Est ce que les tumeurs qui existent à notre air sont les même que celle qui existait à l'air du père de la médecine, Hippocrate? certes, il y'a apparition de nouvelles tumeurs.

et pour les "anciennes" tumeurs, est-ce que leur incidence, sous l'influence des agents que vous avez cité et autres qui n'existait pas à l'air d'Hippocrate, est restée la même ou.. revue à la hausse?

C'est pour vous dire qu'on ne peut pas écarter "facilement" le potentiel promoteur des agents que vous aviez cité et autre agent qui n'existaient pas jadis.

Cependant, pour être objectif en matière d'établissement du risque cancérogène d'un élément donné (substance chimique, pollution.. etc.) il ne suffit pas de constater sa (forte) présence chez les personne qui ont développé un cancer, mais aussi d'établir un lien de causalité entre l'agent présumé et le cancer qu'on veut lui associer, sur des bases physiopathologiques concrètes.


Ainsi, lorsqu'on arrive a dépasser le stade d'hypothèses et établir un lien de causalité sur des bases concrètes, (tel qu'il a été pour le tabac et cancer du poumon, par exp), il sera clair que le fait que ces substances n'existait pas du temps d'Hippocrate, ne peut pas remettre en question leur potentiel promoteur.. n'est ce pas?


J'espère que ça vous a pas encombré.
Merci pour votre lecture.

Don_Corleonne
27/08/2005, 00h03
à ma connaissance le paracetamol n'est pas un facteur predisposant dans la survenue d'hypertension arterielle d autant plus que ce n'est pas decrit dans la littérature.
Certaines etudes epidemiologiques sont biaisées du fait de la non prise en consideration des autres facteurs de risques..

zwina
27/08/2005, 00h29
Les femmes plus douillettes que les hommes ?? certainement pas ayant travaillée dans le milieu hospitalier je peux vous dire qu'il vaut mieux avoir affaire à une femme malade qu'à un homme : la sonnerie s'allume toutes les 2 minutes avec ces messieurs .... :lol:
D'après de nombreuses recherches effectuées, il semblerait que le cancer est dans les gênes de chacun, des facteurs le réveillent ou pas : Le mode de vie, l'alimentation, le stress, des maladies. Cette maladie comme beaucoup d'autres existe depuis des millénaires mais c'est la recherche qui a permis de mettre un nom dessus et surtout de trouver des médicaments. Le corps est une très belle machine et chacun de nous a le pouvoir d'en prendre soin. Quel que soit notre vie un jour où l'autre notre corps nous rappelera le mal que nous lui avons fait. ou le bien :lol:

Thirga.ounevdhou
02/09/2005, 10h52
Bonjour,

Tjrs dans le sujet de la douleur, ces causes, ses effets et ses remedes….L’huile D’olive vient encore fois apporter ses bienfaits (en ce qui concerne la douleur)…….
Ses vertus nutritives étaient déjà connues. Voilà maintenant que des chercheurs américains affirment que l'huile d'olive contient un agent anti-inflammatoire également retrouvé dans l'ibuprofène. Cet élément, appelé oleocanthal, inhiberait la manifestation de la douleur selon le même processus que l'ibuprofène, en dépit d'une composition chimique différente.L'équipe du centre Monell a établi qu'une dose quotidienne de 50 grammes d'huile fraîchement pressée, équivaut à environ 10 % de la dose d'ibuprofène recommandée pour calmer la douleur chez l'adulte.Elle affirme qu'une consommation régulière d'huile d'olive peut avoir les mêmes avantages à long terme que le recours à l'ibuprofène, comme la réduction du risque de certains cancers.Cet agent pourrait même contribuer à expliquer les mérites généralement attribués au régime méditerranéen, riche en huile d'olive. L'ibuprofène est utilisé pour traiter l'inflammation et les douleurs légères et modérées (règles, maux de tête, douleurs musculaires et dentaires).
http://radio-canada.ca/nouvelles/Santeeducation/nouvelles/200508/31/003-huile-olive-douleur.shtml

Cookies