Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > CULTURE > La Bibliothèque nationale d’Algérie accueille Jean Daniel

La Bibliothèque nationale d’Algérie accueille Jean Daniel

lundi 14 mai 2007, par Ahlem

La Bibliothèque nationale d’Algérie a accueillli l’écrivain et journaliste français Jean Daniel auteur de l’ouvrage "Comment résister à l’air du temps".

Jean Daniel en visite en Algérie Le grand journaliste Jean Daniel explique que cet ouvrage n’est pas un mode d’emploi mais une invitation et une introduction. Introduction à l’une des plus belles œuvres du XXe siècle français, celle d’Albert Camus. Mais aussi une invitation au doute et à l’exigence morale sur fond de réflexion sur ce que peut être le journalisme. Pour Camus comme pour Jean Daniel, il n’est pas de journalisme qui ne se sépare d’une culture comprenant la philosophie et la littérature. Le journaliste doit exiger la vérité. Mais, cette vérité, comme nous le fait remarquer Jean Daniel, n’est-elle pas propre à chacun ? Seuls nous restent alors le doute et la négation de l’absolu. Nous voici donc face à une invitation à la réflexion, au rejet de l’absolu, au doute journalistique, à l’exigence de vérité morale nécessairement vacillante.

Ainsi, Jean Daniel, qui s’est fait remarquer dans les années 1950, par ses reportages sur la Guerre d’Algérie dans lesquels il dénonce la torture, nous invite ici, dans un langage toujours éclatant, à rencontrer Albert Camus journaliste, évidemment indissociable de l’auteur de Caligula ou du Mythe de Sysiphe. Camus c’est aussi l’homme de ces citations qui raisonnent parfois de manière inquiétante dans le creux de nos oreilles : « Un pays vaut souvent ce que vaut sa presse » ou encore : « Un journal, c’est la conscience d’une nation ». Le livre est riche d’un plaidoyer pour l’information critique qui, selon Camus, est d’abord « le pari passionné que l’on peut intéresser et fidéliser le lecteur en lui donnant à penser, même et surtout en le distrayant, sans jamais flatter son goût pour la paresse ou la vulgarité ».

Pour Jean Daniel, Camus journaliste est synonyme du refus de la violence sachant que celle-ci est inévitable et injustifiable. C’est aussi le doute constant qui dénigre toute forme d’absolu. Refus du totalitarisme, du colonialisme, de la terreur. L’élève de Camus explique : « Sans aucun doute ce fut parce qu’il naquit dans une famille pauvre d’Algérie qu’il ne devait rien à l’intelligentsia parisienne, et qu’il dut rompre avec cette dernière pendant cette guerre qui déchira la France. » Il y a alors ces mots, que l’on a toujours mal interprétés parce que jamais cités dans leur intégralité : « En ce moment, on lance des bombes sur les tramways d’Alger. Ma mère peut se trouver dans un de ces tramways. Si c’est cela la justice, alors je préfère ma mère. » Une phrase qui a suscité une vive polémique autour de Camus. L’ouvrage de Jean Daniel, pour sa part, n’a pas laissé indifférent la famille intellectuelle algérienne.

Synthèse de Ahlem, www.algerie-dz.com
D’après El Watan