Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Nedjma Algérie critique Djezzy

Nedjma Algérie critique Djezzy

jeudi 27 novembre 2008, par Rédaction

L’opérateur de téléphonie mobile Nedjma Algérie a dénoncé les pratiques qu’il juge déloyale de son concurrent Djezzy d’Orascom Télécom Algérie.

Joseph Ged de Nedjma Algérie critique Djezzy. A propos de concurrence déloyale, le PDG de Nedjma de Watanya Telecom Algérie, Joseph Ged, visiblement excédé par la mauvaise foi et le comportement de Djezzy, citera en vrac « l’abus de la position d’opérateur dominant, la création de numéros spéciaux post payed, le dumping dans les tarifs… ». Et de dénoncer vivement ce genre de pratiques lesquelles se poursuivent en dépit de la volonté que semble montrer l’ARPT d’y mettre enfin un terme, notamment à travers ses fameuses décisions numéro 11 et 14 auxquelles Djezzy, opérateur dominant refuse toujours de se soumettre. Tout en admettant avoir maintes fois saisi l’ARPT à ce sujet, laissant pour plus tard le soin de dévoiler la stratégie de Nedjma concernant une question aussi sensible, le conférencier s’exclame quand même que « Nedjma ne peut quand même pas pousser l’ARPT à faire respecter ses propres décisions ! ». Très diplomate, mais sachant défendre bec et ongles les intérêts de l’entreprise qu’il gère, M. Ged a admis qu’ « il n’y avait en théorie pas de mal à être opérateur dominant, à cette condition près de ne pas en profiter pour faire du dumping ». Le premier responsable de Nedjma démentira au passage les accusations dont il a fait l’objet en expliquant n’avoir jamais été contre la baisse des tarifs. Il avait cependant conditionné cela à la fixation par l’ARPT de tarifs planchers asymétriques, donc spécifiques à chacun des trois opérateurs, et fixés suivant des paramètres scientifiques précis.

En ce qui concerne la position d’opérateur dominant de Djezzy, avec plus de 60% de parts du marché, Nedjma a résolu de la manière la plus ferme qui soit, cela même si la concurrence déloyale venait à persister, de réduire à 45 cette « domination », pour partager avec Mobilis les 55 % de parts restantes. Nedjma Algérie, dont le sérieux et le respect des lois et de son cahier des charges ne se sont jamais démenti, compte gagner ce challenge en mettant sur le marché les meilleurs offres sur les plans qualité et prix. Mais pour cela il est nécessaire que l’Etat aille vers « la portabilité », une pratique courante qui se fait dans tous les pays où la téléphonie mobile est bien développée. A ce propos, le conférencier explique que « les numéros de téléphone sont la propriété de l’Etat, lequel les met à la disposition de tel ou tel opérateur. Il doit donc devenir possible qu’un client puisse changer d’opérateur tout en gardant son numéro ». Il en va de même pour le « roaming national », une fois établie une entente commerciale entre les trois opérateurs. Cette formule permet à tout usager de passer automatiquement à un autre réseau lorsqu’il se trouve dans une zone que ne couvre pas totalement son propre opérateur.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Le Courrier d’Algérie