Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L'ancien président algérien Chadli Bendjédid critique indirectement la révision const

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    et on continus avec les tartines au beurre quand le pays se meurt de l'incompetence de la presidence :

    http://www.algerie-dz.com/forums/sho...d.php?t=104362

    si la video contenue dans ce topic se passait dans un pays d'europe, le gouvernement sauterait, le president demissionnerait, des responsables militaires et de la police seraient demis de leurs fonctions...

    pauvre algerie, où sont tes vrais moudjahidines de 1954 ? où sont les vrais hommes, les vrais algeriens ?

    Laisser un commentaire:


  • L'ancien président algérien Chadli Bendjédid critique indirectement la révision const

    L'ancien président algérien Chadli Bendjédid critique indirectement la révision constitutionnelle

    AP | 29.11.2008 | 21:10
    L'ancien président algérien Chadli Bendjédid a dénoncé samedi indirectement la récente révision de la Constitution qui réduit considérablement les prérogatives du Parlement en faveur de l'exécutif.
    "Je voulais instaurer un système parlementaire pour le retour à la souveraineté nationale et le rétablissement de la confiance entre gouvernés et gouvernement", a-t-il souligné lors d'un colloque consacré à l'écriture de l'histoire de la guerre d'Algérie.
    "Depuis, on a fait le serment, la main sur le Coran, de respecter la Constitution, mais on fait autre chose, je ne suis pas de cela", a poursuivi Chadli Bendjédid, dans une allusion au président Abdelaziz Bouteflika qui avait promis de respecter la Constitution lors de son accession à la tête du pays en 1999 pour finalement, se résoudre à la changer, afin de pouvoir briguer un troisième mandat.
    La sortie médiatique de Chadli Bendjédid, qui s'est imposé jusque-là une réserve "pour ne pas compliquer davantage la situation du pays" intervient dans un contexte préélectoral, marqué par une controverse sur la révision constitutionnelle.
    La semaine dernière, un autre ancien président algérien Liamine Zeroual avait confié à des personnalités de son entourage qu'il était prêt à prendre part à la présidentielle d'avril 2009, si cette élection se déroulait "dans la transparence".
    Le 12 novembre dernier, le Parlement algérien, convoqué en congrès par le président Bouteflika, a adopté à une très large majorité, une série d'amendements dont le plus important porte sur l'abrogation de la limitation des mandats, fixés à deux dans la constitution de 1996.
    La non limitation des mandats, qui permet au président en exercice d'être rééligible autant de fois qu'il le souhaite "au nom du respect de la souveraineté populaire" est perçue par les observateurs comme une porte ouverte à la possibilité pour Abdelaziz Bouteflika de briguer un troisième mandat.
Chargement...
X