Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > SANTE > Inquiétudes en Algérie sur la grippe A/H1N1

Inquiétudes en Algérie sur la grippe A/H1N1

mercredi 9 décembre 2009, par Rédaction

La population en Algérie ne semble pas rassurée par la stratégie gouvernementale de lutte contre la grippe A/H1N1.

Inquiétudes en Algérie sur la grippe A/H1N1. Le redoutable virus A/H1N1, qui, à un certain moment semblait être maîtrisé par les autorités sanitaires d’Algérie en n’enregistrant, plusieurs mois après l’apparition du virus, que quelques cas rares et aucun cas mortel, se propage désormais à une vitesse inquiétante en Algérie. Le ministère de la Santé a déploré, avant-hier dans un communiqué, la mort de la dixième victime de la grippe porcine. Il s’agit « d’une jeune femme de 32 ans, enceinte, hospitalisée à Oran et confirmée positive au virus de la grippe A/H1N1 en date du 1er décembre 2009 », indique le communiqué qui précise que la défunte « avait mis au monde un bébé qui a bénéficié d’une antibiothérapie et dont l’état de santé est jugé satisfaisant ». « Trois autres décès sont en cours d’investigation pour savoir s’il y a un éventuel lien causal avec le virus A/H1N1 », ajoute le communiqué. Ce qui portera le total des décès liés au virus de la grippe A/H1N1 à 13, si cette causalité est prouvée. Et ce en l’espace d’à peine une semaine. Une cadence qui inquiète la population malgré les assurances du ministère de la Santé qui a déclaré l’état d’alerte maximum et lancé son mot d’ordre « la vaccination pour tous ».

Le ministère a en effet assuré que 20 millions de personnes, soit près de 60 % de la population algérienne, seront vaccinées contre la grippe porcine. Cette campagne de vaccination sera menée par ordre de priorité en commençant par les personnels de santé, médico-sociaux et de secours, les groupes de population les plus vulnérables, les femmes enceintes, les bébés de 6 à 23 mois, l’entourage des nourrissons de moins de 6 mois, les malades chroniques, les enfants scolarisés et les étudiants. Beaucoup de craintes sont soulevées par les citoyens à ce sujet. D’abord, celle relative aux 40 % de la population qui n’aura pas le privilège d’être protégée du virus mortel. Ensuite, il y a les craintes relatives à la disponibilité du vaccin en Algérie. Pour l’instant, seulement quelques centaines de milliers de doses du vaccin ont été réceptionnées avant-hier, en attendant 900 000 autres dont l’arrivée est attendue pour la fin de ce mois. La réception du total de 20 millions de doses est échelonnée jusqu’au mois de… mai 2010. C’est-à-dire à la fin de la saison hivernale que les spécialistes disent qu’elle est la plus propice à la propagation du virus.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant