Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > MULTIMEDIA > L’Algérie veut promouvoir le .dz

L’Algérie veut promouvoir le .dz

lundi 15 juin 2009, par Rédaction

Le Cerist ambitionne de promouvoir l’extension .dz en Algérie après avoir révélé que 95 % des sites Internet algériens sont hébergés à l’étranger.

L'extension .dz en Algérie. A peine 5 % des sites Internet algériens appartiennent au nom de domaine point dz (.dz) géré par le Cerist depuis 1995. Alors qu’ils sont environ 45 000 hébergés à l’étranger, les sites relevant de ce domaine ne sont en effet que quelque 2 380, selon des chiffres communiqués hier à l’occasion d’une journée d’étude consacrée par le Cerist à la promotion du nom de domaine .dz en Algérie. A cette occasion, le président de l’association des providers, M. Kahlane, a souligné que sur 95 % de sites algériens hébergés à l’étranger, 90 % appartiennent aux noms de domaines point com, ou encore point org ou point net. Selon lui, comparée à ses voisins maghrébins, l’Algérie est très en retard puisque la Tunisie, par exemple, compte 13 000 sites Internet appartenant à son nom de domaine point tn (.tn), alors qu’au Maroc le nom de domaine point ma (.ma) abrite entre 50 000 et 60 000.

Les entités algériennes désireuses de disposer de leur propre site Internet boudent le domaine point dz. C’est justement pour découvrir les raisons de cette réticence que la journée d’hier à été organisée. Les participants n’ont d’ailleurs pas hésité à pointer du doigt les multiples contraintes, parmi lesquelles « les problèmes bureaucratiques causés par une paperasse trop lourde, des tarifs d’hébergement excessifs, des problèmes de sécurité et de fiabilité informatique et l’impossibilité de gérer son site à distance », a souligné Mme Houria Atif, l’ancienne directrice générale de Djaweb. Ce sont autant de contraintes qui font que les gens préfèrent aller se faire héberger ailleurs, d’autant plus que le nom de domaine point dz n’est pas bien connu en Algérie et qu’il y a beaucoup d’appréhensions qui circulent à son sujet, a-t-on souligné. Toutefois, Mme El Mouhaeb a tenu à réfuter certaines idées reçues concernant notamment la question de sécurité, admettant que le développement des infrastructures de télécommunication permet aujourd’hui « d’offrir la fiabilité » à ceux qui sont enregistrés sous ce nom de domaine.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant