Assurément, la décision des autorités concernées de prévoir un plan de sécurité spécial pour le mois sacré à Tizi-Ouzou n’est pas une simple rumeur.

Ainsi, à voir tous les barrages de la BMPJ, dans les carrefours de la ville, la surveillance policière est renforcée, notamment autour des mosquées. Un plan draconien a été conçu pour cette période, où chez les égarés islamistes ce mois est synonyme de propagande et de djihad.

La pression terroriste qui s’exerce sur la région de la Kabylie ces dernières années n’est pas aussi à exclure de ce plan durci par les responsables de sécurité dans la région. Au fait, les terroristes qui écument les maquis de la région, les attentats perpétrés, les kidnappings de citoyens sont aussi à mettre sous l’œil vigilant des services de sécurité.

A côté de la présence très remarquée des services de police, les différents barrages sont pratiquement dressés dans tous les coins de la ville. Les mosquées aussi sont mises sous haute surveillance policière. Ces dernières réputées pour être le lieu le plus prisé par les idéologues de la mort, notamment en cette période de jeûne, sont, dans leur majorité, passées au peigne fin par les éléments de la police. Ainsi, la mosquée de la Nouvelle-Ville, connue par un nombre impressionnant de militants islamistes qui s’y adonnent aux prêches incendiaires et les discours extrémistes. Les services de sécurité de la ville ont mis sur pied un dispositif renforcé afin de parer à tout dérapage dans ce lieu de culte.

Selon des informations recueillies auprès des citoyens de la Nouvelle-Ville, certains imams, pourtant désignés par le ministère de tutelle “cèdent leur place aux militants islamistes afin de mener les prêches religieux après la rupture du jeûne”. Même si le discours prononcé avant la prière des tarawih semble ne pas prêter le flanc au discours fondamentaliste, la présence de militants islamistes est déjà ressentie comme une menace pour la quiétude des fidèles qui fréquentent ces lieux. Il n’est un secret pour personne que les militants islamistes pullulant dans les mosquées saisissent toutes les occasions pour mieux mener leur sale besogne.

L’endoctrinement religieux et les appels au djihad sont les maîtres mots dans leur discours. Fermer l’œil devant ces dérapages à répétition des extrémistes religieux est une manière de céder, encore une fois, à cette tentation ravageuse qu’est le projet théocratique.

Cette pratique, dangereuse de par son caractère clandestin est puni par la loi, appelle les services de sécurité à redoubler de vigilance dans l’objectif de déjouer toute tentative de prosélytisme islamiste ou d’incitation à la violence, nature prédominante chez les intégristes islamistes.

Cet état de fait qui met les services de sécurité sur le qui-vive ne doit pas passer inaperçu. Ainsi, le plan de sécurité mis en application dans la ville des Genêts afin de mieux contrôler le moindre geste des militants islamistes doit être soutenu par une vigilance accrue.

Par La Dépêche de Kabylie