Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > CULTURE > Le Maroc veut récupérer la Tijania

Le Maroc veut récupérer la Tijania

mercredi 4 juillet 2007, par Rédaction

Le Maroc tente de s’approprier la paternité de la tariqa tijania qui a été fondée par cheikh Ahmed Tidjani en 1781 à Aïn Madhi près de Laghouat en Algérie.

Le Maroc accueille un festival sur la Tijania à Fès Dans un communiqué final sanctionnant la réunion de la tariqa tijania, présidée par le ministre marocain des Habous et des Affaires islamiques, Ahmed Toufiq, les participants affirment que le déroulement de cette manifestation à Fès émane de l’engagement du Maroc à “rester fidèle à son patrimoine spirituel et civilisationnel et également de son souci de demeurer un pôle de cette confrérie en lui apportant l’appui nécessaire pour propager ses valeurs au service de la solidarité islamique, maghrébine et africaine”. Ainsi, le Maroc n’a guère abandonné l’idée de prendre à son compte cette confrérie, même si dans le communiqué, les organisateurs affirment que ce forum n’a pas de connotation politique. Il n’en demeure pas moins que le roi du Maroc, Mohammed VI, a personnellement présidé la cérémonie de clôture de la réunion en offrant un dîner en l’honneur des principaux dignitaires ayant pris part au rendez-vous.

C’est dire l’importance accordée par le Makhzen à la réussite de l’événement, qui constitue en fait une réponse à la rencontre organisée au mois de novembre dernier par l’Algérie dans une localité de Aïn Madhi, lieu de naissance du fondateur de la tariqa tijania, cheikh Ahmed Tidjani, au cours de laquelle l’Algérie avait réuni des adeptes tijanis. C’est, d’ailleurs, l’avis de nombreux observateurs, qui estiment que la manifestation de Fès au Maroc constitue effectivement une réaction pour montrer le “rôle pionnier qu’ont joué les sultans de la dynastie alaouite dans la protection de la tariqa tijania, sa diffusion et son rayonnement”. Pour rappel, Abdelaziz Belkhadem, le chef de gouvernement algérien, qui avait ouvert les travaux de la rencontre de Aïn Madhi, avait fait une déclaration jugée mal placée par les Marocains. Ils n’ont pas apprécié qu’il dise : “La confrérie tijania est liée à Aïn Madhi. Et nous n’attendons de reconnaissance de personne. L’origine de cette confrérie est algérienne et son fondateur est algérien.” Ce qui confirme l’intention du Maroc de s’approprier cette confrérie est la décision de perpétuer l’organisation de cette manifestation, qui en est à sa première édition. Il est question que cette réunion se tienne à l’avenir, tous les deux ans, en terre marocaine.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après Liberté