PDA

Voir la version complète : Compétitivité : La France, n°1 en Europe


gdesmon
09/10/2008, 17h38
Compétitivité : La France, n°1 en Europe pour l'implantation des entreprises
23/07/2008

Selon une étude de KPMG, la France a accentué son avance sur les autres pays européens en termes d'attractivité, sur la base des coûts d'implantation d'entreprises. Elle se classe quatrième au niveau mondial.
Compétitivité : La France, n°1 en Europe pour l'implantation des entreprises L'Hexagone a les atouts pour séduire les entreprises qui cherchent à s'implanter en Europe. Sur la base des coûts d'implantation dans 136 métropoles mondiales pour 17 secteurs d'activité étudiés par KPMG Canada, la France se classe en quatrième position en termes de compétitivité, derrière le Canada, les Etats-Unis et l'Australie. Ville par ville, Paris devance Londres et Francfort.

Secteurs. La France est le pays européen le plus attractif dans quatre grands secteurs : la production industrielle (4ème mondial), la fabrication de logiciels (4ème mondial), la R&D (2ème mondial, ex æquo avec les Etats-Unis), et les activités de services aux entreprises.

Points forts. Plusieurs facteurs jouent en faveur de l'attractivité française en matière de coûts d'implantation : les allègements fiscaux pour les entreprises de R&D, l'acquisition du foncier, l'électricité, les investissements industriels, et les transports. Contrairement aux idées reçues, la France est aussi très bien placée sur le critère des coûts de la main d'œuvre (4ème mondial), avec un coût global par employé de 84 826 dollars, contre 75 411 dollars aux Etats-Unis. Sa compétitivité en termes de salaires est cependant plombée par le poids des prélèvements obligatoires, qui représentent 43 % du coût total, loin devant les autres grands pays.

A ce sujet, la ministre de l'Economie Christine Lagarde, qui assistait hier à la présentation des résultats de l'étude, a souligné que le gouvernement n'avait pas l'intention d'augmenter la charge fiscale qui pèse sur les entreprises en France, et a rappelé qu'un projet de "modification de la taxe professionnelle" était à l'étude.

Points faibles. Concernant la compétitivité de la main d'œuvre, hors coûts, la France pêche sur deux points importants : le niveau de qualification (7ème mondial), avec 66,3 % des 25-64 ans ayant suivi une formation dans le secondaire, contre 87,8 % aux Etats-Unis ; et les dépenses d'éducation en pourcentage du PIB par habitant (5ème mondial). Les autres points faibles de la France sont à chercher du côté de la location de bureaux, de l'imposition foncière et des télécommunications.
Villes. Paris se classe quatrième métropole mondiale en termes de coûts d'implantation, derrière Melbourne, Toronto et Chicago. Derrière suivent Naples, New York, Manchester, Yokohama, Francfort et Londres. Paris est notamment la métropole européenne la plus compétitive dans les secteurs de l'automobile, de l'aéronautique et des appareils médicaux.

Evolution. Par rapport à 2006, l'attractivité de la France, mais aussi de l'Allemagne, de l'Italie et des Pays-Bas, a diminué comparée à celle des Etats-Unis, en raison de la variation du taux de change euro-dollar. La France est le pays européen qui a le mieux résisté, les coûts comparés n'ayant augmenté que de 8 % dans l'Hexagone, contre 9 % au Royaume-Uni et 9,4 % en Allemagne. L'Europe a également perdu du terrain par rapport au Canada et à l'Australie, dont la compétitivité vis à vis des Etats-Unis n'a perdu que 4,9 % et 7,9 %.

Méthodologie. Cette étude de KPMG analyse les coûts d'implantation de nouvelles entreprises en prenant en compte les coûts réels (à partir de 2 000 cas), les coûts de main d'œuvre, d'installation, les frais d'amortissement et de financement, les transports, les services publics, les charges fiscales et les mesures incitatives. Au total, 27 éléments de coûts entrent dans la mesure. L'étude a comparé 14 villes en Europe, 7 dans la zone Asie - Pacifique, et 76 en Amérique du Nord.

Raphaële Karayan L' Usine Nouvelle

Cookies