Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ALGERIE > L’Algérie doit décider seule de son avenir

L’Algérie doit décider seule de son avenir

mercredi 15 mars 2006, par Rédaction

En visite en Algérie, le secrétaire d’Etat adjoint américain, David C. Welch, a affirmé que Alger et Washington sont liées par un réel partenariat approfondi basé sur la confiance.

David Welch a affirmé que les Etats-Unis soutiennent les réformes engagées par l’Algérie.

Les relations entre l’Algérie et les Etats-Unis « se sont beaucoup et rapidement développées dans des domaines couvrant un large éventail. Nous avons un partenariat réel et développé », a déclaré M. Welch lors d’une conférence de presse au terme de sa visite de deux jours à Alger.

Interrogé sur l’appréciation américaine du processus de réconciliation nationale initié par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, M. Welch a relevé qu’ »il y a un dialogue interne en Algérie sur les évènements du passé et sur ce qu’il y a lieu de faire ». « Il incombe aux Algériens de décider » de leur avenir et les Etats-unis « respectent la décision du gouvernement et du peuple algériens », a-t-il souligné. « Nous sommes encouragés et nous soutenons les réformes engagées » par l’Algérie, a affirmé M. Welch.

A une question sur la coopération militaire, le secrétaire d’Etat adjoint américain a fait savoir que les Etats-Unis n’avait « pas reçu de demande spécifique de l’Algérie », mais que, le cas échéant, « le gouvernement américain examinerait toute demande, cas par cas ». Sur la visite effectuée par le président russe, M. Vladimir Poutine, en Algérie le 10 mars dernier, M. Welch a fait remarquer que « les relations algériennes avec les autres pays du monde relevait de la souveraineté de l’Algérie ».

Le diplomate américain a en outre noté que « comme avec tous les pays auxquels nous sommes liés par des relations basées sur la confiance, il y a beaucoup de points sur lesquels nous sommes d’accord avec l’Algérie et il y en a d’autres sur lesquels nous ne sommes pas d’accord ».

Synthèse de Samir
D’après le Quotidien d’Oran