Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les dessous de l’hôtellerie à Béjaïa

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Les dessous de l’hôtellerie à Béjaïa

    La saison estivale bat son plein à Béjaïa, une région qui connaît la plus grande fréquentation de vacanciers durant l’été. La wilaya est connue pour la beauté de ses plages qui allient verdure et sable doré, montagne et mer, attirant par ses grottes “merveilleuses” et le mont de Yemma Gouraya les touristes venus des quatre coins du pays ainsi que la communauté algérienne résidant à l’étranger.

    Néanmoins, la région enregistre un manque criant en matière d’infrastructures, les investisseurs se font désirer ou du moins zappés par les autorités locales, ce qui implique la flambée des tarifs qui dépassent de loin notre voisin tunisien qui pour des prix inférieurs vous propose des prestations de service excellentes.

    Samedi 1er août, 40°. 20 jours avant le début du ramadan, les aoûtiens se précipitent pour profiter des plaisirs de la mer. Béjaïa est distante d’Alger d’environ 230 km, et sur la route des vacanciers, certains sont sur le départ et d’autres c’est déjà la fin.

    Quatre heures de route et nous voilà aux portes de Béjaïa, premier inconvénient de la journée, la route est bloquée du côté de Mellala, on apprendra plus tard que la route a été aussi coupée du côté d’El Kseur, ce qui témoigne du marasme que vit la région, pas d’eau ni électricité.

    Après un grand détour, nous arrivons enfin à destination, la station balnéaire de Tichy qui enregistre durant l’été des pics de fréquentation.

    Des hôtels 4* qui en valent 2*

    C’est là que commence notre enquête sur l’hôtellerie et la première destination sera un hôtel qui se situe juste à côté du club Aloui et qui, à première vue, affiche 4*. Nous nous présentons comme des clients à la recherche d’une chambre double pour dix jours, on nous demande de patienter avec un air prétentieux sur un soi-disant divan, ici c’est service minimum pas de salle de réception, un côté est aménagé pour l’occasion, nous en profitons pour demander de visiter l’établissement, avec une hésitation affichée, le réceptionniste accepte. A l’intérieur, c’est tout à fait l’envers d’un 4*. Pas de piscine, hôtel dégradé et le comble c’est un lieu de débauche où la discothèque de l’hôtel est transformée en cabaret pour un lieu “familial”. Il faut dire que la ville de Tichy s’est transformée en un grand lieu de débauche et de dépravation, été comme en hiver, et les hôteliers n’ont pas trouvé mieux que de se soumettre à ce régime. Cet établissement hôtelier et après notre visite s’est avéré en réalité un hôtel 2* si ce n’est un motel qui ne se soucie guère du bien de sa clientèle et offre des prestations au dessous de ses étoiles qu’il affiche à l’entrée d’où certainement la fuite des clients, et parmi les quatre établissements qui se trouvent sur place, c’est le seul qui n’affiche pas complet et qui a comme seul loisir… une balançoire ! Quelle finesse !

    Les trois autres établissements affichent les mêmes pratiques comme la grande terrasse, le Saphir bleu et villa d’est où se mêlent ivrognes, prostituées et proxénètes.

    Nous demandons au responsable de nous remettre nos cartes d’identité “l’endroit nous plaît pas”, avec mépris, le réceptionniste nous les remet et à côté, un pseudo couple demande une chambre et évidemment, le réceptionniste abdique sans prendre la peine de demander un livret de famille et pourtant au téléphone, on nous a précisé que c’était un endroit familial, nous prenons nos jambes à nos cous, au secours, sortez-nous de là et une question mérite d’être posée: comment peut-on parler de tourisme ? C’est un peu vulgaire non.

    Dans les prémices de la nuit, nous apercevons des silhouettes à côté des hôtels cités ci-dessus, des grosses cylindrées garées à proximité, le tout dans un brouhaha indescriptible, des bagarres éclatent à tout bout de champ et les nerfs sont à vif, “commerce humain” excusez-moi le terme, d’un jalon qui est apposé sur cette station balnéaire dont la réputation dégringole.

    En catimini, nous demandons à un restaurateur du coin de nous fournir quelques renseignements sur ces établissements à la réputation sulfureuse et sans se gêner, il nous confirme la donne.

    Autres pratiques scandaleuses, les tarifs qui atteignent des sommets dans des établissements qui n’en valent pas la peine. Et les familles dans tout ça ? Là, c’est une toute autre question.

    Trois établissements se sont soumis à cette clientèle, les Hammadites, club Aloui et Capritour même si les tarifs donneront le tournis à certains, pour quatre personnes, il faut compter 190 000 DA les dix jours au club Aloui et 170 000 DA pour les Hammadites. Si pour le premier, les services offerts justifient à demi les tarifs appliqués. Ce n’est pas du tout le cas pour le second qui est loin d’être un 3*.

    L’intérieur est peu accueillant, service minimum loin de respecter les normes d’un 3* sans parler de l’absence d’une piscine obligatoire pour un établissement du genre comme d’ailleurs le Syphax.

    Le club Aloui qui affiche complet offre toutes ces commodités, plage privée, transats et piscine ainsi qu’une salle de réception acceptable.

    Retour à la ville, 00h30 ici c’est à la tombée de la nuit que les gens vivent : commerces ouverts et les rabatteurs discrètement proposent leur “marchandise”, des filles venues principalement de l’Est du pays et dont certaines donnent l’impression d’être encore mineures, ici pas de tabous, il faut gagner le maximum et les hôtels sont les premiers à en tirer profit de ces pratiques dignes des stations balnéaires thaïlandaises à moindre degré bien sûr.

    Musarder en famille n’est pas conseillé de se côté-là, les restaurants aussi appliquent des tarifs hauts ne respectant pas l’hygiène et en squattant l’espace public.

    Nous nous introduisons dans ces établissements et là, c’est carrément un lieu pour les mœurs légères ou les “vautours” et les “hyènes” se font un malin plaisir à se disputer le gibier, les charognards se disputent la proie.

  • #2
    Laxisme des autorités locales et pratiques illégales

    Si certains établissements ont obtenu un permis pour squatter un espace sur la plage prestige de l’hôtellerie oblige, en respectant la barrière du littoral, d’autres n’ont trouvé aucun mal à s’octroyer l’espace public pour implanter leurs parasols malgré l’interdiction, les vacanciers sont soumis au diktat des plagistes.

    Mais le fait étonnant est : sous quelle base attribue-t-on les étoiles aux établissements hôteliers, et comment ces derniers justifient-ils leurs tarifs mirobolants ?

    Un hôtel qui se vante d’être un 4* en l’absence des commodités nécessaires. Que fait la direction du tourisme de la wilaya. Où sont les contrôleurs et inspecteurs chargés de surveiller ces établissements comme c’est le cas en Tunisie et au Maroc.

    Au ministère du Tourisme, bouche cousue, et déjà on ignorait ces pratiques, faute de concurrence et absence d’infrastructures, c’est là le point culminant de la situation qui brille et qui justifie ces pratiques.

    On est loin de parler tourisme en Algérie, les hôtels qui en valent la peine se comptent sur les bouts des doigts, et la Kabylie n’est pas épargnée. Certains investisseurs comme ce groupe saoudien qui voulait construire ce complexe touristique du côté de Zemmouri, a vu son projet tomber à l’eau, on chasse les investisseurs et on parle de développer le secteur du tourisme ! C’est là tout le paradoxe qui crucifie le domaine.

    Les côtes kabyles qui regorgent de paysages idylliques sont mal exploitées, certains ont pu investir à moyen terme, d’autres ont construit des complexes touristiques qui ont trouvé preneurs et ne désemplissent pas et pour développer le secteur, une application des lois est de rigueur ainsi qu’un plan qui s’inscrira à long terme afin d’exploiter la richesse du littoral kabyle.

    Par La Dépêche de Kabylie

    Commentaire


    • #3
      villa d est de si hocine n a jamais ete un hotel


      les hôteliers n’ont pas trouvé mieux que de se soumettre à ce régime.

      avec une recette de 300 millions/jours
      c sur que le tourisme c le cadet de leurs soucis
      The truth is incontrovertible, malice may attack it, ignorance may deride it, but in the end; there it is.” Winston Churchill

      Commentaire


      • #4
        Pas de piscine, hôtel dégradé et le comble c’est un lieu de débauche où la discothèque de l’hôtel est transformée en cabaret pour un lieu “familial”. Il faut dire que la ville de Tichy s’est transformée en un grand lieu de débauche et de dépravation, été comme en hiver,
        C'est quand même remarquable de voir que 'la dépêche de la kabylie' signale la débauche qui frappe cette région. Liberté, Le soir et Elwaten et ces journaleux pseudos libres nous ont habitué à un autre langage.
        si on peut tromper beaucoup de monde quelque temps, ou tromper peu de monde longtemps, on ne peut tromper tout le monde tout le temps

        Commentaire


        • #5
          Le directeur de l’hôtel Syphax (Béjaïa) écrit

          En vertu du droit de réponse suite à l’article de Hacene Marbouti intitulé “Les dessous de l’hôtellerie à Béjaïa”, je vous prie d’insérer dans la rubrique de votre quotidien, la Dépêche de Kabylie ce qui suit :

          1- D’emblée, comme en mission spéciale pour faire fuir de paisibles estivants, vers l’extérieur de nos frontières, M. Merbouti n’hésite pas à traiter les établissements de la paisible côte béjaouie, notamment Tichy, de tous les noms, prônant même de livrer le tourisme national à des étrangers (regrettant l’échec à Zemmouri...). A peine a-t-il vu la réception du Syphax qu’il déclare sa discothèque, venant à peine de rouvrir, en ce début de juillet, de lieu de débauche... Sous d’autres cieux, M. Merbouti s’y serait certainement rendu avec les siens en vantant la détente et le défoulement qui s’y trouvent... Normal, chez nous certains mitraillent ce qui est algérien et vénèrent ce qui ne l’est pas...

          2- M. Merbouti signale qu’il n’y a rien de familial et que les clients se dévorent ou presque... M. Merbouti n’a vu aucune famille, aucun estivant, ni à l’hôtel ni a la plage attenante... Pourtant les registres de police font état d’une fréquentation élevée de familles, d’émigrés, de diplômates... qui sont heureux de leur séjour et qui reviennent chaque été. Le registre de doléances de l’hôtel fait foi.

          3- Si M. Merbouti a réellement enquêté sur le tourisme à Béjaïa, pourquoi n’a-t-il vu qu’un réceptionniste au lieu et place des responsables, des familles y séjournant... Comme l’a fait Radio Soummam lors de ses émissions à partir même de la plage de l’hôtel où point forts et points faibles du tourisme ont été sereinement discutés des heures durant associant même les auditeurs de la région.

          4- Je suis entièrement d’accord avec M. Merbouti quand il dit :

          - Il n’y a pas de piscine, ça ne correspond pas aux étoiles affichées... Sachez M. Merbouti que depuis 1999, plus de six dossiers d’extension ont été rejetés, incluant le dossier d’une piscine conformément aux sollicitations de nos clients. Cela peut être vérifié notamment auprès du bureau d’architecture Arichi-Pro de Béjaïa. Mais pour réaliser une extension, une piscine, il faut un permis de construire et nous sommes respectueux des lois, nous ne ferons rien sans les autorisations légales appropriées (permis de construire, environnement...). Notre établissement est actuellement en négociations avancées avec une firme pour entreprendre la mise à niveau et la réhabilitation de l’hôtel. Je suis moi-même frustré face au regard du peu d’étrangers que nous recevons... et qui ne peuvent comprendre certaines choses : prestations peu honorables, environnement peu encourageant, coupures d’électricité (nous venons de perdre un groupe de secours de 160 KVA), coupures d’eau, enlèvement d’ordures inefficace, sécurité insuffisante...

          5 - Je mène moi-même une enquête personnelle sur le tourisme à Béjaïa appuyé par des centaines, voire des milliers de photos montrant depuis plusieurs saisons déjà vers 5h, 6h du matin des milliers de gens dormant à même le sol ou sur les toits et dans les malles des véhicules. Cela prouve que Tichy attire les estivants et qu’il n’y a pas que du négatif, mais aussi et surtout la nécessité d’accroître les capacités d’hébergement, de restauration, de transports, la surveillance des plages, l’approvisionnement en produits de toute sorte. En qualité et en quantité en adéquation avec les besoins des estivants. A Tichy, la demande écrase l’offre, il y a un potentiel unique de par le monde à valoriser. A Tichy il y a des dizaines d’hectares en jachère et de nombreux investisseurs prêts à se consacrer corps et âme au tourisme. En conclusion, toute activité économique a pour finalité l’homme, son bien-être. Si les projets se multiplient, le citoyen en profite par le choix du produit, la baisse des prix, l’amélioration des prestations, la redistribution des revenus par la fiscalité, la résorption de chômage.

          Par Le directeur de l’hôtel Syphax (Béjaïa) , la Depeche de Kabylie

          Commentaire


          • #6
            les tarifs donneront le tournis à certains, pour quatre personnes, il faut compter 190 000 DA les dix jours au club Aloui et 170 000 DA pour les Hammadites.
            "réponse" :

            Je mène moi-même une enquête personnelle sur le tourisme à Béjaïa appuyé par des centaines, voire des milliers de photos montrant depuis plusieurs saisons déjà vers 5h, 6h du matin des milliers de gens dormant à même le sol ou sur les toits et dans les malles des véhicules. Cela prouve que Tichy attire les estivants et qu’il n’y a pas que du négatif]
            Mis a part cela tout va bien dans le meilleures des mondes
            Dernière modification par kaghemoussa, 31 août 2009, 17h17.
            Le mensonge donne des fleurs mais pas de fruits
            proverbe Africain

            Commentaire


            • #7
              Le Foncier est innabordable en kabylie, de 10000 a 15000 D le m2 de quoi décourager les investisseurs, impossible de créer des vilages de bungalows via ces tarifs exorbitants...
              45 000 000 de dinard pour un terrain de 3000 m2 en premiere posistion... près de 500000 euros et 300000 euros pour un terrain perdu au milieu de nul part entre tigzirt et azefoon (sans assainissement sur une falaise), j'ai recu une bonne douche froide :22: :22: :22:
              La calomnie est une guêpe qui vous importune et contre laquelle il ne faut faire aucun mouvement

              Commentaire


              • #8
                il ment comme il respire

                les gens qui viennent avec leurs familles ne veulent pas voir "des filles" attablees racolant le client une bierre a la bouche

                qu ils fassent une pause de deux mois pour que les familles puissent passer des vacances sans hchouma
                The truth is incontrovertible, malice may attack it, ignorance may deride it, but in the end; there it is.” Winston Churchill

                Commentaire


                • #9
                  malheuresement les habitants de tichy subissent cette debauche...si ils se soulevaient et virer ces m.....ca irai mieux et pour lhygienne et les prix il ny a aucun controle il ya de la corruption et de linjustice sociale ada makene....

                  Commentaire


                  • #10
                    malheuresement les habitants de tichy subissent cette debauche...si ils se soulevaient et virer ces m.....ca irai mieux et pour lhygienne et les prix il ny a aucun controle il ya de la corruption et de linjustice sociale ada makene
                    il y'a déjà eu par le passé à tichy des pétitions pour faire interdire les lieux de débauches ( hotels et bars NDLR) ..à chaque fois il y'a des contre pétitions pour "interdire " d'interdire ...soit ne pas toucher au bizness..

                    et il y'a méme eu des cas ou les mémes personnes signent les 02 pétitions à la fois
                    ارحم من في الارض يرحمك من في السماء
                    On se fatigue de voir la bêtise triompher sans combat.(Albert Camus)

                    Commentaire


                    • #11
                      Tout ce qui est dit dans cette article est vrai et encore il est assez pudique je trouve .la réalité est encore plus glauque !!!

                      cela ne touche pas seuleument tichy mais pas mal d'autres coins de la région.

                      NB: le directeur du syphax raconte des anneries ..étant donné que son hotel est également un acteur majeur de cette petite thailande locale ...
                      ارحم من في الارض يرحمك من في السماء
                      On se fatigue de voir la bêtise triompher sans combat.(Albert Camus)

                      Commentaire


                      • #12
                        ces patrons dhotels cest des macs qui embauchent des mineurs tfouuuuu raca khamga

                        Commentaire


                        • #13
                          Mistaaywa
                          Je t'explique, rares les vrais habitants qui habitent sur le littoral bdjaoui
                          Tichi-Aokas-souk el Etnine ,ils sont presque dans les hauteurs ...
                          C'est que la majeure partie d'eux ont vendus leur biens à d'autres extras, venus notamment de Setif, El Bordj et même des Algerois
                          De plus, et c'est vrai, un homme avec sa jeune épouse surtout sans enfant peut être dérangé, du moment que la "sale" clientèle qui vient e partout considère tte femme comme marchandise ambulante...
                          C'est pour cela aussi que les natifs de ces trois coins préfèrent de loin les plages de Melbou, Ziama Mansouria à leur propres villes
                          Sincèrement, déjà de mon temps où je ne faisais que passer pour aller chez ma belle famille ces coins-là étaient infestées de minettes venues de partout
                          Et tiens toi, c'était les années 90 ...
                          J'ose même pas imaginer ce que c'est en 2010
                          Dernière modification par Pandore, 14 juillet 2010, 20h12.

                          Commentaire


                          • #14
                            Mistaaywa
                            Je t'explique, rares les vrais habitants qui habitent sur le littoral bdjaoui
                            Tichi-Aokas-souk el Etnine ,ils sont presque dans les hauteurs ...
                            C'est que la majeure partie d'eux ont vendus leur biens à d'autres extras, venus notamment de Setif, El Bordj et même des Algerois
                            De plus, et c'est vrai, un homme avec sa jeune épouse surtout sans enfant peut être dérangé, du moment que la "sale" clientèle qui vient e partout considère tte femme comme marchandise ambulante...
                            C'est pour cela aussi que les natifs de ces trois coins préfèrent de loin les plages de Melbou, Ziama Mansouria à leur propres villes
                            Sincèrement, déjà de mon temps où je ne faisais que passer pour aller chez ma belle famille ces coins-là étaient infestées de minettes venues de partout
                            Et tiens toi, c'était les années 90 ...
                            J'ose même pas imaginer ce que c'est en 2010
                            trés juste c'est la cata actuellement

                            Commentaire


                            • #15
                              il y'a déjà eu par le passé à tichy des pétitions pour faire interdire les lieux de débauches ( hotels et bars NDLR)
                              et de quel droit on peut interdire les hôtels et les bars ??

                              c'est ce qui nous maintien dans notre médiocrité ils ne font rien de constructive (et j'insiste sur ce mot) mais chacun veut imposer sa loi

                              et déjà les bars et lieux de débauches(comparé au autres pays c'est des lieux de culte) qui les remplient ??

                              connaissant très bien bejaia , ce que décrit ce journaliste est complètement faux et de mauvaise fois puisqu'il détruit tous les efforts des opérateurs fournis ces derniers années et dissuade les potentielles touristes .

                              combien de familles vivent de ce tourisme ? mais non hna on s'en fout le plus important pour nous c'est la pseudo 7orma

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X