Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > MULTIMEDIA > Le piratage prospère en Algérie

Le piratage prospère en Algérie

mardi 19 mai 2009, par Rédaction

Le piratage des logiciels informatiques n’a pas reculé en Algérie malgré les campagnes de sensibilisation sur les méfaits de cet acte répréhensible.

Le piratage demeure élevé en Algérie. Le taux de piratage en Algérie est resté « stable à hauteur de 84 % pendant les trois dernières années ». Ce qui représente une proportion très élevée, surtout si l’on tient compte du fait que de nombreuses campagnes de sensibilisation ont été menées aussi bien par l’Office nationale des droits d’auteur et des droits voisins (ONDA) que par différents organismes partie prenante dans la lutte contre la contrefaçon et le piratage, dont la douane, la Gendarmerie nationale, la Sûreté nationale, etc. L’Algérie est classée parmi les vingt pays au monde où le piratage continue à prospérer et atteint des proportions dépassant tout entendement. D’où l’urgence de conjuguer les efforts dans le cadre de la sensibilisation quant aux conséquences du piratage et de consacrer les droits de la propriété intellectuelle des logiciels informatiques de façon plus rigoureuse.

C’est ce qui ressort d’une conférence animée, hier à Alger, conjointement par le directeur général de l’ONDA, M. Hakim Taoussar, et le responsable à Business Software Alliance (BSA), M. Aly Harakey, à l’occasion de la signature d’un protocole d’accord relatif à la promotion et à la protection des droits d’auteur appliquées aux logiciels informatiques, dans le prolongement de la coopération entre les deux parties qui avaient déjà signé un accord similaire en mai 2004. Lors de son intervention, M. Harakey a néanmoins reconnu que l’Algérie a déjà mis en place un cadre législatif et réglementaire pour la protection des droits d’auteur, ce qui n’est pas le cas pour d’autres pays, dont la Lybie, en raison des situations exceptionnelles qu’elle a vécues. Il a également cité l’exemple d’un autre pays qui, lui, s’en sort plutôt bien en la matière. Les Emirats arabes unis ont, selon M. Harakey, vu leur taux de piratage sensiblement baisser à moins de 35 %.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant