PDA

Voir la version complète : L'Allemagne rejette l'idée d'un fonds européen de sauvetage


nassim
08/10/2008, 00h25
Angela Merkel a souligné mardi à Berlin la nécessité d'une action européenne coordonnée pour lutter contre la crise financière, mais a de nouveau rejeté l'idée d'un fonds de sauvetage des banques à l'échelle européenne.

La chancelière allemande a salué l'engagement des gouvernements de l'Union européenne à secourir sur leur territoire des banques en difficulté dont la défaillance pourrait affecter d'autres pays. "Nous devons être en mesure de compter" sur ce type de réponse en Europe, a-t-elle déclaré devant les députés du Bundestag. "Bien sûr, nous avons besoin d'une action commune, cohérente."

Elle a également fait référence aux divisions européennes sur les actions à mener pour enrayer la crise, critiquant l'attitude de l'Irlande, qui a garanti non seulement l'intégralité des dépôts des banques irlandaises mais aussi des prêts qui leur sont accordés par les autres banques. Une mesure dénoncée en Grande-Bretagne, qui évoque une distorsion de concurrence.

"Déployer un bouclier sur ses propres institutions financières sans inclure d'autres institutions internationales qui payent également des impôts depuis longtemps en Irlande, et produire ainsi des distorsions de concurrence, n'est de mon point de vue pas acceptable", a-t-elle jugé.

Mme Merkel a également rejeté l'idée d'un fonds européen de sauvetage, estimant qu'il n'était pas acceptable que les Vingt-Sept "cotisent à un fonds pour ensuite (...) mener une gestion de crise dans des Etats membres individuels". Elle a également estimé qu'un tel fonds ne serait pas de nature à favoriser une réaction rapide.

Berlin s'est engagé dimanche à garantir tous les comptes bancaires privés en Allemagne. Un nouveau plan de sauvetage de 50 milliards d'euros a également été arrêté en Allemagne pour sauver la banque Hypo Real Estate de la faillite.

Mardi, l'établissement bancaire a annoncé la démission de son patron Georg Funke suite à d'intenses pressions du gouvernement allemand. Le ministre des Finances Peer Steinbrueck, qui a participé à l'élaboration du plan de renflouement, était l'un des plus farouches détracteurs de M. Funke. Lundi, il avait jugé "impensable de continuer à travailler ensemble sous la direction actuelle".

Au mois d'août, Georg Funke avait fait état d'une chute de 28% des bénéfices nets au deuxième trimestre, mais avait affirmé que les deux principaux piliers de la banque étaient "solides".

Son successeur devait être désigné au cours de la journée de mardi, selon un communiqué de l'établissement bancaire.

Devant les turbulences financières actuelles, Angela Merkel avait estimé lundi que les Européens devaient être "cohérents" dans la résolution de la crise mais avait également souligné que chaque pays devait se montrer à la hauteur de ses responsabilités. Elle s'était opposée à l'adoption d'un plan de renflouement à l'échelle de l'Europe semblable à celui qui a été approuvé aux Etats-Unis.

source : AP

Cookies