Annonce

Réduire
Aucune annonce.

“La drogue arrive dans les écoles primaires”

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • “La drogue arrive dans les écoles primaires”

    Bonsoir
    Le Soir
    Après les universités et les lycées, la consommation de drogues arrivent dans les écoles primaires. C’est ce qu’a confirmé Abdelmalek Sayeh, directeur général de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie (ONLDT), lors de son passage au forum de la Chaîne I de la Radio nationale «Fi el wadjiha».


    «Je ne suis pas venu pour faire de la politique mais ce qui est sûr, c’est que la drogue réussira là ou les autres tentatives de nuire à notre société ont échoué», soutient le conférencier. Ils sont donc de plus en plus jeunes à s’adonner occasionnellement ou régulièrement à ces poisons et de surcroît dans des lieux censés protéger les enfants de ces fléaux dévastateurs. Estimant que le sensibilisation, la prévention et la coopération internationale sont au centre de toute politique de lutte contre la drogue, Abdelmalek Sayeh a invité les citoyens à se rapprocher de la structure qu’il dirige afin de « nous donner toute information pouvant nous aider à démanteler les filières de trafic de drogue ». Se basant sur des statistiques, Abdelmalek Sayeh, avance le chiffre de 200 000 consommateurs occasionnels de drogues et autant de consommateurs assidus. Discrète dans les années 1960, 1970 et 1980, la consommation de drogues est allée crescendo depuis les années 1990 et les drogues dites dures tels que l’héroïne, la cocaïne, l’opium ont fait leur apparition. De 3 tonnes de résine de cannabis saisies en 1975 à 2,235 tonnes en 1989 puis 9,444 tonnes saisies en 2005. L’Algérie est, certes, un pays de transit pour la drogue, mais pas pour longtemps a priori. Au rythme où vont les choses force est de constater que notre pays « deviendra inéluctablement un pays consommateur de drogue si rien n’est entrepris pour maîtriser ce phénomène dangereux », avoue le directeur général de l’office. Un état de fait favorisé par le chômage, l’instabilité sociale et économique, l’immigration clandestine ainsi que la proximité géographique de l’un des pays les plus producteurs (Maroc, ndlr). D’autant plus, ajoute Abdelmalek Sayeh, que les Etats européens ont durci les mesures de contrôle au niveau de leurs frontières obligeant les trafiquant à écouler leur « marchandise » dans les pays de transit ou d’origine. Plus grave encore, les réseaux de trafic de drogue qui, jadis, été orchestrés par des étrangers « s’algérianisent ». En Algérie, le cheminement de la drogue se fait grâce à quatre réseaux. Ces derniers prennent leur source depuis les frontières ouest. Le Maroc reste le principal pourvoyeur de drogue qui transite par l’Algérie. Bénéficiant de complices algériens, les trafiquants réussissent à faire parvenir leur marchandise aux ports d’Alger et d’Oran pour être exportée par voie maritime vers l’Europe. A cela s’ajoutent les réseaux terrestres via Ouargla et El Oued puis la Tunisie et la Libye pour être écoulée d’abord en Italie puis dans toute l’Europe. Le Vieux Continent constitue le plus grand marché de la drogue qui provient de l’extérieur. Selon l’Interpol sur les 639 tonnes de résine de cannabis saisies en 1999, 600 sont d’origine marocaine. Dans le monde le trafic de drogue brasse plus de 500 milliards de dollars dont 20 dans les pays arabes.
    Lotfi Mérad

    LES CHIFFRES DE LA DROGUE EN 2005
    4082 affaires et 8698 arrestations

    Le directeur général de l’Office national de lutte contre la drogue et la toxicomanie, Abdelmalek Sayeh, a exposé hier des statistiques édifiantes sur l’ampleur du phénomène de la consommation et du trafic de drogue en Algérie, notamment la résine de cannabis. En 2005, il a été enregistré 4082 affaires de consommation et de détention de drogue dont 3629 affaires relatives à la résine de cannabis et 452 pour les substances psychotropes. S’agissant des personnes impliquées, et toujours pour la même année, 8698 personnes ont été arrêtées dont 2594 pour trafic de drogue parmi lesquelles 85 sont de nationalité étrangère (21 Marocains, 21 Nigérians, 12 Maliens, 6 Tunisiens). Abdelmalek Sayeh a en outre indiqué que la nouvelle loi permet dans certains cas la levée des actions publiques pour les consommateurs de drogue qui démontrent une volonté d’en finir avec la drogue et suivre des cures de désintoxication. L. M.

  • #2
    je pense pas que c'est une nouveauté, déjà moi, quand j'étais en primaire, y a vait pas mal d'élèves qui utilisaient la colle dans des sachets de lait comme drogue
    ta3adadat el assbabo wal karhato wahidatton faman lam yakrah bi la routine kariha bi ssiwaha

    Commentaire


    • #3
      c'est fou, faut sauver nos gosses avant que c'est trop tard

      Commentaire


      • #4
        C’est pour quand la drogue à la maternelle ?!
        Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

        Commentaire

        Chargement...
        X