Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les adeptes de la terreur

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • houari16
    a répondu
    posté par bel-court

    S'ils voulaient vraiment se débarrasser d'eux ils vont les écraser comme des fourmis ces sales gueules puants avec des patates à la place des cerveaux .. mais ça ne les arrange pas
    .


    Ce montre va se retourner contre ceux qui les ont financé ...

    Les ricains savent ce qu il font dans le cadre de la lutte anti-terrorisme mondiale .. ça les arrange afin de ne pas s afficher contre leurs intérêts au moyen orient

    -Affaire à suivre ...

    Hervé avant d être , avait laissé un message :
    Hollande avait suivi Obama ?

    Décrypte ..

    Laisser un commentaire:


  • bel-court
    a répondu
    S'ils voulaient vraiment se débarrasser d'eux ils vont les écraser comme des fourmis ces sales gueules puants avec des patates à la place des cerveaux .. mais ça ne les arrange pas .. Le peuple pensera à autre chose et sa liberté s'il n'existait pas cette terreur ..

    Laisser un commentaire:


  • okba30
    a répondu
    Entre Daesh et l'Armée algérienne, c'était une course contre la montre. Pour El Baghdadi, les généraux algériens, avec le professionnalisme dont ils avaient fait montre lors de l'attaque de Tiguentourine, étaient capables de tout.
    Il y a inégalité flagrante, la lâcheté de quelques individus camouflés soutenus par des états tiers et publicisés par des médias sionistes versus une institution nationale organisée.

    Quelque soit l'efficacité de l'ANP il est impossible de contrer un rapt perpétré sur les sommet d'une montagne d'un photographe venu dans le secret suite à une promesse (guet-apens) pour prendre (possiblement, car c'est sa spécialité) quelques clichés de filles nues.

    Il faut comparer le comparable et juger l'ANP sur son travail en général.

    Laisser un commentaire:


  • massinissa
    a répondu
    marakch fil7sseb!

    Laisser un commentaire:


  • Mounir2008
    a répondu
    Tu voudrais pas leur donner des leçons par hasard?
    Pourquoi pas!

    C'est sûr qu'avec mon bagage je ferai mieux que le général batata (160kgs à la balance) qui nous gouverne!

    Laisser un commentaire:


  • massinissa
    a répondu
    Tellement aguerrie qu'on soit REdevenu la risée de toute la planète.
    Tu voudrais pas leur donner des leçons par hasard? La risée de la planète ce sont ceux qui font venir des pédophiles du monde entier pour leur offrir sur des plateaux des petits garçons et filles...

    Laisser un commentaire:


  • Mounir2008
    a répondu
    Le pourra-t-elle face à une Armée algérienne aguerrie au combat et aux arcanes de la lutte antiterroriste?
    Tellement aguerrie qu'on soit REdevenu la risée de toute la planète.

    D'un autre coté ça vient du journal l'expression, journal abreuvé par les recettes de l'ANEP et journal chiyatte n° 1

    Laisser un commentaire:


  • Gingerman
    a répondu
    Tout ca sont les residus des groupes de ali benhadj et abbasi madani.

    Laisser un commentaire:


  • Chegevara
    a crée une discussion Les adeptes de la terreur

    Les adeptes de la terreur

    Ils ont créé Daesh. L'organisation sanguinaire de l'Etat Islamique a cherché à frapper fort. Ses chefs ont trouvé l'occasion idéale pour le faire: décapiter l'otage français, Hervé Gourdel, trois jours à peine après son enlèvement en Kabylie. Le crime est signé.
    Et il porte l'ADN de cette organisation criminelle qui veut asseoir ses ramifications tant au Moyen-Orient qu'au Maghreb arabe. Mais ce crime a été perpétré en Algérie, cette terre où la folie intégriste a commis le pire des méfaits dans l'Histoire de l'Islam en entraînant la mort de près de 200.000 personnes. Dans la cassette diffusée sur leur site, les hommes de Djounoud El Khilafa (les soldats du califat) évoquent la «croisade lancée par la France contre leurs frères musulmans en Algérie», voulant signifier, en termes crus, la lutte antiterroriste impitoyable à laquelle se livrent, sans répit, depuis deux décennies, nos forces de sécurité. Aussitôt dit, aussitôt fait: leur émir, qui a fait allégeance le 16 septembre dernier à Daesh, est passé à l'acte pour punir la France de s'être directement impliquée par des bombardements en Irak pour stopper l'avancée des troupes djihadistes, estimées à 50.000 hommes, emmenées par un sanguinaire dont la réputation était déjà notoire sous Ez Zerkaoui.
    Avec cet assassinat odieux, la branche de Daesh au Maghreb, conduite par Abdelmalek Gouri, plus connu sous le nom de l'émir Khaled Abou Slimane, vient de signer son vrai acte de naissance dans une région dans laquelle elle s'apprête à bouter l'organisation d'Aqmi, affiliée à Al Qaîda. Le pourra-t-elle face à une Armée algérienne aguerrie au combat et aux arcanes de la lutte antiterroriste? Sûrement pas. Cerné de partout par les gendarmes et les commandos algériens, Abdelmalek Gouri savait que le temps lui est compté? De plus, l'ordre d'exécuter l'otage français est venu du Moyen-Orient. C'est-à-dire de la «centrale». L'objectif recherché était de frapper les esprits, de choquer et d'investir psychologiquement l'opinion occidentale. La décapitation de Hervé Gourdel n'intervient-elle pas quinze jours à peine après celle de trois ressortissants anglo-saxons? Décapiter, c'est son modus operandi. Il n'est guère différent de celui des autres organisations intégristes qui se réclament d'Al Qaîda, d'Aqmi, d'Al Nosra. Daesh cherche à atteindre l'impact médiatique, celui qui causera plus de dégâts à Paris, à Londres et à Washington.
    Elle veut que l'effet de cette exécution soit dévastateur pour l'opinion occidentale. Les émirs, adeptes de la manière forte, n'ont pas cherché à négocier quoi que ce soit avec Paris. Ni un échange de prisonniers islamistes détenus dans les prisons françaises, voire anglaises ou américaines, ni proposer en échange de la libération de l'otage le versement d'une rançon alléchante, comme la France avait l'habitude de le faire jusqu'ici pour libérer ses ressortissants enlevés au Mali ou ailleurs.
    Pour le grand patron de Daesh, la crainte était grande de voir ses terroristes algériens qu'il ne connaît d'ailleurs pas assez bien, tomber sous le feu des commandos de l'ANP déployés sur une large partie du territoire cerné jour et nuit, et qui pouvaient à tout instant libérer l'otage. L'expérience de l'Armée algérienne capable de réussir à sauver Hervé Gourdel est une crainte réelle que ne pouvaient pas exclure de leur évaluation dans cette opération les dirigeants de Daesh qui tirent les ficelles depuis les montagnes du Kurdistan ou de Mossoul. Dans ce cas, l'humiliation pour l'organisation d'El Baghdadi aurait été dévastatrice pour le moral de ses troupes et pour l'avenir du projet d'un Etat islamiste qu'elle rêvait d'installer sur les bords de l'Euphrate.
    Entre Daesh et l'Armée algérienne, c'était une course contre la montre. Pour El Baghdadi, les généraux algériens, avec le professionnalisme dont ils avaient fait montre lors de l'attaque de Tiguentourine, étaient capables de tout. De pister les ravisseurs de Daesh et de les éliminer à la «manière algérienne» et de réussir le tour de force de libérer le prisonnier. Il ne fallait donc plus perdre du temps qui pouvait finir par être exploité par les Français et les Algériens engagés de concert dans cette opération. Ce scénario était jusqu'ici leur vrai cauchemar. Maintenir plus longtemps en vie l'otage français, c'est aussi courir le risque de le perdre! Voilà le raisonnement des émirs de Daesh qui se sont empressés d'exécuter leur otage 48 heures à peine après son enlèvement. La communication a bien fonctionné entre Mossoul et Tizi Ouzou. Les émirs ont tranché. Ils ont choisi de privilégier la guerre psychologique, celle de la communication pour mieux instaurer cette terreur dont ils restent les meilleurs adeptes.

    l'expression
Chargement...
X