Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les vétérans algériens "oubliés " du 6 juin 2004

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Les vétérans algériens "oubliés " du 6 juin 2004

    Bonjour,

    Pourquoi les médias français et les chefs d'Etat ont-ils " omis " de souligner la présence des tirailleurs algériens, marocains et tunisiens durant la seconde guerre mondiale ?

    Comment occulter qu’en 1942, il y avait 80 000 Maghrébins sous les armes? Et que de 1943 à 1945, il y a eu 130 000 Algériens incorporés, en tant qu'appelés ou en tant qu'engagés?

    Pourquoi ne pas avoir invité les vétérans magrébins?

    Et Bouteflika n'aurait il pas dus partir avec Sarko et s'inviter à la cérémonie mais surtout comment n'a t' il pas profité de la visite de Chirac pour exiger sa présence pour honorer ses concitoyens qui ont participé aux combats durant la seconde guerre mondiale?

    Alors commémorer ces 60 ans du débarquement allié est utile pour l’histoire mais cet "oubli " est d'une injustice totale et un déni de la véritable Histoire.

    Comment perpétuer le souvenir si il est incomplet et inexacte?


    Quel beau symbole cela aurait été de rassembler, sous le drapeau du souvenir, tous ces sangs versés pour la liberté et pour se débarraser du joug de l'envahisseur nazi.

    C'était une belle occasion aussi de rappeler au peuple juif que des musulmans avaient versé leurs sangs pour le même ennemi.
    Les français occupés doivent aussi leur liberté d’aujourd’hui au sang des africains et des soldats magrébins.

    Merci à tous ces combattants magrébins ,musulmans ou pas, d'avoir été là , et honte pour cette injustice.
    Alors , voici la parole du souvenir d'un vétéran Algérien

    ...Abdelhamid Hamamda avait 25 ans lorsque la guerre éclata. Il avait été rappelé, par décret de mobilisation générale et a servi comme deuxième classe dans le 25e escadron du train. Au bureau de recrutement indigène de Constantine, on lui attribua le matricule 2001, signifiant sa mobilisation en 1939. «L’armée avait réquisitionné l’hôtel Cirta pour les troupes avant de partir à Zeghouan en Tunisie puis Bizerte, port d’embarquement pour Marseille. C’était en novembre 1939. De Marseille on s’est dirigé à Montpellier, puis à Arcy sur Aube avant de rallier le front est à Sardemine près de la frontière allemande.» «Les premiers mois étaient terribles, se souvient-il. On a eu à déplorer de nombreux morts dans nos rangs, presque tous des Nord-Africains, placés aux avant-postes. Ce revers essuyé a valu sa place au général Barberac de St Maurice, remplacé par le colonel Martin… On était dans la 97e division d’infanterie d’Afrique du Nord, presque un millier, tous issus de la région de Constantine. Beaucoup ont laissé leur vie dans l’arrière-pays alsacien.» Le débarquement de Normandie aussi impressionnant qu’il a été pourra-t-il cependant occulter un autre débarquement, celui du 2 novembre 1942 à Alger, qui était déjà tête de pont alliée et préparait déjà le 6 juin 1944 ? Près de 40 000 soldats alliés débarquent à Alger, médusée. De l’autre côté et en représailles, les Allemands franchissent la ligne de démarcation, occupent le sud de la France et s’emparent de Tunis où ils lancent des attaques contre l’Algérie. En ces temps-là, Alger vivait à l’heure des libérateurs anglo-américains. Après des années de disette et de misère, les autochtones voient, éberulés débarquer des tonnes de vivres, des produits conditionnés, des cigarettes et du chewing-gum ! Ce qui a d’ailleurs inspiré l’un des chanteurs populaires de l’époque auteur du fameux tube Come on bye bye. Surnommée Torch, l’opération débarquement d’Alger avait surpris les forces de l’Axe. Les troupes d’Afrique constituées en corps expéditonnaire français ont participé aussi à la campagne d’Italie, notamment sur la ligne fortifiée de Monte Cassino. «Les tabors marocains et les tirailleurs algériens s’y illustrèrent vaillamment, à l’instar du jour du débarquement de Provence où ils laissèrent leurs empreintes.» Lorsqu’ils sont rentrés chez eux, Hamamda et ses camarades algériens ont été cantonnés à la caserne du plateau de Mansoura à Constantine, toujours à l’écoute des nouvelles du front. «Le 6 juin 1944, jour du débarquement des alliés, on savait que c’était le commencement de la fin, le coup de grâce, quoi ! Le fascisme était battu et le monde était libre. Cela nous a donné des idées, car on nous disait qu’on combattait pour la liberté, alors que la nôtre était bridée», constate-t-il, amer. «C’est pourquoi, enchaîne-t-il, il faut lier la libération de l’Europe aux événements du 8 mai 1945. Hélas, cela a été une grande désillusion, car il y a eu presque autant de morts pour la France, durant cette période agitée, que par la France, lors du sanglant 8 mai 1945.» A 90 ans, Si Abdelhamid, le vétéran de la Seconde Guerre mondiale, coule aujourd’hui des jours tranquilles parmi les siens à Constantine. La seule évocation de sa mobilisation réveille en lui des sentiments mitigés de fierté et d’amertume…

  • #2
    Bonjour,

    J'ai eu exactement la même réaction que toi en regardant la commémoration du Débarquement.Ils ont oubliés que des familles algeriennes, africaines ,indochinoises ont elles aussi été frappés dans leur chair bien qu'elles ne furent pas directement concerné par ce conflit.C'est vraiment regrettable qu'ils n'aient même pas fait mention de tout leurs sacrifices.

    J'espère que pour les prochaines commémorations, il en sera autrement..
    " L' encre du savant est plus précieuse que le sang d'un martyr"
    Hadith du Prophète (Paix sur lui)

    Commentaire


    • #3


      La conscience émue se souvient:
      Commémorations répétées
      Reconnaissances multipliées
      Eloquences de circonstance
      Les larmes convoquées
      La main sur le cœur
      L'honneur courtisé
      La liberté au pinacle,
      Plus jamais ça!...
      Et en ce moment même, là-bas,
      Mes frères en armes
      La peur au ventre
      Vivent mon Golgotha...

      Le souvenir. Ah les souvenirs!…
      Qu'en ont-ils donc à dire
      Eux qui n'ont pas eu d'avenir,
      Qui dorment sous la vie présente,
      Sous les cieux aux embruns floraux
      Du bleuet et du coquelicot,
      Sous le gazouillis des tourtereaux,
      Sous la rosée des larmes de leurs enfants,
      Etendus sous un champ de croix
      Même ceux qui n'y croyaient pas!

      Dans les ténèbres de l'aube
      Sous les nuages balafrés d'airain
      Crachant des fumigations mortifères,
      Ils étaient venus, jetés par des flots indécents,
      Vers des plages inconnues aux lys de fer,
      Un gros sac sur leur dos courbé,
      Comme pour voyager tout un été.

      A peine avaient-ils osé un pied hors de l'eau
      Que leurs têtes tombaient sur le sable,
      Que leurs bras encore vivants
      Semblaient implorer le néant,
      Que leurs entrailles rubescentes
      Bénissaient l'écume rougissante
      Avec un voile de plomb pour linceul.

      Alors la musique d'en haut
      Pouvait maintenant être celle des anges
      Et le cri des balles dans l'eau, des sanglots.

      Armé du bouclier de l'esprit
      Que faisait donc là l'aumônier
      Se signant aux portes de l'enfer
      Près de Satan baptisant de sang,
      A ne pouvoir que baiser les morts?

      Au spectacle de l'innommable:
      Un dieu voyeur
      Dont un instant de foudre
      Eût figé les ailes du mal.
      L'Archange n'interviendrait pas encore cette fois.
      Providence oblige,
      Providence excuse.
      Il faut du sang pour la liberté.

      Faire payer si cher à nos enfants
      Le sang d'un Fils!

      Commentaire


      • #4
        Bonsoir Morjane.

        Je te remercie pour ce post. J'ai eu la même reaction aussi, hélas nous étions que de la chaire à canon
        “If you think education is expensive, try ignorance”
        Derek Bok

        Commentaire


        • #5
          Chaire a canon ? Pas sur, nombre d'unités 'indigenes' etaient du calibre elite, ainsi les nazis endurcis sur front ouest avaient surtout peur des unités algeriennes et marocaines, qui ne faisaient pas de quartier et les prenaient d'assaut a la bayonnette avant d'egorger les vilains nazis.

          Je trouve ca aberrant que la contribution des troupes coloniales n'est jamais mentionnés lors de ces ceremonies
          It is possible to fail in many ways...while to succeed is possible only in one way.
          Aristotle (384 BC - 322 BC), Nichomachean Ethics

          Commentaire


          • #6
            Commémoration du 60ème anniversaire du débarquement:

            Et d'un, tous les Algériens qui ont participé aux guerres françaises et qui n'ont pas pris la citoyenneté française après 1962 ont été rayés des listes d'anciens combattants français.

            Ensuite, pouvez-vous imaginer (l'ancien adjudant) Ben Bella, décoré pour son rôle à Cassino .... pour n'en nommer que lui, aux cérémonies ?

            Personnellement je n'ai même pas regardé la télévision.
            L'homme parle sans réféchir...Le miroir réfléchit sans parler!

            Commentaire


            • #7
              les oubliés de la commémoration

              Bonjour Morjane
              J'ai vu dernièrement un reportage consacré au débarquement,non content d'avoir passé sous silence la participation des nord-africains,selon eux cette dissimulation est dûe au fait que lors de l'arrivée du bataillon libérateur en Allemagne ,les soldats ont saccagé,ont pillé des biens et ont violé des femmes.(la belle excuse !!!)
              Les historiens français semblent être atteints d'amnésie sélective aparemment,quand ont voit le temps qu'ils ont mis à reconnaître la Guerre d'Algérie,et à entendre les allégations de Louiza Ighil Ahriz.

              Commentaire


              • #8
                Bonjour,

                C'est fou quand même de voir des nations qui se veulent grande mais qui ont tant de mal à ouvrir les vieilles blessures et jouer ainsi à faire le singe, ne rien entendre, ne rien voir, ne pas parler quand il s'agit de reconnaitre ce qui dérange tant.

                En l'occurence, la France a vraiment du mal à ouvrir les pages de l'histoire à propos de la Guerre d'Algérie.
                Cet oubli qui n'en est pas un, car je n'ose le croire involontaire est vraiment écoeurant.
                Après sortir les exactions commises par un groupe, comme si cela n'était pas chose commune en temps de guerre.

                En tous les cas, ce post je voulais le faire déja depuis plusieurs jours, je ne comprenais pas ce déni de l'histoire . Ces combattants étaient là, en France alors ils ont droit aux même honneurs et à la même reconnaissance que les autres combattants et le merci est pour eux.

                Cordialement

                Commentaire


                • #9
                  Bonjour,
                  Le chemin à parcourir avant que la France reconnaisse la participation magrébine n'est pas encore tracé .
                  Dans un article France Algérie, question en suspens Extrait
                  Jacques Chirac a bien sûr rendu hommage aux soldats américains et britanniques, mais aussi aux soldats polonais, aux soldats tchèques, aux soldats grecs Mais pas un mot sur ces dizaines de milliers de tirailleurs algériens et marocains qui formaient le gros des forces françaises de libération. En effet, sur les 290 000 soldats « musulmans » de « l’Armée d’Afrique », on comptait 134 000 Algériens « musulmans » - soit les effectifs actuels de l’ANP -, alors que l’Algérie n’était peuplée que de 7 millions d’habitants ! La France n’a pas encore rendu hommage à ces oubliés de l’histoire.

                  Question que je me pose toujours: Le silence de Bouteflika. Pourquoi ne dit il rien? Je sais bien que c'est un peu ouvrir une boite de pandore, que les plaies ne sont pas forcèment refermés mais il faudra bien que ce jour arrive, c'est bien beau de faire Djazaïr2003, il faut aller encore plus loin dans le rapprochement des nations.

                  Commentaire


                  • #10
                    La participatrion de guerriers nord-africains pour la france n´a pas commencé lors de la 2eme guerre mondiale, mais bien avant:

                    En 1870, env. 2300 soldats nord-africain ont débarqué à Woerth ( Elsace) pour défendre la france contre l´armée de Bismark, öors de la "bataille de Woerth).

                    Les Algereiens etaient connus sous le nom de "Turcos"

                    Y´a pas mal d´information sur google.

                    Moi aussi je le savait pas. Il y´a 2 jours, j´étais de passage à Woerth, et alors je me suis informer.

                    Commentaire

                    Chargement...
                    X