Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ALGERIE > « Pas d’élection sans la plate-forme d’El Kseur »

« Pas d’élection sans la plate-forme d’El Kseur »

Tension à Béjaïa

jeudi 18 mars 2004, par Hassiba

Le lancement officiel de la campagne électorale, aujourd’hui, à travers tout le territoire national sera marqué à Béjaïa par de nombreuses actions de rue auxquelles les aârouch ont appelé. Ce sont donc les délégués du mouvement citoyen qui occuperont le terrain en organisant des marches et meetings dans les chefs-lieux de daïra de la wilaya de Béjaïa.

Les comités de campagne des candidats en lice ont, quant à eux, préféré « attendre pour voir ». A l’exception du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) qui a opté pour une campagne de proximité à travers des conférences-débats dans certaines localités (Tazmalt, El Kseur, Akbou, Seddouk, Amizour, Kherrata et Béjaïa-ville).
Ainsi, la coordination intercommunale des citoyens de la wilaya de Béjaïa (CICB) organisera, ce jeudi, des marches suivies de meetings dans les localités d’El Kseur, Sidi Aïch, Amizour, Souk Oufella, Fenaïa-Il Maten et Tazmalt. Le mot d’ordre retenu pour ces actions est le même à travers toutes ces communes : « Rejet de l’élection présidentielle !

Pour l’exigence de la satisfaction pleine et entière de la plate-forme d’El Kseur ! ». A Sidi Aïch, la marche des citoyens démarrera de la place Salhi-Redouane et s’arrêtera devant le siège de l’APC où un meeting populaire sera animé par les délégués du mouvement citoyen. La coordination de la daïra de Sidi Aïch a appelé pour une grève générale pour la même journée. D’après Farès Oujeddi, la journée de ce jeudi sera « inscrite dans l’histoire du mouvement citoyen car elle signifiera le rejet par les citoyens des fausses solutions ». Pour Bezza Benmensour, délégué de Sidi Aïch, les citoyens occuperont la rue jusqu’à satisfaction de leurs revendications. Dans les communes d’El Kseur, Amizour et Fenaïa, les aârouch battront le pavé très tôt dans la matinée de ce jeudi.

Les délégués de ces daïras veulent occuper le terrain avant que les comités de campagne des six candidats ne sortent dans les espaces publics. D’après Khoudir Benouaret, les actions du mouvement citoyen seront pacifiques et bien encadrées par les délégués. En outre, les délégués du mouvement citoyen, qui ont animé des meetings durant toute la semaine écoulée, ont réaffirmé leur engagement à poursuivre la lutte jusqu’à l’aboutissement de toutes les revendications pour lesquelles des jeunes sont morts.

Au cours des rencontres avec les citoyens
animées respectivement lundi, mardi et mercredi à Souk El Ténine, Tifra, Sidi Ayad et Timezrit, les représentants des aârouch ont appelé à boycotter les meetings des candidats en lice et à ne pas répondre aux provocations. Hier, à Timezrit, les délégués ont dénoncé l’attitude du président-candidat qui a déclaré à l’ENTV que tamazight est dangereuse pour l’unité nationale. « C’est Bouteflika qui est une menace à l’unité nationale par son mépris avéré à l’identité millénaire des Algériens », dira Djoudi Hamouche.

Concernant l’éventuelle venue de Bouteflika en Kabylie lors de cette campagne électorale, les représentants de la CICB ont déclaré que le même accueil, qui avait été réservé à ce candidat lors des élections de 1999, lui sera réservé par la population cette année. Les délégués ont réitéré également le principe que tous les candidats sont persona non grata en Kabylie. Par ailleurs, les blessés et les parents des martyrs du Printemps noir de Béjaïa ont organisé hier en fin de journée une réunion au niveau du Théâtre régional (TRB) au cours de laquelle ils ont décidé de participer à toutes les actions antivote que le mouvement citoyen organisera.

Mourad Bektache, Le Matin