Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Comment les « services » ont fait marcher Alger à l’occasion de la « révolution » arabe

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Comment les « services » ont fait marcher Alger à l’occasion de la « révolution » arabe

    Par Kamel Daoud Militant des Droits de l'Homme
    LADDH


    Il ne faut pas se leurrer, les cerveaux des «services» ne sont pas des rigolos. Ils sont nés grâce à Boussouf pendant la guerre de libération, à partir de la promotion Tapis rouge formée au KGB aux techniques violentes de subversion et de manipulation des foules. Ils ont fait des enfants encore mieux formés qu’eux. 50 ans d’expérience, excusez du peu. Peut-être sont ils aujourd’hui la seule police politique au monde, résidu de la guerre froide. Héritiers du KGB, de la Stasi et de la Securitate à la fois. Nauséabonds et professionnels, sans états d’âme.

    En face d’eux, ceux qui ont cru faire marcher les Algériens, malgré l’interdiction du ministre de l’Intérieur, n’ont pas pris la mesure des forces en présence. Ils ont fini pourtant par se rendre à l’évidence : c’est eux qu’on a fait marcher car ils sont tombés dans le piège, à moins que …eux-mêmes étaient aux ordres.

    En réalité le régime autoritaire qui règne en Algérie depuis l’indépendance a eu vraiment très peur quand le malheureux Bouazizi s’est immolé en Tunisie. Les «services» ont flairé le piège : Alger pouvait s’embraser à tout moment tant la contestation sociale avait atteint le niveau maximum, le peuple était à bout. Et alors fini des privilèges des nantis du pouvoir, des colonels et des généraux en retraite (ou en activité), de leur progéniture et de leurs affidés. Finie la corruption «à ciel ouvert», au vu et au su de tout le monde, sans vergogne, sans pitié pour ceux qui souffrent dans ce pays.

    Les «naïfs» ont cru que les émeutes de rue de janvier correspondaient au début d’un mouvement révolutionnaire. Ils auraient pourtant du se méfier : un embrasement sur l’ensemble du territoire au même moment et surtout sans slogan politique et qui cesse inopinément. Seule une organisation structurée dans tout le pays pouvait déclencher un tel mouvement puis le stopper. Suivez mon regard. Mais non, les «naïfs» se sont crus en novembre 1954 et ils ont appelé à des marches. Ils n’ont pas compris qu’il s’agissait en réalité d’un contre feu, technique classique de pompier quand la forêt brûle. Une manière de neutraliser l’incendie qui menace.

    Et, alors que Tunis, Le Caire, Sanaa, Damas, Bahreïn, Benghazi s’embrasaient, Alger, petit à petit, s’éteint malgré quelques soubresauts et aussi grâce aux manifestions de force de la police qu’ils ont provoquée. Coordination après coordination, CNCD après Barakat. Pschitt !

    Seul le FFS a flairé le piège et s’est contenté de dire sa présence et sa force avec la solidarité des partis démocratiques maghrébins. Histoire de dire aux services « FAKOU !»

    Aujourd’hui il y a le foot, l’année de Tlemcen (capitale islamique ? arabe ? régionaliste ?). Et les annonces d’un grand discours d’un Président aphone depuis de longs mois. Ah le foot, l’équipe nationale, la coupe d’Algérie, et puis le bac et puis le ramadhan. Et nous voilà en octobre, la rentrée scolaire et à nouveau confrontés à …nos malheurs: une inflation galopante, le chômage, un coût de la vie insupportable pour les pères de famille (nombreuse).

    Les cerveaux des «services» (la boite noire) ont commencé à réfléchir à la stratégie à adopter à partir d‘octobre prochain. Boutef reste ? (détail), il y a des «hommes» pour le remplacer ou peut-être une femme d’ailleurs, pourquoi pas ? Un changement d’APN avec de nouveaux larbins cupides appelés députés, apparus après des élections truquées ? Quelques attentats en Kabylie, ou ailleurs, de quoi justifier un nouvel état d’urgence ? Les choix sont variés et la réflexion est en cours.

    Et les Algériens continueront de souffrir en regardant le monde aller de l’avant, en se connectant à Internet ou à la télé parabolée, et sans eux. Sauf les nantis du régime, bien évidemment.

    Aujourd’hui c’est l’heure des bilans pour les militants des droits de l’homme comme pour les militants politiques de la démocratie. Comme dit CAMUS, il s’agit pour le Sysiphe que nous sommes de remonter le rocher vers le sommet. Avec détermination, obstination et aussi l’espoir en des jours meilleurs.


    Long est encore le chemin !
    Ce n’est pas parce qu’on a des idées fondées sur la religion qu’on est terroriste, et ce n’est pas parce qu’on se prétend moderniste ou démocrate qu’on ne l’est pas. Mahiou FFS assassiné le 4/11/1994

  • #2
    Les cerveaux des «services» (la boite noire) ont commencé à réfléchir à la stratégie à adopter à partir d‘octobre prochain. Boutef reste ? (détail), il y a des «hommes» pour le remplacer ou peut-être une femme d’ailleurs, pourquoi pas ? Un changement d’APN avec de nouveaux larbins cupides appelés députés, apparus après des élections truquées ? Quelques attentats en Kabylie, ou ailleurs, de quoi justifier un nouvel état d’urgence ? Les choix sont variés et la réflexion est en cours.
    Ce défenseur des droits de l'homme a bien compris comment ça marche en Algérie.
    si on peut tromper beaucoup de monde quelque temps, ou tromper peu de monde longtemps, on ne peut tromper tout le monde tout le temps

    Commentaire


    • #3
      Comme dit CAMUS, il s’agit pour le Sysiphe que nous sommes de remonter le rocher vers le sommet. Avec détermination, obstination et aussi l’espoir en des jours meilleurs.
      Oui! et re OUI!!!
      "La chose la plus importante qu'on doit emporter au combat, c'est la raison d'y aller."

      Commentaire


      • #4
        Un article comme j'aime.
        La DRS est derrière chacun de nos gestes, c'est notre moi et notre surmoi
        Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

        Commentaire


        • #5
          bof....

          le DRS au secours de boutef, j'aime cela

          on va suivre la théorie du complot et essayer de raisonner.

          L'algérie est un pays ou les soulèvements est un pain quotidien, cela va du logement ,au ralentisseur d'une route ou a cause du chauffage au fioul au lieu du gaz pour avoir vécu ça dans une école.... il y en en a eu 10000 en 2010 des émeutes comme ça.

          La Tunisie bouilllonne depuis un certain temps (gabsa aupravant etc..), s'allume en décembre 2010, le DRS allume le feu en algérie 100 fois plus puissant mais avec 100 fois moins de morts

          Le dégage marche en tunisie et said samedi peine a rassembler trois pélerins, pour un dégage à l'algérienne

          DRS Vs Boutef?

          Je ne sais pas. Mais Kamel daoud notre belle plume sait, puisqu'il était le 9 février à Oran ou j y étais en même temps.


          Il s'est retiré depuis et il a eu raison.

          Comme mon neveu que je suis parti récupéré place des armes et qui me dit : Tonton j'en ai marre de la démocratie j'arrête les rassemblements :

          Ce n'est pas rigolo je sais mais c'est ça l'Algérie.
          « Great minds discuss ideas; average minds, events; small minds, people. » Eleanor ROOSEVELT

          Commentaire


          • #6
            Comme mon neveu que je suis parti récupéré place des armes et qui me dit : Tonton j'en ai marre de la démocratie j'arrête les rassemblements
            hahahahaha
            Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

            Commentaire


            • #7
              bachi je réctifie

              c'était: je suis dégoûté de la démocratie
              « Great minds discuss ideas; average minds, events; small minds, people. » Eleanor ROOSEVELT

              Commentaire


              • #8
                Azul,je rectifis pour Bachi hihihihihi

                Commentaire


                • #9
                  Envoyé par bledard_for_ever
                  Comme mon neveu que je suis parti récupéré place des armes et qui me dit : Tonton j'en ai marre de la démocratie j'arrête les rassemblements :

                  Ce n'est pas rigolo je sais mais c'est ça l'Algérie.
                  Penses-tu que tous les Algériens sont des abrutis ?
                  "un gouvernement oppressif amène la ruine de la prospérité publique" Ibn Khaldoun

                  Commentaire


                  • #10
                    Leur marche n'a pas marché alors ils ont pris leurs jambes à leur cou et maintenant ils accusent l'autre. L'autre de préférence c'est celui qui ne répondra pas. Si il s'appelle la Grand Muette c'est encore mieux. L'essentiel c'est d'éviter le débat, de se déresponsabiliser et de verser dans la victimisation pour faire pitié, pour faire verser des larmes et si possible du sang aussi, mais surtout pas le sien bien sur.

                    Jamais au grand jamais ils ne se diront ces intellos à 2 dinars que peut être ils devraient se remettre en question, faire des propositions plus concrètes à un peuple qui en a ras le bol de la violence, des slogans et du mimétisme primaire, avant de prétendre qu'il est manipulé ce même peuple. Un jour ils affirment que le Pouvoir traite le Peuple comme si c'était un enfant, le lendemain ils traitent le peuple d'immature et de manipulé. Un jour ils se demandent en page 01 de leur journal "Y a t'il un général pour sauver l'Algérie?" et le lendemain ils demandent "Y a t'il un peuple pour nous débarrasser des généraux". Un jour ils appellent le peuple à marcher derrière Saïd Samedi, le lendemain ils qualifient le même Saïd de "poids" qu'il ne faut plus suivre. Un jour ils critiquent le kituki dans leurs articles, le lendemain ils le mette à leur service dans leurs chroniques. Un jour ils critiquent les importateurs de conteneurs licites ou illicites venant de Dubaï et de Oujda, et le lendemain ils se lancent dans l'importation massive de modes saisonnières venues du Caire et de Tunis.

                    C'est ca notre drame malheureusement. Nos pseudo-intellos, ce qui nous sert d'élite, ceux qui savent parler ne parle que pour eux, que pour défendre leur propre petit agenda, en prenant les Algériens pour des idiots ou des aveugles.

                    J'ai donc juste 2 choses à dire à ce pitoyable clown qui se prend pour un génie et qui croit qu'il nous fera passer des vessies pour des lanternes. D'abord c'est toi et tes potes qui appelaient à ces marches. Alors si c'est organiser par la DRS, dis nous quels grade tu as dans cette institution ou alors admets que tu est un pauvre imbécile d'avoir marché et que c'est nous qui avions raison de vous dire qu'il ne fallait pas marcher.

                    Ensuite, tu parles de révolution de 1954 et tu dis que les gens ont cru que c'était la même chose quand toi et tes copains ont marché chaque Samedi. Tu te trompes. Personne n'a cru cela mis à part toi et tes potes. On sait très bien que la Révolution dans ce pays, c'est les ouvriers, les paysans et les chômeurs qui doivent la déclencher, comme en 1954. Les oulémas, les pharmaciens et autres pieds nickelés à ton image: on a vu dans les livres d'Histoire que c'est pas eux qui déclenchent les Révolutions t'inquiète. Le jour ou il y aura une vraie Révolution dans ce pays, toi et tes paires vous serez les derniers à rejoindre le train en marche. Comme toujours...
                    Dernière modification par Alryib3, 11 avril 2011, 01h24.

                    ∑ (1/i²) = π²/6
                    i=1

                    Commentaire


                    • #11
                      @ Alryib3

                      L'elite algerienne, marginalisee, dispersee, interdite d'organisation, souffre comme toutes les elites du monde, du syndrome de l'elitisme, de la theorisation a outrance, du corporatisme, de l'embourgeoisement... mais je ne crois pas qu'un pays puisse fonctionner en meprisant l'elite dans tout les domaines, comme l'ont fait les militaires, issus eux d'autres spheres sociales... Il y a un probleme de sociologie politique, comme tu le montres tres bien, mais ce probleme la ne peut etre resolu avec des recettes qui ont echoue, largement et immoncablement echoue...

                      Ce pays est sortis d'un drame il n'y a pas si longtemps, et a faim, une faim innegalee de modernite et de liberte. Ce n'est pas avec les recettes du KGB que ce pays pourra repondre a cette faim, au risque de subir les affres et les consequences des famines... et quand le peuple a une faim innegalee de liberte, plus rien ne peut arreter sa quete vers la liberte, et les police politique new look le sait tres bien...
                      Dernière modification par ott, 11 avril 2011, 11h24.
                      Othmane BENZAGHOU

                      Commentaire

                      Chargement...
                      X