Annonce

Réduire
Aucune annonce.

tartag nommer conseiller a la presidence

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • ott
    a répondu
    Ce Aboud, qui traine d'ailleurs dans ce forum n'a pas peur des contradictions et du ridicule pour nous fourguer ses comtes des milles et une nuits qui sentent le montage à des kilometres. Une couleuvre assez flagrante est représenté par le fait que lui et une certaine presse affirment que le remplacant de Tertag à la tete du DCSI, qui donc a accès à tout, théoriquement, est un proche du meme paravent arboré par certains milieux, coupable de toutes les affaires de corruptions de la place, possibles et imaginables. Je n'en sait rien, mais certaines, à l'image du promoteur immobilier des sources, du parc à Hydra, et meme de Khalifa ou encore Khelil sont tellement grotesques, qu'on se demande si le paravent arboré, tellement light, qu'il amène certaines interrogations sur quoi il est sensé cacher réellement. Tout nous est fourgué avec comme point commun l'argent et ce fatidique Said...

    C'est incroyable comment une partie non négligeable de la vie politique algérienne est expliquée par les coups foireux entre anciens et actifs des services. On a eu 5 patrons des services depuis Boussouf, et leur armées d'agents, plus ou moins écartés, sans parler des ambitions des uns et des autres, aux postes "subalternes" passés maitres dans la magouille et la maamaa politicienne... Le seul point d'accord, c'est que vis-à-vis de l'exterieur, des services bien entendu, l'esprit de corps prime sur tout autre considération, y compris l'intéret national, immédiat et stratégique...
    Dernière modification par ott, 18 septembre 2014, 03h41.

    Laisser un commentaire:


  • Lombardia
    a répondu
    La plus belle prise de guerre du clan Bouteflika

    DECRYPTAGES - Par Hichem Aboud - Publié le 16 Sep, 2014



    Au cours de sa première réunion avec les officiers de l’armée algérienne en 1999 quelques semaines après son élection à la tête de l’Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika avait demandé la tête du général Bachir Tartag accusé de la responsabilité des exactions commises par les services de sécurité en matière de violations des droits de l’Homme pendant la décennie noire, qui fit 150000 morts en Algérie. Quinze ans plus tard, le même général vient d'être nommé conseiller spécial du même président, à la demande de son frère, Saïd Bouteflika, qui cherche à trouver quelques alliés au sein de l'institution militaire. Exploration au coeur du sérail militaire algérien, avec notre chroniqueur Hichem Aboud.


    La nouvelle est tombée à une heure tardive de la soirée (21h07) en exclusivité sur un site d’information réputé proche de Saïd Bouteflika. La nomination du général-major Bachir Tartag n’a pas été annoncée par un canal officiel et qui n’est autre que l’agence de presse officielle (APS) comme cela se passe pour toute nomination officielle à des postes de responsabilité si importants. Cela s’explique par certains observateurs comme une annonce officieuse qui risque d’être remise en cause dans le cas où des réactions hostiles venaient à la contrarier. C’est ce qui s’était passé le 28 septembre 2013 quand, par le canal du même site d’information, a été annoncée « une profonde restructuration du DRS ».


    Coups de sonde

    La nomination de l’ancien patron du contre-espionnage algérien n’a rien d’innocent. C’est pour cette raison que son auteur et qui ne peut être autre que le frère cadet du président de la république, Saïd Bouteflika, a cherché d’abord à sonder les cercles hostiles à cette promotion et proches du général de corps d’armée Mohamed Mediene dit Tewfik, l’inamovible patron des services secrets algériens.


    Protégé du patron du DRS, le général Tartag ? Oui, il l’était jusqu’à ce jour où le général Tewfik, sur injonction de la présidence, l’avait démis de ses fonctions en même temps que le général-major Rachid Laalali dit Attafi, alors patron de la Direction de la Sécurité Extérieure. Le limogeage de ces deux généraux a suivi celle de leur collègue le général M’henna Djebbar alors patron du troisième pilier du DRS, la Direction de la sécurité de l’Armée, soudainement placé sous les ordres du général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah qui ne portait, alors, que la casquette de chef d’Etat major de l’armée avant de s'en voir confier une seconde, celle de vice-ministre de la défense nationale lors du remaniement gouvernemental du 11 septembre 2013.




    Le général retourné

    A peine démis de ses fonctions et alors qu’il se voyait appelé à faire valoir ses droits à la retraite comme beaucoup de ses pairs touché par la vague dite de restructuration du DRS, le général Bachir est approché par Saïd Bouteflika à la recherche d’informations sur les dossiers de corruption gérés par le DRS et qui étaient sous l’administration directe du général Bachir. Le dossier le plus recherché était, incontestablement, celui de l’affaire Chakib Khelil, l’ancien ministre de l’énergie et dans lequel le frère cadet du président est lourdement impliqué. Ce dossier était piloté directement par l’ancien patron du contre-espionnage qui avait veillé personnellement à sa transmission aux instances judiciaires.


    Se sentant lâché par son ancien patron, le général Bachir ne refuse pas l’offre de Saïd Bouteflika qui consistait à le préparer à remplacer le général Tewfik à la tête du DRS. En attendant, il ira exercer la fonction de conseiller à la sécurité auprès du vice-ministre de la défense nationale le général de corps d’armée Gaïd Salah. De quoi rassurer l’ancien patron de la DCE.


    Le deal entre les deux hommes était simple à deviner. Le général-major Bachir fera un scan total du DRS au profit de Saïd Bouteflika. Ce dernier qui nourrissait un immense complexe des services secrets va enfin découvrir le fonctionnement de cette bulle si mystérieuse. Il apprendra tous les détails sur tous les cadres et les structures du DRS. Il saura qui fait quoi et comment on fait. Il saura, surtout, qui gère les dossiers de la corruption et quels sont les pilotes des différents dossiers.


    Le général Bachir ira passer quelques jours à Paris pour des soins médicaux, le temps de se faire oublier par le général Tewfik et de se préparer à sa nouvelle mission.




    Une succession difficile

    Ayant pris connaissance des intentions des uns et des autres et s’étant rassuré que le général Tewfik n’était nullement hostile à un quatrième mandat pour le président Bouteflika, Saïd Bouteflika arrête momentanément son opération déstructuration du DRS. D’ailleurs, le général Tewfik n’avait pas réagi à une seule agression dont il fut victime de la part du frère du président. Il ne faisait qu’obtempérer à toutes les injonctions au grand dam de ceux qui voyaient en lui le grand décideur.


    Le scrutin présidentiel se déroule comme le souhaitait Saïd Bouteflika au mépris de toutes les règles démocratiques. Une fraude à grande échelle qui a permis à un candidat fantôme de remporter une écrasante victoire digne des années de plomb.


    Cette victoire est loin d’assouvir l’ambition de Saïd Bouteflika qui aura à faire face à l’impossibilité d’afficher en public un président capable d’assister, du moins physiquement, à la moindre manifestation publique. Depuis, sa réélection le 17 avril dernier, le président n’a pas prononcé une seule parole à l’adresse du peuple et n’a assisté à aucune cérémonie officielle. L’annulation de la cérémonie d’échange de vœux à l’occasion de la fête de l’Aïd El-Fitr le 29 juillet, bien que passée sous silence par la presse algérienne, a donné à réfléchir à Saïd Bouteflika. Il pense, cette fois-ci, très sérieusement à la succession de son frère.


    Qui pourrait succéder à Abdelaziz Bouteflika à la tête de l’Etat algérien alors que son frère cadet est impliqué dans de graves affaires de corruption ? Cela n’est un secret pour personne. Rien qu’à voir les marchés obtenus par le nouveau riche Ali Haddad aux moyens très limités comme le souligne un site d’information, pourtant proche de Saïd Bouteflika, et rien qu’à voir l’éclosion d’une nouvelle caste d’hommes d’affaires qui ont fait fortune sans de gros investissements pas besoin d’être grand clerc pour deviner qui se tient derrière ces arrivistes dans le monde des affaires. L’impunité dont jouit Chakib Khelil, l’ancien ministre de l’énergie, pourtant poursuivi par la justice italienne dans la même affaire, et Farid Bejaoui, le neveu de l’ancien président du conseil constitutionnel (2002-2005) et ancien ministre des affaires étrangères (2005-2007) sous Bouteflika anis que l’impunité dont jouit le ministre Amar Ghoul impliqué dans le scandale du siècle, celui de l’autoroute est-ouest, sont amplement suffisants pour prouver que les responsabilités de ces scandaleuses affaires de corruption sont à chercher au niveau du sommet de l’Etat.


    Saïd sit très bien qu'il finira ses jours derrière les barreaux dès la disparition de son frère. C’est pourquoi il ne peut faire confiance en personne. Il doit, par conséquent, hériter du fauteuil présidentiel de quelque manière que ce soit.




    Vie d'espion

    Après avoir échoué dans la création d’un parti politique lui permettant de se porter candidat à la magistrature suprême, par la faute d’un élément trop bavard et guère expérimenté dans le jeu des coulisses, Saïd Bouteflika est forcé d’opter pour le coup de force. Ce coup de force consiste à placer à la tête du DRS source de tous les pouvoirs, un homme de confiance. Il ne peut trouver mieux que Bachir Tartag connu pour sa loyauté et sa fidélité d’autant qu’il se voit redevable envers le frère du président qui l’a hissé à un niveau de responsabilité qu’il s’estime être capable d’assumer. Et qui mieux que le général Bachir connaît les rouages du DRS ?


    Lui qui a commencé sa carrière depuis le début des années 70, à sa sortie de l’université de Constantine avec une licence en géographie a suivi formation de six mois au KGB de l’ex-Union Soviétique avant de prendre en charge la formation du premier noyau militaire du Front Polisario. Il sera, ensuite chef du bureau de sécurité dans plusieurs wilayas (départements) notamment Oum-El-Bouaghi, Jijel et Alger avant une courte mise au placard en 1987. Alors qu’il venait d’être désigné responsable de la sécurité de garnison, le colonel Betchine, Directeur Central de la Sécurité de l’Armée, par abréviation DCSA, (issue de la restructuration de la Direction de la sécurité Militaire) lui confie la direction régionale de la sécurité de l’armée de la 5ème région militaire (Constantine). Avec l’arrivée du colonel Kamel Abderrahmane à la tête de la DCSA, le général Bachir qui avait le grade de commandant en 1990 était nommé sous-directeur de l’opérationnel. Un poste au sein duquel il sera mis à l’index par des organisations des Droits de l’Homme pour les exactions commises par ses hommes dans le cadre de la lutte anti-terroriste au milieu des années 90. Son parcours sera couronné par sa nomination à la tête de la direction du contre-espionnage en 2011 après quelques années de mise au placard pour échapper aux foudres de guerre du président Bouteflika qui avait demandé sa tête en 1999.


    La grâce dont bénéficie, aujourd’hui, le général Bachir Tartag, fait de lui l’un des hommes de confiance et des plus sûrs pour permettre à Saïd Bouteflika de préparer la première étape de sa prise du pouvoir en succédant à son frère.



    Hichem Aboud

    Mondafrique
    16.09.14

    Laisser un commentaire:


  • ghaza
    a répondu
    je suis déphasé alors merci pour l'information

    Laisser un commentaire:


  • éliamine
    a répondu
    @ghaza:

    Lamari a été le seul GCA, de 95 à 2004, mais en 2006, Gaid Salah, Toufik et Ghezeiel dcd en juillet ont été promu au grade de GCA.

    Laisser un commentaire:


  • ott
    a répondu
    On reconnait le défenseur de son idole, malgré une intermède de furie, quand il nous a vendu son candidat pour la quatrième fois en 2014. Il faut dire que la solidarité de corps fait que quelque soit la situation, il n'y a que les membres du corps à protéger par tout les moyens, en inventant mille et une théories contradictoires, mille et un paravents, pourvu qu'au final, le corps soit gagnant... c'est bien la colonne vertébrale, comme dirait boumboum...

    Laisser un commentaire:


  • ghaza
    a répondu
    eliamine
    d'ou tiens tu l'information que mr tewfik est GCA
    On a 2 GCA gaid salah et feu lamari

    Laisser un commentaire:


  • éliamine
    a répondu
    je suis mort de rire quand je lis que Tertag est ou était en conflit avec Toufik, alors que Tartag doit tout à Toufik, quand Toufik a pris la direction du DRS en 1990, Tertag n'était qu'un jeune commandant, et c'est Toufik qui l'a nommé au plus haute fonction du DRS, pendant les années 90s et 2000. Et on oublie que Toufik est GCA, et Tertag GM. Et jusqu'à preuve du contraire la hiérarchie celà compte dans une armée. Enfin les chiens aboient et la caravane passe, Toufik reste une épine dans le pied des ennemies du pays, tous ceux qui n'osaient même pas prononcé son nom attendaient sa disgrâce qui n'est jamais venu, ne savent plus quoi inventé comme théorie fumeuse à l'image d'une pseudo rivalité entre deux professionnelles.

    Laisser un commentaire:


  • nacer-eddine06
    a répondu
    Ca va chauffer pour les gnomes du fis quand ouyahia sera president

    Laisser un commentaire:


  • éliamine
    a répondu
    Tartag n'a jamais été mis à la retraite, il était conseiller de Gaid Salah chargé de la coordination entre l'état major et le DRS. Et maintenant il remplace le general Touati à la présidence comme conseiller aux affaires militaires et de sécurité, une promotion mérité.

    Laisser un commentaire:


  • houari16
    a répondu
    @KHORE

    le chez nous bel-court .... ???
    Yak ayoub ????

    Lorsqu il s agit de l Algerie tu te pointes par la désinformation positif pour l Ouest ..
    lorsqu il s agit du " Darouiche -alaouite " , là ça devient un vrai sujet ???


    @TRACK

    Je te plains pas , t avait donné une étincelle ..????

    Il n y a pas d amour perdu !!!!

    Laisser un commentaire:


  • houari16
    a répondu
    posté par zoromoro

    ya du nouveau surement je crois que bouteflika est mort est ca panique la haut
    T es dans le secret avant les services Français et la CIA ???


    posté par Serpico

    Il y a un proverbe marocain qui dit
    "si tu veux mendier frappe chez les grandes maisons".
    .

    ça n échappe pas au Roi -Darouiche

    Le Roi des pauvres frappe la grande maison des Riches : les pays du Golf

    Laisser un commentaire:


  • arrezki
    a répondu
    Le général Bachir Tartag rejoint la présidence de la République en tant que Conseiller du président Bouteflika
    Ce n'est pas ce même Tartag , relever de ses fonctions , et qui était susceptible de poursuites judiciaires ? Il y a seulement quelques mois ? ...

    Ce n'est surement pas pour cette Algérie que Ben Mhidi et , ( il y en a d'autres , mais il me parait le plus pure ) s'est sacrifié ...

    Une 'Algérie devenue un exemple de cas psychiatrique , ou FREUD , ne peut que s'arracher les cheveux !
    Dernière modification par arrezki, 14 septembre 2014, 23h58.

    Laisser un commentaire:


  • sammy
    a répondu
    tartag ...son nom n'inspire rien de bon

    Laisser un commentaire:


  • ghaza
    a répondu
    walah je ris
    mr boutelflika est en vacances cumul
    nezzar serai le bien venue
    dommage lamari est mort
    ouyahia president jamais
    sellal peut etre

    Laisser un commentaire:


  • zoromoro
    a répondu
    boukarossa le marocain atteint d'alzheimer stade 3 ne reconnu plus les visages meme les plus familiers comme ses freres c'est affirmatif et les montages de l'entv lors de la visite de genouchi et le dernier fiasco de conseil des ministres sont la preuve que boukaroussa est terminer les decideurs attendent juste sa mort pour lui faire des funerailles du president car tewfik a decider ainsi oui le criminel tewfik qui maintient boukaroussa au pouvoir et c'est lui le sissi algerien il commande sous la table par le biais de ouyahia qui est le vraie president maitenant et sellal 1er ministre tandis que said l'alcoolique est mis a la touche il va disparaitre de la circulation des que son frere meurt et ca ne va pas tarder et c'est tewfik qui a recruer tartag et on parle de nezzar comme consieller a la presidence et pkoi pas DAF ouldkablia et benbouzid et rahmani et tous les pions de tewfik wait and see.....

    Laisser un commentaire:

Chargement...
X