Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La flambée des prix des légumes persiste en Algérie

La flambée des prix des légumes persiste en Algérie

mercredi 30 décembre 2009, par Rédaction

La flambée des prix des fruits et légumes continue de sévir en Algérie malgré l’engagement du gouvernement à freiner la hausse des prix.

La flambée des prix des légumes sévit en Algérie. Malgré la mise en place du système de régulation des produits de large consommation, la flambée des prix continue de sévir en Algérie. Rachid Benaïssa, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, semble ne plus savoir sur quel pied danser. « Il y a des tentatives d’améliorer la stabilité des prix », s’est-il contenté de dire, hier, en marge de la tenue de l’assemblée ordinaire de la Chambre nationale d’agriculture (CNA), à Alger. Sans pour autant reconnaître l’échec du système de régulation mis en place auparavant, le ministre concède cette autre phrase lourde de sens : « Le marché est toujours dérèglementé. » Un aveu d’échec on ne peut plus clair de la part d’un haut responsable quant à la persistance du problème relatif aux prix des produits agricoles de large consommation en Algérie. Dans les marchés populaires, les prix donnent le tournis. Et la régulation tant serinée n’a pas pour autant permis d’atténuer un tant soit peu la fièvre qui s’en est emparée des étals. M. Benaïssa rappelle, à ce propos, que les prix sont soumis à la loi de l’offre et de la demande, avec cette précision que le gouvernement est en train de tout mettre en œuvre pour réguler le marché.

Percevant les limites, voire l’inefficacité de l’ancien système de régulation de prix des fruits et légumes en Algérie, le ministre est venu annoncer une nouvelle « opération de régulation » du marché. Il s’agira, selon ses explications, de la réhabilitation des entrepôts de froid et la mise en place de bases logistiques par des entreprises publiques et qui devront être installées dans les wilayas de Sétif, Chlef, Aïn Defla et Aïn Mlila. « A la lumière de cette réhabilitation, je pense que le système de régulation aura des effets concrets », espère-t-il. En clair, le ministre n’est pas arrivé à bout de sa stratégie de mettre un peu d’ordre dans la maison, qui semble tout compte fait échapper carrément à son contrôle. De son côté, Mohamed Cherif Ould El Hocine, président de la CNA, ne s’est pas gêné pour voler au secours de deux ministres que les observateurs tiennent pour responsables de la flambée de la mercuriale. « C’est scandaleux qu’un kilo de tomate soit écoulé à hauteur 140 DA, mais la faute ne relève pas du ministère de l’Agriculture ou celui du Commerce », a-t-il tonné lors de son allocution au cours de l’assemblé ordinaire du CNA. Le problème, selon lui, tient au déficit important en matière d’infrastructures de commercialisation des produits agricoles frais en Algérie. Pour étayer ses propos, M. Ould El Hocine révèle que 71% de la production agricole passe par le circuit informel. Il avance le chiffre de 11 marchés informels de gros. Ceci alors que l’Algérie, dispose, note-t-il, de seulement 42 marchés de gros formels. « C’est insuffisant. Cela ne peut pas contenir toute la production nationale agricole, évaluée annuellement à 96 millions de tonnes, tous produits confondus », déplore-t-il. Il indique dans la foulée que seules 703 communes sur le territoire national disposent de marchés de détail.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après El Watan