Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Le Japon et l’Algérie pour une plus grande coopération

Le Japon et l’Algérie pour une plus grande coopération

lundi 24 novembre 2008, par Rédaction

Le Japon et l’Algérie ambitionnent de renforcer leur coopération économique notamment dans les secteurs hors hydrocarbures.

Le Japon et l'Algérie coopèrent. La 6e session du comité économique conjoint algéro- japonais se tient aujourd’hui à Alger, selon un communiqué du Forum des chefs d’entreprise (FCE), pour élargir la coopération aux secteurs hors hydrocarbures en Algérie. Le Comité algéro-japonais se réunit pour renforcer et élargir les relations économiques entre les deux pays à d’autres secteurs que le secteur pétrolier, avait souligné le P-DG de JGC Algérie, Yoshihiro Shigehisa, lors de l’annonce faite en septembre dernier sur la tenue de cette réunion de deux jours. En sa qualité de coprésident du comité, il avait promis d’introduire de « grandes compagnies japonaises représentant différents secteurs » pour discuter d’éventuels investissements en Algérie. Par ailleurs, M. Shigehisa avait également annoncé la cérémonie d’inauguration de JGC Algérie à l’occasion, promettant que la majorité du personnel de la filiale serait des ingénieurs algériens. Pour sa part, le représentant du Nippon Keidanren (le patronat japonais), M. Takehara, a déploré que les entreprises japonaises activant hors hydrocarbures n’aient pas assez d’informations « claires » sur l’économie algérienne et la politique d’investissement en vigueur pour les étrangers. Pour lui, cette réunion apporterait des réponses à ce sujet. En septembre, Sonatrach, qui coprésidait le comité depuis sa création en 1991, a cédé sa place au profit du FCE, tout en restant un membre actif au sein du comité.

Ainsi, le Comité s’ouvre aux entreprises privées. Enfin, le président du FCE et nouveau coprésident du comité, Réda Hamiani, a expliqué ce changement à la tête du comité par la nécessité d’un élargissement des domaines de coopération entre l’Algérie et le Japon et sortir du cadre des hydrocarbures pour englober d’autres secteurs d’activité. Pour lui, le contact direct entre les entreprises japonaises et algériennes « permettra de faire évoluer, et dans tous les secteurs, les échanges ». A ce titre, le président du FCE avait noté que les importations algériennes du Japon ne représentent que 4% des importations algériennes, avec un montant de 1 milliard de dollars en 2007. L’Algérie importe essentiellement des équipements industriels et des semi-produits du Japon, soit 95% de ses importations en provenance de ce pays. Par contre, les exportations algériennes vers le pays du Soleil Levant sont à 98% des hydrocarbures.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après Le Jour d’Algérie