Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie va négocier ses importations auprès de la Zale

L’Algérie va négocier ses importations auprès de la Zale

jeudi 14 janvier 2010, par Rédaction

L’Algérie s’apprête à négocier ses importations auprès de la zone arabe de libre-échange (ZALE) selon le ministère du commerce.

L'Algérie va négocier ses importations auprès de la Zale. Le ministère du Commerce a établi une liste de 1 141 produits dont il veut obtenir l’interdiction à l’importation (liste négative) auprès des pays membres de la zone arabe de libre-échange (Zale). Cette liste négative, établie par la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI), en collaboration avec les opérateurs économiques et avalisée par le Premier ministre, comprend plusieurs catégories de produits que l’Algérie veut interdire à l’importation de cette zone pour une durée de 3 à 4 années, selon M. Redouane Allili, conseiller du ministre du Commerce pour les questions de coopération. Il s’agit notamment des filières de production que l’Algérie estime prioritaires et méritant d’être protégées pour une durée déterminée, telles que les produits de l’industrie agroalimentaire, les produits agricoles, le textile, le papier et carton et l’électroménager.

L’Algérie veut négocier cette liste lors du prochain Conseil économique et social (CES) de la Ligue arabe qui va se tenir en février, selon M. Allili qui avance que ces négociations pourraient être reportées à la session de septembre 2010, car cette liste n’a pas été inscrite à l’ordre du jour de la réunion du CES en février. Les autres pays arabes ayant déjà négocié et bénéficié d’une liste négative sont le Maroc (804 produits), l’Egypte (709), la Syrie (255), la Tunisie (161), le Liban (41) et la Jordanie (35). Concernant le bilan d’évaluation de l’adhésion de l’Algérie à la Zale, il estime trop tôt de faire une appréciation objective de l’impact de cette adhésion. « Il faut au moins trois ans pour mieux évaluer les filières et les produits qui ont subi des dommages et des pertes par cette adhésion. » Les importations de l’Algérie auprès de la Zale sont passées de 3 % de ses importations globales en 2008 à 4 % sur les dix premiers mois de 2009, année de la mise en œuvre de l’accord de la Zale.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Le Jeune Indépendant