Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La consommation de gaz en Algérie continuera à progresser

La consommation de gaz en Algérie continuera à progresser

mercredi 10 décembre 2008, par Rédaction

La consommation de gaz à travers l’Algérie connaîtra des hausses de plus de 7% par an durant les prochaines années.

La consommation de gaz en Algérie. La demande nationale en gaz va sensiblement augmenter au cours de la prochaine décennie selon un rythme de croissance annuelle oscillant entre 6,9 et 10,1 %, d’après trois scénarios élaborés par le gestionnaire du réseau de transport du gaz (GRTG). Selon ces prévisions, le scénario fort prévoit « un développement socio-économique élevé avec l’intégration de plusieurs projets industriels en Algérie, plus précisément dans la sidérurgie et la pétrochimie ». De ce fait, la croissance de la demande en gaz sera importante atteignant 23 % en 2012, date de la mise en œuvre de la plupart de ces projets. En 2017, elle devrait atteindre 67 milliards de mètres cubes, soit une évolution annuelle de 10,1 %, d’après les prévisions. Le scénario fort, selon le GRTG, suppose l’apparition d’autres gros projets consommateurs de gaz naturel qui vont être alimentés par son réseau, tel le pôle des engrais phosphatés de Bouchegouf (Guelma). Dans ce cas, la demande globale devrait connaître un rythme d’évolution de 13,4 % entre 2007 et 2012 et de 7 % entre 2012 et 2017.

Dans le cadre du scénario moyen, les prévisions tablent sur une demande en gaz en Algérie qui va plus que doubler pour passer de 25,6 milliards de mètres cubes en 2007 à 55,157 milliards de mètres cubes en 2017, soit une hausse de 115,5 %. Ce cas de figure prend en considération la consommation des clients industriels reliés au réseau de Sonatrach qui devrait connaître l’évolution la plus importante, soit un taux de croissance annuel moyen de 11,4 % durant toute la période considérée. Cela s’explique, selon la même source, par la mise en service des nouveaux projets pétrochimiques dont les projets d’ammoniac en 2011 et d’aluminium en 2012. Durant cette décennie, la répartition de la consommation par type d’utilisation montre que près de 50 % des besoins seront consommés par les clients industriels reliés aux réseaux GRTG et Sonatrach, 34 % par les centrales électriques et 18 % par la distribution publique. Par région, la consommation reste concentrée dans les deux régions de l’Est ou de l’Ouest de l’Algérie avec près de 46 % de la demande pour l’Ouest où seront concentrés la plupart des nouveaux projets pétrochimiques.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant