Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mouchoir de soie noire

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Mouchoir de soie noire

    Un mouchoir en soie noir ancien
    Me remémore un mois d octobre
    Où tu étais là un pétale blanc à la main…
    C est si lointain pourtant
    Je te sens tu n es pas loin
    Et je ne me trompes que rarement
    Oserai je mentir et te dire que la cruauté
    Qui s évaporait de mon être
    Etait dictés par la princesse des ténèbres
    Qui me prend mon cœur souvent
    Quand j ai trop peur pour exister...
    Reviens vers moi
    On pourrai se pardonner
    Tout ce qui s est passé
    Prends ton manteau noir et pose le sur mes épaules
    J ai froid et c est même pas à cause de toi
    Pourtant je sens de la haine
    Que tu as encore pour moi
    Ce mélange de sentiments qui t avais
    Meurtris autrefois
    Le temps est passé pourrais tu oublier ?
    Y a ton aura qui virevolte
    comme un papillon qui s approche parfois de trop près
    avec la peur de se brûler les ailes
    Encore une fois...
    pourtant tu te manifesteras !
    Je serai la pour te tendre les bras…
    mais ne réveille pas la femme des ténèbres
    qui est en moi car elle est bien trop dure et froide
    et elle ne te regardera pas
    au fond c est sans doute elle que tu appreciais
    malgres toi
    reviens vers moi !
    Dernière modification par absente, 05 octobre 2007, 18h35.

  • #2
    @May, accepter ses faiblesses c'est s'accepter soi-même. Savoir reconnaître ses torts c'est encore plus fort et significatif de sens, car nul n'est parfait. Il faut savoir tendre la main, s'excuser comme pardonner, s'isoler et blinder son coeur n'est pas la bonne solution. On a tous besoin d'aimer et d'être aimé.

    Commentaire


    • #3
      Interpellant ton texte, May et beau également.
      A travers les méandres de cette nuit sans fin,
      Solitaire, j’errais sans lanterne ni chandelle
      Il m’avait semblé entrevoir une lueur, enfin.
      Sans réfléchir, j’ai été m’asseoir près d’elle.

      Qui de nous deux avait fait le premier pas
      Et a succombé aux caprices de son coeur ?
      Ce sont des choses qui ne s’expliquent pas
      Et un jeu d’où personne ne sort vainqueur.

      Je m’étais approché galant, gai, et courtois
      Je ne t’avais offert que des mots, c'est tout.
      Je crois savoir ce qui m'avait attiré vers toi,
      Ta douceur peu être, et ta tendresse surtout.

      Ce qui est mort en moi depuis fort longtemps
      Tu l’avais fait renaître malgré mes réticences
      En plus de tout cela, il y a bien plus important
      Je te voyais comme étant ma dernière chance.

      Nous savions pourtant que c’était insensé
      D’espérer un jour, réaliser ce rêve interdit.
      Mais la raison a depuis longtemps délaissé
      Ce cœur accusé de trahison et de perfidie.

      Il reste tellement de questions sans réponse.
      Qui pourra m’expliquer pourquoi on s’est aimé
      Malgré nos lourds passés, malgré les distances
      Et notre jeunesse depuis longtemps consumée ?

      S’il est vrai que l’amour ne s’explique guère,
      Celui que j’ai pour toi est d’une autre espèce
      Même si l’amour est parfois bref et éphémère
      Le mien durera comme une éternelle richesse.
      Mieux vaut un cauchemar qui finit qu’un rêve inaccessible qui ne finit pas…

      Commentaire


      • #4
        cuicui = au moins tant que tu es sur fa je sais que je serai lu lol

        zac = ton poeme m a touchée particulierement...Il est tres beau et merite une place en ouverture plutot qu une suite a mon simple texte !

        Commentaire


        • #5
          moins tant que tu es sur fa je sais que je serai lu

          Je te lit et j'aime te lire meme je ne l'ecrit pas

          Commentaire


          • #6
            ce gueux!

            toi princesse des ténèbres
            te laissant séduire
            par ce gueux
            je ne peux tolérer
            cet appel aux souvenirs
            me rendent sauvage animal!
            je ne pourrai supporter
            te laisser aller!
            ce mouchoir de soie noir
            j'ai ordonner à mon armée
            de me le ramener
            elle ne l'a jamais trouvé!
            tu l'avais si bien caché
            donne le moi
            laisse moi le bruler!
            ne reste pas dans ce froid
            viens dans ma pénombre
            tu te réchaufferas
            devant ce feux
            en regardant celui
            qui t'as tant fait souffrir
            s'évanouir en fumer!


            lily
            la diablesse!
            griffer ma feuille est mon plus bel amour plus elle souffre plus je me sens vivante!

            lily
            la diablesse!

            Commentaire


            • #7
              quels inspirations ,merci quel plaisir
              ¸.¤*¨¨*¤.¸¸...¸.
              \¸.♥ ALGERIE ♥.¸¸.
              .\¸.¤*¨¨*¤.¸¸.¸.¤
              ..\

              Commentaire


              • #8
                Je veux

                Ta pénombre j'y ai trop gouté
                ne pourrai tu me laisser me pencher
                vers ceux que je ne comprend pas
                quand bien meme je me perdrai
                comme je l'ai fait autrefois
                avec ce mouchoir de soie
                et celui qui me l'avait confié...
                laisse moi croire l homme
                quand il se noie dans ses paroles
                je veux connaitre la tristesse
                de se laisser abandonner
                je veux gouter les larmes salés
                et le coeur serrés
                parce que quand il m'a regardé...il s 'est penché
                il m'a effleuré puis s'est sauvé.
                y'a cette haine que tu voulais m'inculqué
                il est ton élève désormais
                ...
                je ne veux plus de ses meubles de marbres
                ni de ses tentures en cendre noir
                qui recouvrent mes fenetres en chrystal
                j'éclaterai je gronderai
                je hurlerai pour pôuvoir m'en aller
                et si pour cela il fallait
                que tu brule cette soie
                prends la et laisse moi en paix

                Commentaire


                • #9
                  j'épie!

                  je ne le brulerai pas
                  mais je t'aiderai à retrouver
                  cet autre qui n'est que celui
                  qui joue dans l'éternité de la pénombre
                  cet autre que je pensais
                  être un guerrier
                  c'est évanouie
                  dans le néant des mots
                  se cache et espionne
                  tout agissement
                  faisant semblant
                  de ne point connaitre
                  l'histoire
                  riant sous cape
                  au moindre faux pas!
                  je ne veux point
                  lui faire peur
                  je te laisse avec ce mouchoir
                  va sur ces rives
                  attends patiemment
                  je sais qu'il te reviendra
                  et moi je serai là
                  en haut de la colline
                  regardant les traces de tes pas
                  s'effacer sous les vagues
                  de l'étendue de cette pureté
                  souillé par les larmes
                  du pardon!
                  je ne dirai rien
                  mais au plus profond de moi
                  je hurle cette douleur
                  dans mes maux
                  je retourne dans mon donjon
                  entouré de mes corbeaux
                  je ferme les yeux
                  je ne veux plus penser
                  mais j'épie
                  en te laissant rêver!


                  lily
                  la diablesse

                  "pudiquement diabolique"
                  griffer ma feuille est mon plus bel amour plus elle souffre plus je me sens vivante!

                  lily
                  la diablesse!

                  Commentaire


                  • #10
                    May, je te lis par plaisir pas pour te faire plaisir, nuance J'essaie de lire un peu tout le monde et je laisse une trace de mon passage quand l'écrit suscite une émotion (joie, peine, compassion..) en moi.

                    Commentaire


                    • #11
                      Non Brule le et parcours ton chateau avec l encens
                      de son odeur fétide
                      Si je veux la paix c est une paix morbide
                      plus de tous ces cris de peines
                      ces êtres qui font pitié
                      me repugnent a tel point
                      que je veux m en aller
                      pour ne plus en croiser
                      je voulais l ecouter lui
                      mais il s est defilé
                      trop peu courageux pour affronter
                      comme tous les hommes portés
                      par cette terre éphémère
                      Les pieds dans cette immensité
                      qui est la mer
                      je scrute l horizon
                      je n 'entend que le vide
                      un vide d apaisement
                      si jamais il ose a nouveau se rapprocher
                      je jure que lui et meme tous les autres
                      je les briserai

                      Commentaire

                      Chargement...
                      X