Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > SPORTS > L’Algérie et le Mali se neutralisent

L’Algérie et le Mali se neutralisent

jeudi 20 novembre 2008, par Rédaction

L’équipe d’Algérie de football n’a pu battre son homologue du Mali lors du match amical disputé en France.

L'Algérie échoue face au Mali. L’équipe d’Algérie a été tenue en échec sur le stade de Rouen par le Mali, sur le score d’un but partout. Les Verts avaient entamé la rencontre sur les chapeaux de roue, mais se sont fait surprendre à la 10e minute sur un long dégagement du gardien Sissoko. Devant un adversaire volontaire à souhait et souvent agressif, les Algériens ont fait preuve d’un manque de réalisme incroyable. Dominant le match dès le coup de sifflet initial, les Verts ont raté une première occasion dès la troisième minute de jeu, quand Matmour tira au-dessus alors qu’il était face au gardien. Le sociétaire de Moënchengladbagh, auteur d’un bon début de match, était l’auteur de toutes les actions durant les dix premières minutes. C’est justement à ce moments là que les protégés de Saâdane se sont fait piéger sur un long dégagement du gardien Sissoko et un mauvais alignement de la défense. Cela a permis à Diabité de gagner son duel face à Gaouaoui. Il n’en fallait pas plus pour voir les coéquipiers du capitaine Mansouri sonner la charge pour revenir au score.

Djediat était à deux doigts de le faire, une première fois sur un superbe travail de Ghezzal, mais le Sétifien a raté l’interception du ballon et une seconde fois sur un corner mal dégagé par la défense adverse avant de voir sa reprise déviée sur la ligne de but par Diamouten. La grande débauche d’énergie de Ghezzal, Ghilas ou Belhadj a été mal récompensée durant ce half, face à des Maliens recroquevillés en défense et opérant par des contres rapides, mais pas du tout dangereux. La seconde manche ne fut pas différente, en dehors de deux occasions assez dangereuses des Aigles, annihilées avec brio par Ousserir, incorporé à la place de Gaouaoui. Les Verts de l’équipe d’Algérie ont accentué leur domination, mais péchèrent par un manque de réalisme et de chance devant le gardien Sissoko, puis Soumaila Diakité. Les Ghilas, Ghezzal, Mansouri, Meniri ou Matmour ont vu à chaque fois leurs essais passer à côté ou détournés par un pied ou une tête adverse. L’incorporation de Hemani et de Seguer n’a pas apporté le plus escompté. On s’acheminait droit vers une défaite, quand la volonté des Verts allait être récompensée sur un centre anodin d’Abdesselam qui a vu finir sa trajectoire au fond des filets.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant