Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le Président Bouteflika procède à un remaniement du Gouvernement

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • RoboCop
    a répondu
    Un repêché nommé Temmar.

    A en croire des sources généralement bien informées, Abdelhamid Temmar aurait été tout simplement limogé lors de la désignation du nouveau gouvernement, avant d’être «repêché» par Bouteflika. Les liens solides entre les deux hommes ont finalement poussé le président à se raviser en reconduisant son ami d’enfance mais avec un portefeuille tout juste symbolique.

    Par le Soir d'Algérie (Périscoop).

    Laisser un commentaire:


  • RoboCop
    a répondu
    le pistonné du système parce que c'est le seul tu crois ?!!! et les autres ils sont là par mérite peut être ... c'est tous des pistonnés !!!
    Giro,
    A aucun instant je n'ai pensé que c'était l'unique pistonné, mais tu n'as pas remarqué que c'est le seul qui a résisté à toutes les tempêtes qui ont secoué les différents gouvernements, tu n'as qu'à retracer son CV il tient ce portefeuille depuis 1994, je ne sais pas s’il est inscrit dans le Guinness World Records ou pas encore.

    Laisser un commentaire:


  • Aggour
    a répondu
    L'Avis d'un politologue

    Rachid Tlemçani. Politologue

    « Ce remaniement reflète la lutte autour de la rente et de l’après-Bouteflika »

    Quelle lecture politique faites-vous de ce remaniement ministériel ?
    C’est un remaniement que tout le monde attendait. On l’attendait en réalité depuis avril 2009, depuis l’intronisation du président Abdelaziz Bouteflika pour un troisième mandat. Il a fallu donc plus d’une année d’immobilisme structurel, politique et économique pour assister à un remaniement. Comme par hasard, ce remaniement coïncide avec la visite, tant attendue, du président Abdelaziz Bouteflika en France, la participation au sommet France-Afrique perçue comme un signe d’apaisement dans les relations bilatérales alors que les relations algéro-US sont apaisées depuis que le siège de l’Africom a été installé à Stuttgart. Globalement, les changements n’ont touché que quelques postes.
    Il n’y a pas un chamboulement profond dans la prise de décision au sein du gouvernement algérien. La première impression est qu’il y a deux ou trois nouvelles têtes, une permutation de certains postes, un ministère complètement relooké et géré par Abdelhamid Temmar ainsi qu’un poste de vice-Premier ministre endossé par Yazid Zerhouni. A y regarder de plus près, il apparaît que ce remaniement reflète, d’une certaine manière, la lutte existant au sein du pouvoir algérien entre les différents groupes d’intérêts autour de la distribution de la rente et des nouveaux enjeux de la nouvelle reconfiguration politique de l’après-Bouteflika.
    Comme autre élément de la grille de lecture, cela renvoie à l’affrontement des clans qui existe au sein du gouvernement algérien, entre deux groupes fondamentaux : la présidence et le service sécuritaire, entre un pouvoir monarchique, de type tribal, et un pouvoir sécuritaire, de type moderniste.
    Quelle analyse faites-vous de l’éjection de Chakib Khelil, ministre de l’Energie, souvent cité dans le scandale de Sonatrach ainsi que du départ de Yazid Zerhouni du poste de ministre de l’Intérieur ?
    Il faut savoir que dans les pays autoritaires, le ministère de l’Intérieur est un poste-clé alors que dans les pays rentiers, le secteur du pétrole est extrêmement important. Dans le cas algérien, on peut dire qu’il y a deux départements stratégiques, à savoir le ministère de l’Intérieur et celui de l’Energie. Et il se trouve que ces deux institutions ont changé de main : nous avons, d’un côté, un Daho Ould Kablia, enfant du sérail, qui s’invite souvent dans le débat public à titre de président de l’association du MALG. De l’autre côté, le département de l’Energie revient à Youcef Yousfi, qui a une connexion bien établie dans le sérail. Le ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, qui a été atteint par de grosses affaires de corruption et de malversations, a été maintenu à son poste. Le ministre de la Pêche, qui a lui aussi subi des scandales financiers, a été placé à la tête d’un autre département. Cela amène à croire que la Présidence n’a pas été le grand vainqueur de cette lutte qui existe depuis plusieurs années. Nous avons l’impression que la Présidence a perdu la première manche dans ce jeu d’ombres.
    Peut-on considérer ce poste de vice-Premier ministre comme une promotion pour Zerhouni ?
    Je ne le pense pas, pour la simple raison que le poste de vice-Premier ministre est strictement honorifique, qui n’aura aucune prise de décision sur les grands dossiers. Lorsqu’il était à la tête du département de l’Intérieur, Zerhouni gérait des dossiers hautement importants : les fonctionnaires, la police, les partis politiques, les ONG, le passeport biométrique et bientôt les autorisations de sortie du territoire national, tout l’appareil du système de sécurité… Dans un régime autoritaire, le département de l’Intérieur est une institution « pivotale ». C’est la plaque tournante de tout édifice sécuritaire. En devenant un associé du Premier ministre Ouyahia, Zerhouni n’a plus de poids comme par le passé. Nourredine Yazid Zerhouni prépare sa sortie, par quelle porte, petite ou grande ?
    Quelles sont les tâches du vice-Premier ministre ?
    A ma connaissance, la Constitution ne fait que mentionner ce poste, sans en préciser les tâches. L’article 77 de la Constitution introduisant ce poste ne définit pas bien les attributions de cette fonction. C’est la première fois, dans l’histoire de l’Algérie, qu’un tel poste est attribué. Maintenant, tout dépend de la stratégie politique adoptée. Le fait est que son supérieur hiérarchique est Ahmed Ouyahia, un homme qui n’appartient pas au même camp, la lutte sera encore plus dure. Pour ma part, je pense que Zerhouni se prépare à sortir vu son âge et son état de santé. Va-t-on lui trouver une digne voie de sortie ?
    Comment expliquer le fait que Chakib Khelil soit sacrifié alors que Amar Ghoul, dont le département a également connu des affaires de corruption, soit maintenu dans le gouvernement ?
    Il ne faut pas oublier que Sonatrach c’est l’Algérie. A l’extérieur, on ne connaît que l’entreprise algérienne d’hydrocarbures. Et il se trouve que Sonatrach a connu de gros dossiers de corruption qui ont porté atteinte, d’une certaine manière, à l’image de marque du pays. Voilà un pouvoir qui multiplie les efforts, depuis 1999, pour redorer l’image de l’Algérie, qui voit tout le travail de la lutte antiterroriste réduit à néant. Avec l’affaire Sonatrach, l’Algérie est très mal vue. Certains investisseurs ne sont plus aussi emballés de venir en Algérie à cause de ce dossier.
    En opposition de ce qui a été dit dans les médias, je pense que Chakib Khelil est un des gagnants de ce remaniement. Il ne va pas rendre compte de son bilan, une gestion des revenus de tout un peuple durant toute une décennie. Quant à Ghoul, tout dépendra du clan dans lequel il se place. Pour ma part, je ne pense pas qu’il appartienne au clan présidentiel. Son département a été souillé par des dossiers de corruption et de malversations, mais il reste à son poste. Les éléments se réclamant de l’Islam du bazar sont toujours aux postes de commande dans ce gouvernement. Son département dispose d’un budget faramineux pouvant « arroser » de nombreux réseaux ici et à l’étranger, mais il reste que le pétrole soit encore plus stratégique.
    Que penser de la « rétrogradation » de Temmar, connu pour être un homme du Président ?
    Abdelhamid Temmar, un ancien membre du MALG, est nommé à la tête d’une cellule de réflexion. Mais tant qu’il reste au ministère, qu’il tient un département à responsabilité, il continuera à jouer un rôle important. Dans le système algérien, il est essentiel d’être toujours dans les « parages ». Et Temmar est au centre même du processus décisionnel, puisqu’il est chef d’un nouveau département. En un mot, ce remaniement ministériel n’a pas réglé la lancinante question de succession. Tous les coups bas sont encore permis au détriment de l’intérêt national et cette situation perdurera tant que la politique n’est pas institutionnalisée et que le jeu politique n’est pas ouvert à tous les acteurs.



    Par Amel Blidi
    Dernière modification par Aggour, 30 mai 2010, 09h24.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Zerhouni vice premier ministre!!! chien de garde de boutef pour qu'il surveille les cachotterie d'Ouyahia....enfin si je ne me trompe pas
    c plutôt une promotion pour qu'il puisse avoir un oeil sur tout

    Laisser un commentaire:


  • Gironimoo
    a répondu
    Certainement pas pour cette raison, la vérité est ailleurs, c'est le pistonné du système, son poste autant ne plus l'appeler ministère mais royaume.
    le pistonné du système parce que c'est le seul tu crois ?!!! et les autres ils sont là par mérite peut être ... c'est tous des pistonnés !!!

    Laisser un commentaire:


  • zmigri
    a répondu
    certains l'appellent un remaniement, moi je l'appellerai continuité dans la médiocrité et j'avoue que je suis profondément déçu.

    Mise à part l'ejection de chakib khali, qui était deja sur un siège éjectable le gros de la troupe a été maintenu surtout concernant le monsieur "industrie" qui traine un bilan digne d'un débutant.

    Ce gouvernement fait peu de place aux femmes, qui tout le monde sait, sont peu sensibles à la corruption et au clientélisme.

    On dit souvent qu'une société est jugée sur le sort reservé aux femmes et aux enfants. Nous voilà bien servis!
    En fait ils sont où ceux qui clamaient la 3ouhda talitha??

    Laisser un commentaire:


  • l'imprevisible
    a répondu
    Bonjour, Intéressant tout ça !

    Les choses se dessinent peu à peu !

    Cette liste transpire la "Guerre des clans"

    Dahou OULD KABLIA Ministre de l'intérieur et Zerhouni Vice-Premier Ministre Si H'mimich n'a qu'a bien se tenir, " idjoufariss arghan "

    Quant aux trouvailles en noms pour les portefeuilles de Temmar & Co j'avoue que c'est plus hilarant qu'autre chose ! Les pots de vins sont déjà au format XXXXXL là ça va être sans communes mesures

    Perso je propose un signe distinctif pour El Mouradia

    A l'infini ! Or sur fond Noir, ce dernier symbolisant le pétrole et la boucle le cercle vicieux qui dure depuis 1958 (voire bien avant)!



    ../..

    Laisser un commentaire:


  • houari16
    a répondu
    remarquez l'inamovible BENBOUZID.
    lui il ne bougera jamais ... il fait de l'excellent boulot ... débiliser;, arabétiser désorienter, et acculturer les nouvelles générations d'Algériens ... pour que le "système" se pérennise.
    le gluau BenBouzid ?

    On est pas encore sorti du règne du médiocrité .

    Laisser un commentaire:


  • frigoriste
    a répondu
    Zerhouni vice premier ministre!!! chien de garde de boutef pour qu'il surveille les cachotterie d'Ouyahia....enfin si je ne me trompe pas

    Laisser un commentaire:


  • RoboCop
    a répondu
    Envoyé par Gironimoo
    lui il ne bougera jamais ... il fait de l'excellent boulot ... débiliser;, arabétiser désorienter, et acculturer les nouvelles générations d'Algériens ... pour que le "système" se pérennise.

    Certainement pas pour cette raison, la vérité est ailleurs, c'est le pistonné du système, son poste autant ne plus l'appeler ministère mais royaume.
    Envoyé par Nassim
    Si je ne me trompe pas, le ministère de la Prospective n'a jamais existé dans l'histoire récente de l'Algérie.

    Après avoir dérouté les fleurons de l'industrie Algérienne en les bradant un à un, il va s'occuper de la prospection de nouvelles méthodes pour réduire en bouillie, tout ce qui reste viable de l’économie du pays.
    Le changement dans la continuité quoi.

    Laisser un commentaire:


  • nassim
    a répondu
    Envoyé par APS
    M. Abdelhamid TEMMAR: Ministre de la Prospective et des statistiques
    Si je ne me trompe pas, le ministère de la Prospective n'a jamais existé dans l'histoire récente de l'Algérie. Tout ce qui est statistiques est normalement du ressort des ministères des Finances/Economie et/ou du Travail. Pourquoi donc ce ministère mystérieux a-t-il été créé? Pour satisfaire l'égo du très incompétent Hamid Temmar et le maintenir au gouvernement?

    Remarquez aussi que les ministres Benbouzid et Zerhouni (pour ne citer qu'eux) ont été maintenus alors que leur incompétence n'est plus à démontrer.

    A l'évidence, le minable incompétent Bouteflika se moque du peuple algérien en leur annonçant ce ridicule remaniement. C'est désolant de voir notre pays dirigé par un vieux "zombie" entouré d'incompétents corrompus.

    Laisser un commentaire:


  • Gironimoo
    a répondu
    remarquez l'inamovible BENBOUZID.
    lui il ne bougera jamais ... il fait de l'excellent boulot ... débiliser;, arabétiser désorienter, et acculturer les nouvelles générations d'Algériens ... pour que le "système" se pérennise.

    Laisser un commentaire:


  • taurus
    a répondu
    bessalah a ete ejecté a cause de l'affaire OTA
    on verra ce que benhamadi fera !!!!
    mais il y a un homme aussi qui a ete inamovible et qui n'est pas une lumiere aussi celui de l'enseignement et de la recherche !!! le secteur est tout aussi catastrophique que l'education

    Laisser un commentaire:


  • shadok
    a répondu
    Benhamadi au poste de MPTIC

    L’opportuniste Benhamadi (Dir CERIST, député, DG Algérie Télécom) se retrouve MPTIC. Algérie Télécom connaît un changement de DG chaque 6 mois. Bessalah, l’initiateur d’e-Algerie 2013, a été éjecté précipitamment de son poste.

    Laisser un commentaire:


  • RoboCop
    a répondu
    Et surtout j'aime bien KHELIL appelé à d'autres fonctions. Il devrait être appelé en prison... non?
    T'inquiète, il sera sévèrement puni avec un poste d'ambassadeur.

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X