Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > INTERNATIONAL > La Corée du Nord divise le Conseil de sécurité de l’ONU

La Corée du Nord divise le Conseil de sécurité de l’ONU

mardi 7 avril 2009, par Rédaction

Les pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU ne sont pas arrivés à un consensus sur la position à adopter face à la Corée du Nord.

La Corée du Nord défie l'ONU. Le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis ont dit leur « préoccupation » quant à la présente situation qui met en péril, selon leurs propos, la paix et la stabilité en Extrême-Orient. La Chine, la Russie et les pays en développement ont fait savoir qu’il ne fallait pas préjuger les intentions des Nord-Coréens. La réunion du Conseil de sécurité s’est donc terminée dans l’impasse, sans même de déclaration préliminaire condamnant la Corée du Nord. La Chine, la Russie, la Libye et le Vietnam ont défendu leur position de ne pas voir la Corée du Nord affaiblie et déstabilisée, ce qui renforcerait les tensions dans la région. En guise de parade de sortie, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France et le Japon ont finalement fait une proposition de résolution qui pourrait être adoptée d’ici à la fin de cette semaine. D’ailleurs, le Conseil devait de nouveau se réunir « aussi vite que possible » hier en fin d’après-midi, selon l’ambassadeur du Mexique, Claude Heller, président en exercice du Conseil de sécurité.

Tôt dimanche, le Japon avait réclamé une réunion d’urgence à New York, au siège des Nations unies, pour débattre du tir d’une fusée de longue portée qui a, selon lui, survolé le territoire nippon. La fusée aurait terminé sa course dans l’océan, d’après des responsables américains et sud-coréens, mais elle aurait pu servir en fait à tester une technologie de missiles à longue portée pour le régime nord-coréen. Washington, Tokyo et Séoul estiment que ce tir nord-coréen viole la résolution 1718 du Conseil de sécurité interdisant à la Corée du Nord les essais de missiles balistiques. La Chine, plus proche alliée de la Corée du Nord, et la Russie ne sont cependant pas convaincues que le lancement de ce que Pyongyang dit être un satellite soit une violation des résolutions de l’ONU. La Libye, le Vietnam et l’Ouganda ont également abondé dans leur sens, ont déclaré des diplomates. « C’est dix contre cinq », a dit un diplomate à propos du vote des 15 membres du Conseil. Les membres de cette instance ont en vain tenté pendant près d’une heure de s’entendre sur une déclaration non contraignante qui aurait exprimé leur « préoccupation » à la suite du lancement. Mais, ont dit des diplomates, la Russie, la Chine et les trois autres pays déjà cités n’ont pas accepté le terme de « préoccupation » et le Conseil a renoncé à publier une déclaration.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant