Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > SANTE > Hausse des erreurs médicales en Algérie

Hausse des erreurs médicales en Algérie

lundi 23 août 2010, par Rédaction

Les erreurs médicales sont en hausse en Algérie et les victimes ne sont quasiment jamais indemnisées selon SOS Erreurs Médicales.

Augmentation des erreurs médicales en Algérie. Les structures de santé continuent à faire des victimes en Algérie en raison des erreurs médicales qui atteignent un seuil alarmant. En l’espace d’une année, SOS Erreurs Médicales, un comité qui active sous la houlette de la Ligue algérienne de la défense des droits de l’homme (LADDH) a recensé près de 81 dossiers relatifs à des erreurs médicales. Ce chiffre ne signifie nullement que seules 81 erreurs médicales auraient été commises dans les établissements de santé algériens. Bien plus, ce dernier pourrait être multiplié par 2, 3 voire 5, si ce n’est plus, selon l’Ordre des médecins qui avance un chiffre de 200 plaintes déposées en 2009 pour des erreurs médicales. Ainsi, ces données sont loin de la réalité puisque un grand nombre de victimes d’erreurs médicales n’ont pas saisi ce comité. « Rares sont les victimes conscientes et qui savent revendiquer leurs droits », indique Mlle Nadia Tamzait, porte- parole du comité, dans une conférence de presse animée hier au siège de LADDH. La plupart des cas reconnus d’erreurs médicales en Algérie sont constatés, indique ce comité, dans les opérations chirurgicales d’ophtalmologie et de gynécologie. Au total des cas recensés, il y a lieu de relever que seuls sept dossiers ont été déférés devant les tribunaux. « Aucune de ces affaires n’a abouti à une condamnation ou une indemnisation », affirme la conférencière.

« La plupart des victimes ignorent les procédures judiciaires et administratives pour rétablir leurs droits à une assistance médicale. Souvent, les victimes au lieu d’ester le médecin en justice, acceptaient une sentence divine, El Maktoub. Les victimes d’erreurs médicales doivent se rendre compte qu’il est de leur droit de demander au médecin de réparer l’erreur. En cas d’échec, la victime a le droit de demander une indemnisation », explique l’oratrice qui dénonce « le silence des autorités concernées, ayant à charge de veiller sur la santé publique et notamment le mépris des victimes d’erreurs médicales par les instances concernées ». Jeunes, femmes et personnes âgées sont victimes d’abus, d’erreurs, de refus d’assistance et autres comportements bureaucratiques des médecins et des structures de santé. Des erreurs qui ont eu pour conséquence la mort du patient, sinon son handicap. « Ce sont des crimes médicaux et non des erreurs médicales », dira, pour sa part, maître Nadia Mansouri qui relate le drame d’une jeune fille 16 ans qui est devenue handicapée à 100% après avoir subi une simple opération au niveau de la gorge. Les exemples d’erreurs médicales ne manquent pas. Elles sont devenues monnaie courante dans nos structures de santé, qu’il s’agisse de structures relevant du secteur public ou privé. Les témoignages sont affligeants et donnent une idée sur l’état du secteur de la santé en Algérie.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jour d’Algérie