Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L'Algérie traverse une crise sociale, pas politique, dit Ouyahia.

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    L'Algérie traverse une crise sociale, pas politique, dit Ouyahia.
    une autre façon pour dire, on veux rester sur place, et la crise sociale on s'occupera
    en gelant les prix d'huile et de sucre (dernier decret),
    trouvant de l'emploi au chaumeurs sinon des pateras

    Laisser un commentaire:


  • virgile
    a répondu
    L'Algérie traverse une crise sociale, pas politique, dit Ouyahia

    Cela doit être la vérité....le grand vice-chef l'a dit !


    .... Ahmed Ouyahia a assuré mercredi que son pays ne traversait pas une crise politique comme nombre d'autres pays arabes, mais plutôt des "crises sociales".
    C’est bon signe....déjà il utilise le pluriel ......c'est déjà pas mal !


    L'Algérie, l'un des plus importants fournisseurs de gaz naturel de l'Union européenne, a connu une série de grèves et de manifestations ces derniers mois.
    Quel rapport cela a avec les "crises sociales" ?


    Pour autant, Ouyahia a rejeté toute comparaison entre son pays et les autres Etats arabes secoués par de profonds troubles politiques.

    Il peut toujours dire.....mais la réalité est autre....elle est celle des 35millions d'algériens.....devant eux ,les affirmations de Mr ouyahya ne pèsent pas lourd!

    "L'Algérie ne vit pas une crise politique mais plutôt des crises sociales qui ne nécessitent ni la dissolution du parlement ni un changement de système politique", a déclaré à la télévision nationale Ouyahia, qui est par ailleurs secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND).

    Elle nécessite peut être le changement des algériens par une population plus débile....plus apte à croire ces fables !

    À défaut de changer le régime ....changeons de peuple !

    Selon Ouyahia, le recours à une assemblée constituante, réclamé par certains partis, "ne peut intervenir que dans des circonstances bien précises, comme dans les cas d'une crise politique ou d'une paralysie des institutions".
    Mr ouyahya fait semblant de ne pas savoir que le pays est en crise politique depuis 1962....depuis le début de l'ère des putschs et des tanks!
    "Le front social est en état de fermentation à cause du chômage et de la pénurie de logements", a-t-il dit en reconnaissant que "Nous avons toujours de la corruption en Algérie".
    Mr Ouyahya, (il entend quoi par front ? prenons le comme la société) veut d'une société qui ne fermente pas, qui ne pense pas, qui ne se met pas en colère, qui ne réagit pas .....qui doit être aseptisée pour ne pas fermenter ....
    Mr ouyahya reconnait que la corruption existe mais elle ne touche pas le régime dont il fait partie ni l'administration qu'il dirige!


    Il a ajouté que le gouvernement s'attaquait à ces problèmes. "Les priorités essentielles de l'Algérie sont sociales et économiques", a-t-il dit.
    Cela fait longtemps que Mr Ouyahya, et avant lui plusieurs d'autres, chante cette sérénade....qui ne fait plus endormir le peuple!.....chantez du rap excellence!....peut être que vous réussirez!


    En résumé, ce monsieur, chef de gouvernement de son métier, ose défier les algériens en effaçant d'un revers de la main la longue liste des griefs politiques que le peuple et les observateurs étrangers portent à la dictature du régime en place.....du même revers de la main ...il efface les espérances de ce même peuple qui , jusqu'à maintenant, semble avoir privilégié le langage de la paix, de la sérénité pour transmettre ses messages....
    Ce monsieur tout simplement poursuit sa logique de mettre le président en difficulté et l'enfoncer d'avantage .....Cette sortie ratée d’Ouyahya est un acte prémédité pour relancer les manifestations populaires sur un registre plus violent qui sert l'agenda des généraux au nom desquels il agit et au nom desquels il existe.

    Laisser un commentaire:


  • L'Algérie traverse une crise sociale, pas politique, dit Ouyahia.

    Communiqué - jeudi,31 mars , 2011 -08:17

    ALGER (Reuters) - Le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a assuré mercredi que son pays ne traversait pas une crise politique comme nombre d'autres pays arabes, mais plutôt des "crises sociales".


    L'Algérie, l'un des plus importants fournisseurs de gaz naturel de l'Union européenne, a connu une série de grèves et de manifestations ces derniers mois.
    Pour autant, Ouyahia a rejeté toute comparaison entre son pays et les autres Etats arabes secoués par de profonds troubles politiques.
    "L'Algérie ne vit pas une crise politique mais plutôt des crises sociales qui ne nécessitent ni la dissolution du parlement ni un changement de système politique", a déclaré à la télévision nationale Ouyahia, qui est par ailleurs secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND).
    Selon Ouyahia, le recours à une assemblée constituante, réclamé par certains partis, "ne peut intervenir que dans des circonstances bien précises, comme dans les cas d'une crise politique ou d'une paralysie des institutions".
    "Le front social est en état de fermentation à cause du chômage et de la pénurie de logements", a-t-il dit en reconnaissant que "Nous avons toujours de la corruption en Algérie".
    Il a ajouté que le gouvernement s'attaquait à ces problèmes. "Les priorités essentielles de l'Algérie sont sociales et économiques", a-t-il dit.
    Des rumeurs ont couru dans les médias algériens sur les préparatifs d'un remaniement gouvernemental qui impliquerait le remplacement d'Ouyahia, ce qui n'a en rien été confirmé par la présidence. En signe de concession à ses opposants, le président Abdelaziz Bouteflika, qui a 74 ans, a récemment levé l'état d'urgence, qui était en vigueur depuis 1992.


    Lamine Chikhi, Eric Faye pour le service français
Chargement...
X