Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie et l’Argentine coopèrent dans le nucléaire

L’Algérie et l’Argentine coopèrent dans le nucléaire

mardi 18 novembre 2008, par Rédaction

L’Algérie et l’Argentine ont conclu un accord de coopération dans le domaine du nucléaire civil.

Coopération dans le nucléaire entre l'Algérie et l'Argentine. Cet accord signé par l’Algérie et l’Argentine porte notamment sur le développement et l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire du centre de recherche nucléaire à des fins pacifique Nour de Draria que l’Argentine a construit en 1984 doté d’une puissance de 3 mégawatt. Le Comena, l’agence gouvernementale qui gère les deux réacteurs, envisage l’emploi de l’énergie nucléaire pour la production d’électricité. Deux réacteurs sont implantés à Draria et à Aïn Oussera, d’une capacité de 1 mégawatt pour le premier et de 15 MW pour le second. Ils sont sous garantie de l’AIEA, qui les inspecte régulièrement. Le Traité de non-prolifération nucléaire, adopté en juillet 1968, a été signé par l’Algérie en janvier 1995 et ratifié le 30 mars 1996. Le protocole additionnel ne devrait pas tarder à être signé par l’Algérie.

Aujourd’hui, toutes les substances minières peuvent faire l’objet de l’exploration et même les « stratégiques » telles que l’uranium. Selon le ministre de l’Energie, Chakib Khelil, l’Algérie pourrait, dans les dix années à venir, « lancer la construction d’une centrale nucléaire ». En Afrique, l’Algérie et le Maroc, le Nigeria et l’Afrique du Sud ont exposé les mêmes ambitions à l’AIEA. Ces pays ont adressé récemment une demande d’assistance auprès de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), pour développer un programme nucléaire de production d’électricité, selon un membre de cette agence. Ces pays et plus particulièrement l’Algérie cherchent à obtenir un statut de pays « seuil » leur permettant de se prémunir contre la montée des périls dans leur voisinage immédiat, dans un but plus défensif que fondamentalement proliférant, sans violer le Traité de non-prolifération (TNP).

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant