Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Vagues

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Vagues

    La mer, dans sa robe transparente, entretenait ses rêves. Le ciel moutonné de blanches zébrures, avait les yeux calmes d’une conscience tranquille. Les mouettes, gentiment, se bavardaient leurs vieilles rengaines. Et les rouleaux, saupoudrés d’écume, venaient doucement caresser les pieds de la plage.





    De douces vagues violettes
    Crépitant dans mes mirages
    Dérivent au son des mouettes…

    Musique floue
    Musique striée de bleu
    Que dérobe le vent du sud
    Au détour du jour

    Et les cieux de tes yeux,
    Tout sourire
    Ta crinière en bataille
    Au hasard d'un rut éolien
    Comme la mer


    Acropole de félicité
    Citadelle de mes rêves.
    Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

  • #2
    Très beau Bachi....merci pour ce moment de douceur.

    Commentaire


    • #3
      merci

      ,
      ,
      Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

      Commentaire


      • #4
        Notre Amis Brel

        L’orage éclaire la nuit
        cela gronde sur Bruxelles
        C’est la nuit des étoiles cachées par la pluie
        et toi belle demoiselle
        tu cours avec ton parapluie…
        Tu es jolie tout dégoulinante, sous ta blouse le paradis
        et on peut voir les saints du monde
        qui donnent la vie, ce n’est pas une honte

        Il pleut sur Bruxelles, il pleut sur les plus belles
        il ne faut pas aller à Paris
        pour chanter comme Brel
        Il pleut sur Bruxelles, sur la Grand Place, il est minuit
        et rien ne remplace la ville lumière quand tout fleuri

        Il pleut encore, la pluie frappe sur les carreaux
        les terrasses se vident mais ils sont là : les tourtereaux
        même la place de Brouckère dégarnie de sa fontaine
        où l’on se disait des secrets comme « je t’aime »

        On était fier d’avoir comme ami Brel
        il nous manque encore aujourd’hui mais Bruxelles
        rit et chante encore pour lui comme par le passé
        ce n’est pas la Place de l’Etoile ni les Champs-Elysées
        mais de grand matin on entend chanter dans les ruelles
        notre ami Brel

        Meunier J.-C. le 25-2-2004
        les larmes et le temps n'efface pas tous les souvenirs
        on peut pleurer un océan mes il restera des vagues de désir!

        Commentaire


        • #5
          toujours aussi émouvant.... c'est un délice de te lire
          Toujours ouverts, toujours veillants les yeux de mon âme.

          Dionysios Solomos

          Commentaire


          • #6
            Merci , Ama

            Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

            Commentaire


            • #7
              merci pour ce beau texte . Le rythme de l'écriture me faisait me sentir sur la grève avec la musique douce du ressac en sourdine.

              Commentaire


              • #8
                Regardez dans la mer, le galop des chevaux,
                Quand les flots se déchaînent en leurs gouttes de pluie.
                La splendeur de leur forme qui se forge dans l'eau,
                Est cristal de néant, au milieu de la nuit.

                Cavalcade des vagues qui semblent des guerrières
                Prêtes à tous conquérir mais s'échouent sur la grève,
                D'autres armées se lèvent défonçant les barrières,
                Tempête qui mugit, sans nul repos ni trêve.

                Spectacle indicible, comme un imaginaire,
                Grondent les éléments et nature en furie,
                La lune paraît frêle, à peine un luminaire,
                Paysage de flammes, étrange féerie.

                Tornades nées en bleu, s'effaçant sur le sable,
                Espèces de volutes, dessinant des reflets,
                Au loin le paysage est fait d'insaisissable,
                Rêveries d'infini, dérives en feux follets.

                Charly Lellouche

                Commentaire


                • #9
                  merci Chouki...
                  Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

                  Commentaire


                  • #10
                    Youpiii

                    Des poèmes en mon honneur, qu'est ce que je suis flatée, les vague ensuite les vagues, je vous bercerai avec mes ondes et mes flots vous séduiront

                    Commentaire


                    • #11
                      Merci de vos mots, Bachi, Agour et Tanawarf, ce fut un plaisir de vous lire.
                      Belle soirée à tous et à toutes.

                      Tazerwalt

                      Commentaire


                      • #12
                        merci pour cette vague de douceur qui nous baigne de sérénité
                        "Au delà de la Terre, au delà de l'Infini, je cherchais à voir le Ciel et l'Enfer.Une voix solennelle m'a dit: "Le Ciel et l'Enfer sont en toi."

                        Commentaire

                        Chargement...
                        X