Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Graves dérapages et délire de Amar Saadani

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Graves dérapages et délire de Amar Saadani

    Le secrétaire général du FLN connaît par cœur sa tâche et l’accomplit froidement. Il agit comme le paravent d’un régime qui a échoué en tout, panique et sort de la bienséance qu’exige la morale politique.


    Par ce qu’il a débité comme insultes contre la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune qu’il l’a traitée «de poule qui ne pond pas et d’agent des Services», comme attaques hallucinantes contre l’ex-patron du DRS, Mohamed Mediène dit Toufik qu’il voit derrière toutes les initiatives de l’opposition et du groupe dit des 19+5, et comme contrevérités sur la gestion de Chakib Khelil qu’il a innocenté dans plusieurs de ses déclarations ces dernières semaines, le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Amar Saadani, est incontestablement le visage le plus hideux de la misère politique algérienne.

    C’est l’expression la plus vulgaire de la délinquance politique qui a fini par s’installer au pouvoir. Mais peut-on l’imaginer autrement que ce qu’il est en réalité : misogyne, léger, violent et aussi prédisposé à l’invective qu’à l’argument ? Peut-on attendre autre chose d’un personnage qui a vécu sa déperdition scolaire comme un complexe au point d’arracher par la force son diplôme en sciences politiques ? C’est l’ancien responsable de l’institut, Mohamed Hennad lui-même, qui l’avait dénoncé dans une tribune publiée par le journal El Watan en novembre 2013.

    Amar Saadani était président de l’Assemblée populaire nationale (APN). «A cette époque-là, non seulement il s’est permis une inscription à la faculté des sciences politiques d’Alger, mais a aussi tenté de réussir ses modules à sa manière, c’est-à-dire avec des ‘examens VIP’ conçus spécialement pour lui. Evidemment, j’ai assumé mes responsabilités en tant que professeur à ladite faculté et envoyé des lettres de dénonciation au président de la République ainsi qu’à trois chefs de groupe parlementaire», avait raconté le professeur.

    Les déclarations incongrues, déplacées et insultantes de Amar Saadani qui a eu, comme d’habitude, un temps d’antenne considérable au JT de 20 heures, avant-hier, se seraient passées de tout commentaire s’il n’était pas à la tête d’un parti qui dicte sa loi au pays et s’il n’avait pas commis cette lourde méprise à l’égard d’une femme politique et des citoyens algériens qu’il prend pour des ignares. Faut-il lui rappeler certaines vérités, lui qui excelle dans la bêtise et le mensonge ? Pour l’histoire. Qu’a fait ou dit Amar Saadani pour défendre la cause des cadres du secteur public — quelque 3000 et non pas 6000 comme il l’a déclaré — jetés en prison par l’ancien chef de gouvernement Ahmed Ouyahia ? Rien.

    Car celui qui allait devenir, fin 2004, par la grâce du président Abdelaziz Bouteflika, président de l’APN, n’était pas encore sorti du néant politique avant que le président Bouteflika ne lui trouve un rôle qui lui sied bien. D’ailleurs, ceux qui essaient de dissocier l’ascension politique de l’un (Amar Saadani) de la volonté de l’autre (Abdelaziz Bouteflika) d’abaisser l’institution parlementaire en nommant à sa tête un piètre élu de l’ex-parti unique, se trompent lourdement ou se moquent de l’intelligence des Algériens. Sans la généreuse promotion accordée par le chef de l’Etat, il n’aurait jamais été ce qu’il est devenu aujourd’hui : une monstrueuse excroissance de la dégoûtante pratique politique en vigueur depuis plus d’une décade. Amar Saadani est indéniablement au centre du pouvoir et n’hésite point a en jouir.

    Il en abuse même et s’autorise tout. Il est impensable que de telles dérives n’aient pas la caution des tenants du pouvoir. Le secrétaire général du FLN connaît par cœur la tâche pour laquelle il est destiné et l’accomplit froidement. Il agit comme un paravent d’un régime qui a échoué en tout, panique et sort de la bienséance qu’exige la morale politique. Le responsable du FLN voit des complots partout. Il pense que c’est l’ancien patron du DRS qui se cache derrière les initiatives politiques de l’opposition et la démarche des personnalités qui ont demandé audience au locataire du palais d’El Mouradia.

    Il considère aussi que réhabiliter l’ancien ministre de l’Energie des Mines, Chakib Khelil — recherché par la justice algérienne avant que le mandat d’arrêt lancé contre lui ne soit annulé en raison d’un prétendu vice de forme — équivaudrait du coup la réhabilitation du régime dans sa globalité. Pour ce faire, Saadani est visiblement prêt à assumer tous les mensonges et les contradictions qu’il sert à l’opinion publique. En effet, on ne sait pas comment «Louisa Hanoune a fait perdre à Sonatrach 50% en s’attaquant à Temmar (ancien ministre de l’Industrie) et à Khelil».

    L’ancien président de l’APN qui, selon des témoins, a été plusieurs fois la risée des diplomates étrangers, est capable de dire des énormités. Il nous apprend ainsi que Chakib Khelil, «le plus intègre et le meilleur ministre que l’Algérie ait connu depuis l’indépendance», a fait gagner au pays 1500 milliards de dollars. Si c’est vrai, où est passé tout cet argent ? Le secrétaire général de l’ex-parti unique, arrivé aux postes de responsabilité qu’il occupe et qu’il a eus à exercer grâce à l’intrigue et à la faveur du coup de force pour imposer le quatrième mandat de Abdelaziz Bouteflika, devrait forcément le savoir.

    Mais comme il pense que le pouvoir le dispense de la nécessité de donner des arguments à ses assertions, le patron du FLN ajoute une de violence à son discours. D’aucuns savent aujourd’hui que n’était le soutien dont il bénéficie au sommet de l’Etat, celui du Président lui-même ou de ses proches collaborateurs, Saïd Bouteflika entre autres, Amar Saadani n’aurait jamais tenu des propos aussi graves et dangereux ni à l’égard de la responsable du PT qu’il livre à la vindicte populaire en laissant comprendre qu’elle n’est pas musulmane ni à l’encontre de l’ancien patron du DRS qu’il accuse, entre autres, d’avoir trafiqué des élections.
    El Watan

  • #2
    S'il revient encore en depit des ses derapages sur le Sahara occidental c'est que le bonhomme est chargé d'une mission pour laquelle le systeme ne trouve pas de remplaçant ! Donc on est bien parti pour l'avoir sur le dot pendant le restant du (on est a combien ?) mandat !! Alors bon courage les gars .
    une pensée n’existe vraiment que si elle est comprise.

    Commentaire


    • #3
      Comment peut-on encore tolérer d'avoir ce genre d'énergumènes comme représentants de la classe politique algérienne ?

      Admirons l'échange "classy" entre ces deux-là. Dans ses attaques, Saâdani qui traite Hanoune de "vieille poule qui ne pond pas", jure qu'il démissionnera du FLN s'il l'entend une seule fois prononcer la basmala. La dame, qui ne passe pas pour être une chiffe molle, ne se fait pas prier pour lui répondre : "Non seulement je dis bismi-llah arr-rahman ar-rahim, mais je répète aussi a3oudhou billah min achaytane ar-rajim chaque fois que je le vois".

      Reste à savoir si Saâdani tiendra maintenant sa promesse...


      كلّ إناءٍ بما فيه يَنضَح

      Commentaire


      • #4
        le FLN n'a jamais été un parti de nationaliste algérien..la majorité était dans le parti communiste avant l’indépendance après l’indépendance le FLN était infiltré par tous les pays du monde communiste
        les pro chinois les pro yougoslave les pro polonais les pro français les pro egyptien les pro bas3thiste les pro marocain bien une minorité les marocain c'etait surtout l'armée durant la guerre de liberation car le maroc etait pro otan et faisait face au allemand entrant par la libye...surement il y avait un convoie de marocain dans l'armée américaine qui a fait le débarquement..
        c'est logique c'est l'histoire mouvementé des européens entre eux qui ont fait la guerre sur terre algérienne on paye le résidus de cette guerre
        le FLN est plein de grelou de cafards tous des travaillant pour des pays étrangers..saadani lui meme n'est pas algerien c'est un tunisiens..la mùajorité ont des femmes étrangère de toute les nationalité meme le chef de sonatrach sa femme parait c'est une libanaise..si hanoune travaille pour le drs lui pour qui il travaille??
        Au moins hanoune est une femme née en Algérie de parents algériens a moins qu'elle est née elle aussi en Égypte ou quelques part en Europe et tout es possible
        l’Algérie est pleine de grelou cafards des mercenaires qui travaille pour un salaire point c'est tout..nous sommes tous des légionnaire mais a degrés moindre..c'est a dire ne pas détruire l’Algérie mais faire semblant de la détruire...il y avait de tres bons militaire français lorsque le commandement leur disent ''le bilan de la liquidation'' il répond 1000
        mais sur le terrain il a nourri 1000 algérien et les a aider a fuir..
        des sauveurs des gens humanistes..même sous les ordres ils font du bien

        Commentaire


        • #5
          Louisa Hanoune qu’il l’a traitée «de poule qui ne pond pas et d’agent des Services»,

          la lièvre qui devient une poule stérile! un vrai troubadour ce saidani
          "sauvons la liberté , la liberté sauve le reste"

          Commentaire


          • #6
            Il vaut mieux que tu retournes chez toi, à Neuilly !

            Par Maâmar Farah

            M. Saâdani, qui fait des séjours fréquents en France, devrait transiter par Milan où il pourra répéter, devant le tribunal qui juge l’affaire Saipem, ce refrain ahurissant : «Chakib est le meilleur ministre de l’histoire de l’Algérie !» Ignorés nos grands hommes qui avaient pour noms Tedjini Haddam, Belaïd Abdesselam, Benyahia, Belkaïd, Mazouzi, Zaïbek, et la liste est longue !
            Mais il a surtout oublié son
            bienfaiteur ! Voyez-vous, Monsieur, et même si nous n’avons jamais été d’accord avec sa politique depuis 1999, nous continuons de considérer M. Bouteflika comme l’un de nos meilleurs ministres : il fut un diplomate au service de l’Algérie révolutionnaire et le défenseur de toutes les causes justes dans le monde. Y compris de cette République sahraouie que vous voulez brader !
            En cela, vous avez failli ! Vous n’êtes pas reconnaissant pour un sou et, plus grave, vous avez obligé votre «candidat FLN» à vous désavouer d’une manière magistrale, en recevant en grande pompe M. Mohamed Abdelaziz qui n’a pas douté un seul moment que sa grande sœur puisse le laisser tomber ! Après tant de dérapages et d’insultes ordurières en direction des opposants, et surtout de la Louisa nationale, il ne vous reste plus qu’à laisser les vrais militants reprendre leur FLN. A votre place, je serais rentré chez moi, au douar… pardon à Neuilly !
            وإن هذه أمتكم أمة واحدة

            Commentaire


            • #7
              Je pense qu'il n y a plus rien à dire, à analyser, à décortiquer dans la politique en Algérie.

              Commentaire


              • #8
                «Chakib est le meilleur ministre de l’histoire de l’Algérie !»
                tout a fait ; avec un record de plusieurs centaines MD US.

                "vous avez obligé votre «candidat FLN» à vous désavouer d’une manière magistrale,......"

                yakhi journalistov , tu merite que saidani te traite de coq fertass .
                Dernière modification par zemfir, 03 décembre 2015, 19h10.
                "sauvons la liberté , la liberté sauve le reste"

                Commentaire


                • #9
                  Madame Hanoune mérite tout ce qui lui arrive, elle qui a soutenu à 4 reprises la candidature de celui qui a installé ce rat à la tête du parti croupion du pouvoir depuis 1962.
                  Rien à cirer: ki sidi ki lalla, kamel wled elkelba !!!!

                  Commentaire


                  • #10
                    " e FLN n'a jamais été un parti de nationaliste algérien..la majorité était dans le parti communiste avant l’indépendance après l’indépendance le FLN était infiltré par tous les pays du monde communiste" (trinita2

                    C'est absolument faux. Les communistes algériens furent écartés de la révolution algérienne.

                    Commentaire


                    • #11
                      Les communistes algériens furent écartés de la révolution algérienne.

                      Affirmation totalement erronée et confirme l'ignorance de l'histoire de la Révolution. . Les militants communistes ont participé aux luttes de libération et tous les groupes armés du PCA ont été intégrés au sein de l'ALN condition sine qua non du FLN et que le MNA a rejeté avec toutes les conséquences que l'on connaît.

                      Faut-il cité tous les martyrs d'obédience communiste pour convaincre ?

                      Quant à Saadani il n'y a rien de surprenant dans ses délires obscènes qui émanent d'un individu malsain fruit pourri de la quintessence d'un régime autocratique.
                      Dernière modification par roufak, 04 décembre 2015, 11h54. Motif: rajout

                      Commentaire


                      • #12
                        fruit pourri de la quintessence d'un régime autocratique.

                        Quintessence ? C'est lui faire trop d'honneur ........Déliquescence ,tu veux dire
                        L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit.”Aristote

                        Commentaire


                        • #13
                          Je maintiens quintessence et rajoute (à ton invitation) à la suite d'un régime autocratique déliquescence qui je reconnais amplifie mon sentiment

                          Commentaire


                          • #14
                            Ce dernier a mené sa propre enquête sur les biens de Saâdani à Paris, confirmant ainsi les révélations du journaliste d’investigation Nicolas Beau dans le journal Mondafrique, lequel avait fait état de la possession par Amar Saâdani de deux appartements à Paris et de 300 millions d’euros en banque. Nekkaz a réussi à situer ces deux appartements dans deux quartiers huppés de la capitale française. Le premier au 15, boulevard Victor-Hugo à Neuilly-sur-Seine, d’une superficie de 100 m2, dont le prix au mètre carré peut atteindre allègrement les 15 000 euros.

                            La seconde habitation est située non loin du quartier de La Défense, au 36, Résidence Belle-Rive. Saâdani dispose également, comme l’a révélé le journaliste français, d’une carte de résidence VIP, qui lui donne le statut d’une personnalité hautement importante pour la République française. Il possède également une société civile immobilière, l’Olivier, avec ses 7 enfants et sa femme.


                            il çe démerde bien pour un bouledogue
                            Dernière modification par mousmous, 04 décembre 2015, 16h43.

                            Commentaire

                            Chargement...
                            X