Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Arcelor Mittal Algérie ne supprimera pas d’emplois

Arcelor Mittal Algérie ne supprimera pas d’emplois

lundi 1er décembre 2008, par Rédaction

Le complexe sidérurgique d’Arcelor Mittal Algérie à El-Hadjar ne prévoit pas de supprimer d’emplois selon Smain Kouadria.

Une usine de Arcelor Mittal Algérie. « Il n’y aura pas de compression d’effectif au complexe sidérurgique d’El-Hadjar », a déclaré hier au Jeune Indépendant Smain Kouadria, secrétaire général du syndicat d’entreprise Arcelor Mittal Algérie à El-Hadjar. Cette déclaration a été faite au sortir de la réunion de travail qui avait regroupé le partenaire social et l’employeur. Contacté par téléphone, le numéro un du syndicat nous a expliqué les dernières décisions prises par l’administration d’Arcelor Mittal concernant son plan de départ volontaire qui devrait toucher quelque 9 000 employés, dont 6 000 en Europe. « Cinq pays ne sont pas concernés par la réduction des effectifs. Il s’agit de l’Ukraine, du Tadjikistan, de la Bosnie, du Maroc et de l’Algérie », nous a confié M. Kouadria.

Durant leur réunion avec le directeur général M. Bernard Bousquet, les syndicalistes ont exigé des engagements de la part de l’administration d’Arcelor Mittal qu’il n’y aura plus dans l’avenir le « spectre de la compression ». Un document, dont nous détenons une copie, a été signé dans ce sens. Ce document, sous forme de lettre adressée au secrétaire général du syndicat Arcelor Mittal, précise : « Suite à la décision de la direction générale du groupe Arcelor Mittal qui a été transmise le jeudi 27 novembre en direction des employés, faisant état de mesures de réduction des effectifs affectés aux services généraux et administratifs, nous vous informons qu’Arcelor Mittal Algérie n’est pas concerné par ce plan. » Mais le document signé invite en contrepartie les syndicalistes à sensibiliser les travailleurs pour « poursuivre les actions déjà engagées, notamment celles relatives à la réduction des coûts de production et des dépenses générales pour faire face aux retombées générées par la crise économique et financière mondiale ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant