Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L'émeute seul recours pour les Algériens!

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    M. Bougessa est vraiment en deça de ce qu'on peut espérer d'un sociologue en matière d'explication d'un phénomène qui meuble le quotidien de l'Algérie depuis plus de trois ans. Aussi et face à cette auto-censure qui ne dit pas son nom, me je suis permis de réaliser une contre-interview sur la base du questionnaire de la journaliste du Matin.

    Le Matin : Nous assistons ces dernières années à un nouveau phénomène, celui du recours à la rue pour régler toutes sortes de problèmes de la société. Comment expliquez-vous cette orientation ?

    Muhend: Le recours à l'émeute ne m'étonne pas outre mesure au vu d'abord des difficultés que vivent les Algériens au quotidien et qui sont de tout ordre (problème de logement, chômage, malvie, oppression et hogra) et surtout l'inexistance de canaux d'expression à même de leur permettre d'exprimer ces difficultés et de les résoudre. A mon avis, loin de vouloir fléchir, les émeutes vont gagner en intensité et redoubler de violence parce que simplement le régime est incapable de désamorcer la crise sociale et économique. Il ne s'agit pas seulement d'une faillite: elle est d'une évidence criante mais d'une fuite en avant qui dénote que la dictature se crispe chaque fois qu'elle est contestée car elle n'a ni les moyens politiques ni l'assiette socio-idéologique lui permettant d'atténuer la pression populaire. Le pire serait que le chao s'installe vite dans le pays et le recours à la violence armée par une jeunesse plus que jamais désabusée et désespérée.

    Ne pensez-vous pas justement que le bras de fer pouvoir- mouvement des aârouch en Kabylie ou le mouvement citoyen des Aurès traduit une rupture de dialogue entre la société et les pouvoirs publics ?

    Effectivement il ya un total délitement du lien institutionnel légal que représentent les Assemblées (locales, wilayale et nationale). Et pour cause, dans un pays ou la fraude est généralisée, systématique et où la cooptation a figure de moyen pour désigner les représentants du peuple ou plutôt des clientèles du pouvoir au poste de responsabilité, il ne faut pas s'étonner que la révolte s'installe. Même si l'on utilise le plus souvent le mot émeute pour désigner le phénomène, il faut reconnaître qu'on est différent de ce cas de figure. En réalité, il s'agit d'une révolte au sens plein du terme qui traverse toutes les régions de l'Algérie et aussi toutes les catégories de la société et qui aboutit même au sommets de l'Etat lui même déstabilisé par cette pression continue des masses populaires marginalisées et tenues dans des conditions de misère insupportable. Preuve en est que la révolte s'accompagne -fait inédit- d'élaboration de plates-formes de revendications embrassant tous les domaines du champ social (économiques, sociales, politiques etc). Même avec des différence de tonalité avec ce qui s'est passé en Kabylie, les masses du reste du pays sont, à mon avis, en train, d'acquérir une expérience de la lutte qui va fairemal dans quelques années.

    Par quels moyens peut-on sortir de l'actuelle impasse ?

    Malheureusement la sortie n'est pas facile. Par le simple fait qu'il est plus facile d'installer un régime d'exception que de dépasser ce dernier. La junte algérienne est arrivée au sommet de ses contradiction et n'est plus capable de désamorcer la bombe sociale prélude à la démocratisation du pays. Toute ouverture de sa part la plus infime soit-elle le débordera immanquablement et fera ramener les masses aux leviers essentiels de la décision. Ce qui est inacceptable pour les oligarchies dominantes (caste bureaucratico-militaire, affairistes véreux et prédateur de tout genre) et qui peut même être mortel pour ses intérêts. N'oublions que l'Algérie ou précisément les oligarchies dominantes sont en Algérie dans une phase d'accumulation primitive et dans une sorte de curée impossible à imaginer dans une situation de démocratie. La solution n'est pas envisageable à court terme pour être réaliste. Mais la pression populaire, l'organisation des masses au plan politique, la convergence des forces du changement au delà de leur tonalités sont les voies qui méneront les Algériens à leur libération d'un régime mafieux, terroriste et prédateur.

    Et dans le cas de Tkout, dans les Aurès ?

    Ce qui s'est passé à T'kout est emblématique du blocage atteint par les tenants de la junte et de leur entêtement à aller droit au mur. Sur ce point aussi rien d'étonnant et qu'après une courte phase de décompression autoritaire (défaschisation) liée à la tenue de la présidentielle du 8 avril se succède comme dans un mouvement de balancier une phase plus longue de durcissement et de crispation marquée malheureusement par le drame et l'infâmie que subissent les population comme à T'kout qui rappellent à bien des égards les sévices et les pratiques honteuses de l'armée d'occupation en Irak. Les ceinturons de gendarmes et de CNS vont de plus en plus s'acharner sur les pauvres malheureux qui oseront défier les pharaons de l'Algérie ou remettre en cause leurs intérêts et leurs privilèges exhorbitants et indus. Ce n'est pas seulement un message à tous ceux qui oseront contester le régime en place et ses représentants les plus honnis (Boutef et la clique des généraux qui l'ont fait roi) mais surtout l'impossibilité avérée du régime d'engendrer la démocratie de ses flancs. C'est pourquoi en définitive seule une révolution démocratique avec un fort contenu social est en mesure de rendre justice aux Algériens et de sortir le pays de l'abime dans lequel on le plonge tous les jours.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Un invité a crée une discussion dans L'émeute seul recours pour les Algériens!

    L'émeute seul recours pour les Algériens!

    Kamel Bouguessa, sociologue
    « Les manifestations de rue traduisent la faillite du système »


    Kamel Bouguessa est juriste et sociologue à l'Université d'Alger. Il est notamment l'auteur de Mémoire meurtrie de la société algérienne, Aux sources du nationalisme algérien et Les pionniers du populisme révolutionnaire en marche.
    Le Matin : Nous assistons ces dernières années à un nouveau phénomène, celui du recours à la rue pour régler toutes sortes de problèmes de la société. Comment expliquez-vous cette orientation ?
    Kamel Bouguessa : Le phénomène n'est pas nouveau, en fait. C'est son ampleur qui a pris une très grande importance. Le recours à la rue est devenu une pratique systématique pour les citoyens pour exprimer leur mécontentement afin de forcer les institutions de l'Etat à régler rapidement les problèmes en suspens. D'un point de vue strictement juridique, ces actes sont naturellement réprimés par la loi. D'un point de vue sociologique, nous essayerons d'analyser ce phénomène selon les données en notre possession. Comme nous l'avons constaté dans les différents comptes rendus de presse, c'est un réel phénomène d'entraînement. La majorité des communes, dechra et cités de nos villes recourent à la manifestation publique dès qu'un problème n'est pas résolu. La population des agglomérations en question descend à la rue après avoir constaté que sa prise de contact avec les représentants des pouvoirs publics n'a pas abouti. Ce constat entraîne un énervement collectif qui conduit aux manifestations de rue, notamment le blocage des routes et l'occupation et la dégradation des institutions responsabilisées du blocage. Ce recours est bien entendu intolérable car ce ne sont certainement pas les pouvoirs publics qui sont sanctionnés mais les citoyens. Nul ne peut ignorer les retombées économiques directes ou indirectes dues au blocage des routes. Mais en même temps, ce phénomène traduit la défaillance des institutions de l'Etat qui n'arrivent pas à trouver la parade pour débloquer la situation et régler les problèmes, comme le stipulent les lois de la République. Il est clair aujourd'hui que ces institution ne fonctionnent plus.
    Cela veut-il dire que les citoyens n'ont plus d'autres moyens d'expression que le recours à la rue ?
    Evidemment. Les citoyens s'impatientent, s'attroupent et manifestent leur colère. Ceci prouve qu'ils sont arrivés à la limite de leur patience. Ils désirent voir leurs problèmes réglés. Ces manifestations de rue ont souvent mené à des émeutes. Le danger réside dans ces stades franchis de la colère sans que l'on apporte le moindre remède. La manifestation conduit à une émeute et l'émeute mène à un soulèvement. Vous n'êtes pas sans savoir que les révolutions commencent toujours par des soulèvements ponctuels qui se généralisent par la suite.
    Si ces situations de blocage perdurent, comme en Amérique latine, il faut s'attendre au pire. A l'exception de la Kabylie, où les manifestations sont empreintes d'une certaine manipulation politique, ce n'est pas le cas dans les autres régions du pays.
    Ne pensez-vous pas justement que le bras de fer pouvoir- mouvement des aârouch en Kabylie ou le mouvement citoyen des Aurès traduit une rupture de dialogue entre la société et les pouvoirs publics ?
    Parler de rupture, c'est trop dire dans la situation présente. Car il existe toujours des canaux informels pour rétablir un dialogue de temps à autre et pour surmonter les obstacles qui entravent les pourparlers. Mais ceci doit inciter les pouvoirs publics à revoir leur copie pour répondre aux doléances de leurs administrés. Le pouvoir est actuellement rigide et bureaucratique. Son manque d'imagination est incontestable. Il est, cependant, appelé à affronter les problèmes existants. Un pouvoir politique ambitionne toujours de gérer paisiblement la société Sauf si l'instabilité sert ses intérêts. Je pense que le pouvoir politique algérien est, aujourd'hui, plus que jamais au défi de trouver des solutions. Il y va de l'intérêt et de la stabilité du pays.
    Par quels moyens peut-on sortir de l'actuelle impasse ?
    La première condition, et je dirai même la condition sine qua non, est l'existence d'une réelle volonté politique du pouvoir pour résoudre toutes les questions en suspens. Il faut également que ce pouvoir se donne les moyens matériels de résoudre les problèmes de la population. Enfin, il faut maintenir le dialogue avec la société. Discuter avec les populations contestataires qui peuvent avoir leurs propres solutions viables, créer des liens et accepter de discuter. Or si on persiste à camper sur ses positions, ceci indique clairement une mauvaise foi ou une fausse volonté de dialoguer. On peut citer l'exemple de la Kabylie dans ce contexte précis. Au début, le pouvoir politique n'a pas eu l'intelligence et la rapidité nécessaire pour régler le problème. Ensuite, il y a eu une manifeste volonté, de part et d'autre, de maintenir la situation avec toutes les interférences et les manuvres politiques qu'elles offraient aux uns et aux autres.
    Et dans le cas de Tkout, dans les Aurès ?
    En condamnant les manifestants de Tkout, dans les Aurès, le pouvoir a voulu donner un message bien précis. Il voulait montrer à la population que la justice peut et pourra sévir. Que la loi peut être appliquée dans toute sa rigueur, mais il ne faut pas se leurrer. Outre la manière dont il use pour gérer ce problème, il n'en demeure pas moins que le pouvoir est un peu secoué par ces mouvements et ces procédés qui lui rappellent son échec. Ces mouvements répétitifs ne peuvent être interprétés autrement que par la faillite de tous les dispositifs mis par l'Etat. Des assemblées populaires communales (APC) aux assemblées de wilaya (APW) en passant par les daïras, c'est une faillite avérée. Ces institutions sont aujourd'hui impuissantes face aux problèmes posés par leurs gouvernés. Le recours de plus en plus fréquent à ce genre de procédé indique tout bonnement que tout le système a fait faillite. Le pouvoir est dans une position très inconfortable. Ce qui explique, du coup, son recours à la justice. Sa volonté de montrer à ses gouvernés la sanction possible.
    Si tout le système bâti par l'Etat est en faillite, quelles issues possibles à cette situation ?
    Ce n'est pas l'impasse mais il est temps de tirer la sonnette d'alarme sans être pour autant traité d'alarmiste. L'Etat doit impérativement mettre en place de nouvelles institutions médiatiques. Des médiateurs pour établir un lien entre les acteurs sociaux, la société et les pouvoirs publics. Veiller à ce que le lien gouverneurs-gouvernés ne rompt jamais, sinon on risque l'anarchie totale ou un soulèvement populaire dont les conséquences sont indéterminées. Je crois que c'est le moment opportun pour mettre en place des mécanismes nouveaux, crédibles pour remédier à la faillite des institutions existantes.
    Entretien réalisé par Ghada Hamrouche
Chargement...
X