PDA

Voir la version complète : Les prix des voitures en Algérie ne risquent pas de baisser dans le court terme


starsat4200
25/10/2008, 09h53
Les prix des voitures en Algérie ne risquent pas de baisser dans le court terme selon les concessionnaires automobiles qui déplorent le maintien de la taxe auto.
dimanche 12 octobre 2008.
Les concessionnaires algériens estiment qu’il n’est pas possible de baisser les prix des voitures à l’importation, ceux pratiqués en Algérie étant en dessous de ceux de la zone euro. Les concessionnaires ont accusé jusqu’à 50% de pertes, selon Omar Rebrab, vice-président de Hyundaï. A ce jour, le bilan des pertes sur les ventes n’a pas été arrêté car leur niveau varie d’un concessionnaire à l’autre, a expliqué M. Rebrab lors d’un point de presse organisé à Alger par la Safex et l’Association des concessionnaires automobiles algériens (AC2A), avant l’inauguration du 2e Salon international du véhicule industriel et utilitaire (SIVI). Pour sa part, le directeur général de Renault Algérie, Stephane Galoustian, a signalé que l’application de la taxe sur les véhicules neufs est entrée en vigueur le 27 juillet dernier alors que la loi de finances complémentaire 2008 a été publiée le 31 juillet, ce qu’il qualifie de dysfonctionnement. De plus, durant quinze jours les clients se présentaient au niveau des agences et étaient mécontents ; puis en août avec les vacances et en septembre la rentrée sociale, la rentrée scolaire et le ramadhan, les Algériens ne pouvaient penser à acquérir un véhicule, a-t-il déploré. « C’est deux mois de galère, avec aussi les problèmes posés par la famille des moudjahiddine et les diplomates pour le paiement ou non de cette taxe donc c’est l’incertitude », a soutenu M. Galoustian.

Les concessionnaires ont vu la demande baisser et les stocks de voitures augmenter. Une situation qui risque de perdurer, selon eux. En tout état de cause, la fin de décembre un bilan sera arrêté et rendu public par AC2A. D’après les concessionnaires, cet état de fait bouleverse leurs projets d’investissement en vue de mettre en place des usines de montage, d’autant que « l’environnement ne s’y prête pas du tout avec l’absence de zone franche, de sous traitance pour la pièce détachée », a affirmé M. Rebrab, notant que « le marché automobile algérien est un petit marché qui n’absorbe que 200 véhicules/an alors que la norme est de 100 mille véhicules ». C’est ce qui a été expliqué en débat aux députés, selon lui. De son côté, le DG de Renault Algérie a soutenu que « ceux qui font marcher l’usine de montage sont les équipementiers », relevant que « sur un million de pièces détachées le niveau de tolérance est de 25% ». Mais une industrie automobile dépend du gouvernement pas des constructeurs, a-t-il ajouté. « Il n’y a pas l’intégralité des équipementiers en Algérie », a-t-il relevé, et ceux qui existent n’offrent pas la pièce détachée avec laquelle on peut créer une usine de montage ».

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Le Jour d’Algérie

__________________________________________________ _______________


بشرى لمحدودي الدخل
وكلاء صانعي السيارات يقررون تخفيض الأسعار
2008.10.25 لطيفة بلحاج
وكلاء السيارات يخضعون للامر الواقع لجأت جمعية وكلاء صانعي السيارات بعد إقرار الضريبة على المركبات الجديدة، إلى تخفيض أسعار السيارات إلى غاية 20 مليون سنتيم في سعر السيارة الواحدة، بعد أن تراجع حجم مبيعاتهم إلى 60 في المائة.

وحسب الناطق باسم الجمعية أمين الأندلسي فإن التخفيضات التي أعلن عنها الوكلاء تدخل ضمن السياسة الجديدة التي قرروا تطبيقها، بعد إدراج الضريبة على السيارات الجديدة في قانون المالية التكميلي ثم في مشروع قانون المالية الذي صادق عليه النواب بالأغلبية يوم الخميس، معتمدين بذلك المادة المتضمنة إدخال الضريبة على اقتناء السيارات الجديدة.
وأضاف المتحدث بأن الأمر لا يتعلق أبدا بالتخفيضات الخاصة بنهاية السنة، التي عادة ما يتم الإعلان عنها حسبه خلال الأسبوعين الأخيرين من كل عام،
مؤكدا بأن تخفيض أسعار المركبات جاء بعد معاينة دقيقة للسوق، حيث تبين للوكلاء بأن الأمر لا يعود إلى الأزمة المالية التي عانت منها معظم الأسر، بسبب الدخول الاجتماعي ثم شهر رمضان، وإنما إلى ارتفاع أسعار السيارات بفعل فرض الضريبة عليها.
كما أن انخفاض قيمة الأورو في البورصات العالمية، فرض على وكلاء صانعي السيارات التماشي مع الوضع الجديد، من خلال إعادة النظر في الأسعار التي كانوا يطبقونها، قائلا بأنه لا يمكن لوكلاء السيارات الاحتجاج على فرض الضريبة على السيارات الجديدة التي صوت لصالحها نواب الشعب، لذلك توصلوا إلى ضرورة مراجعة الأسعار بما يضمن لهم الاستمرار في النشاط
:lol: :lol:


http://www.echoroukonline.com/ara/economie/27739.html

Cookies