Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > La gouvernance d’entreprise n’est pas obligatoire en Algérie

La gouvernance d’entreprise n’est pas obligatoire en Algérie

mercredi 31 mars 2010, par Rédaction

Le code de gouvernance d’entreprise mis en vigueur en Algérie en 2009 ne revêt aucun caractère légal et ne comporte aucune disposition contraignante.

La gouvernance d'entreprise n'est pas obligatoire en Algérie. En clair, l’adhésion à la bonne gouvernance d’entreprise en Algérie relève d’une démarche libre et volontaire de l’entreprise. Telle que définie par les auteurs de ce code, la gouvernance d’entreprise est une philosophie managériale et un ensemble de dispositions pratiques visant à assurer la pérennité et la compétitivité de l’entreprise par le biais de la définition des droits et des devoirs des parties prenantes, à savoir le manager et l’actionnaire, et le partage des prérogatives et responsabilités qui en résultent. Pour Ali Harbi, consultant et co-auteur du code, l’Algérie est en phase pédagogique de libre adhésion à ce code mais la situation devrait évoluer afin de parvenir à un consensus sur la nécessité de mettre tous les aspects de ce code dans une loi. « C’est toujours dans l’intérêt des entreprises » car les grands managers ne restent pas dans les entreprises qui n’appliquent pas le code de gouvernance.

« En Algérie, le code arrive au moment crucial car la majorité des entreprises privées ont une moyenne d’âge qui varie entre 20 et 25 ans », a-t-il fait constater en concluant que les propriétaires de ces entreprises sont âgés et ont besoin de successeurs. Cette succession devrait justement se baser sur des textes juridiques clairs et précis qui définissent les droits et devoirs du propriétaire et de son successeur qui prend sa relève en tant que gestionnaire de l’entreprise. Le code de gouvernance d’entreprise avait germé lors du séminaire international sur la gouvernance d’entreprise tenu en 2007 à Alger. Il est le fruit de travail d’un groupe composé de représentants d’associations patronales et professionnelles, comme le Forum des chefs d’entreprise (FCE) et du Cercle d’action de réflexion autour de l’entreprise (CARE) et ceux du ministère de la PME et de l’Artisanat. Ce code, à caractère non obligatoire, cible en premier lieu les PME privées et celles cotées en Bourse ou qui ambitionnent de l’être.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant