Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie veut moderniser la gestion de ses ports

L’Algérie veut moderniser la gestion de ses ports

dimanche 19 juillet 2009, par Rédaction

L’Algérie va investir 160 millions d’euros dans la modernisation de la gestion de ses ports.

La modernisation des ports d'Algérie. L’Etat a dégagé une enveloppe de 160 millions d’euros pour doter les différents ports d’Algérie d’un nouveau système de gestion de la sécurité maritime et portuaire et d’échange d’informations, a annoncé, hier, le ministre des Transports, Amar Tou, en marge de l’inauguration du Centre opérationnel de sûreté des navires et des installations portuaires (COSS). Ce dispositif sera opérationnel au plus tard en 2012, a-t-il précisé. Le Système intégré de la gestion de la sûreté et de la sécurité maritime et portuaire et d’échange de données informatisées (VTMIS) « devra réunir toutes les conditions de sécurité dans les eaux territoriales nationales, les côtes, et les ports en Algérie », note le ministre. Un groupement, composé de deux entreprises suédoises et une entreprise coréenne, a été retenu pour la mise en place du VTMIS. L’avantage avec ce système, c’est qu’il permettra une meilleure coordination entre les différents services en donnant la possibilité aux opérateurs d’accomplir « toutes les formalités commerciales au niveau des ports par voie électronique », a tenu à signaler M. Tou.

Abondant dans le même sens, le directeur de la marine marchande auprès du ministère, Abdelkrim Rezal, a indiqué que le VTMIS renforcera la surveillance des quais et des rades au niveau des ports et leurs zones sensibles, ainsi que leurs accès à travers un réseau de caméras. Il assurera aussi la gestion du trafic des navires algériens et étrangers longeant les côtes nationales jusqu’à une distance de 40 miles nautiques (70 km). Les pouvoirs publics semblent déterminés à moderniser les infrastructures portuaires et leur management. Dernièrement, il a été décidé de ne plus autoriser les navires transportant des cargaisons de rond à béton et de bois, les produits alimentaires non-conteneurisés, les marchandises diverses non conteneurisées et les véhicules (car-carries) à décharger leurs marchandises au port d’Alger à partir du 1er octobre 2009. Ces nouvelles mesures visent à décongestionner certains ports nationaux de commerce, notamment le port d’Alger dont la situation devenait intenable. Cette décision a été prise en conseil interministériel pour mettre fin à l’allongement de la durée à quai des navires et à l’importante rade qui se traduit par des impacts extrêmement pénalisants pour l’économie, notamment par le taux de fret et les primes d’assurances élevées, les taxes de congestion et les surestaries, ajoute le communiqué.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Le Financier