Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les Russes honorent Boumediene en l’absence des officiels algériens

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Les Russes honorent Boumediene en l’absence des officiels algériens

    Vingt-huit ans après la disparition du président Boumediene, sa tombe n’a trouvé pour la fleurir que… l’ambassadeur russe. M. Vladimir Titorenko, le représentant de la Fédération de Russie en Algérie, était la seule personnalité venue au carré des martyrs d’El-Alia, commémorer la mort de l’homme qui fut décoré de la médaille de la paix par l’ONU.

    Aucun des diplomates arabes, monde qu’il défendait pourtant farouchement, n’était là. Aucune des gerbes de fleurs déposées en ce jour n’émanait d’officiels algériens non plus. Les officiels algériens et arabes étaient aussi absents que leur homologues français, sauf que si l’absence française était naturelle à nos yeux, la leur était répréhensible.

    Pourtant, la veille, un hommage bien qu’implicite lui était rendu au palais des nations, dans cette même enceinte où il présida le sommet des non-alignés. En admettant publiquement son erreur initiale sur la loi des hydrocarbures, le président Bouteflika ne rendait-il pas un hommage au défunt pour la politique menée alors ? «Nous ne sommes pas venus pour brader les secteurs stratégiques», insistait Bouteflika dans le discours qu’il tenait aux cadres de la nation.

    Des propos qui auraient bien pu être dits par feu Boumediene, et qui servent en quelque sorte à entretenir ce lien qui empêche la «rupture», sujet controversé mais également évoqué dans le discours. Bouteflika disait sa fidélité aux régimes qui se sont succédé depuis 1962 et affirmait les assumer tous.

    Des déclarations qui n’ont pu empêcher la «rupture» des visites commémoratives à la tombe d’un homme illustre qui a porté haut les couleurs algériennes et dont le rayonnement a fini par dépasser les frontières du pays qu’il dirigeait.

    Boumediene, cet homme qui fut l’avocat acharné des couches déshéritées d’ici et d’ailleurs, subit aujourd’hui, de plein fouet, la rupture. Mis à part sa famille directe, les organisations de la jeunesse et le monde estudiantin, les régimes qui se sont succédé depuis 1962 et leurs hommes n’ont apparemment plus souvenance de lui, ou ne veulent plus en avoir.

    Sacralisées hier, ses idées sont aujourd’hui trahies mais font toujours peur et on les évite ainsi que sa tombe. Elles donnent certainement mauvaise conscience à beaucoup d’hommes des régimes d’antan qui, avant la course au trésor, nous chantaient à tue-tête que le socialisme était un choix irréversible.

    Ailleurs, dans les autres nations, les gens qui se distinguent sont honorés et glorifiés même lorsque les parcours sont douteux, voire entachés. Il n’y a que chez nous où cette règle n’est pas respectée. Et l’on a souvent le déplaisir de constater que c’est le contraire qui se produit et qu’on porte allégrement atteinte à nos «géants».

    que peut-on ressentir sinon la honte de voir une personnalité étrangère, même si le geste émane du représentant d’une nation qui nous est chère, venir honorer en notre place l’un des illustres dirigeants enfantés par l’Algérie, et qui a dignement contribué à sa libération politique et économique ? S’il y a une rupture à éviter, c’est bien la rupture avec l’esprit de novembre 54.

    Quant aux régimes qui ne font que passer, ils adoptent souvent des politiques qui poussent à réclamer justement la rupture.

    - La Nouvelle Republique

  • #2
    il a aimé les soviet, les ex soviet le lui rendent bien... Dans un hadith le Prophète nous informe que l'on est réssucité avec ceux que l'on a aimé, c'est peut-être un signe annonciateur...

    Et puis il n'est pas dans la tradition musulmane de jetter des gerbes de fleurs sur les tombes....
    Ceux qui ont mécru, n'ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l'eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas? S21 V30

    Commentaire


    • #3
      Il n'est peut-être pas dans la tradition de fleurir la tombe mais un hommage si . Nos cannibales actuelles se sont émmancipés , ou trop occuppé à dépouillés le peuple. C'est vrai ce qu'on dit sur lui, qu'il n'a jamais volé dans les caisses de l'état , et qu'il n'a jamais profiter de sa situation .

      Hommage à Boumédienne H.

      Commentaire


      • #4
        c''est un avis personnel:
        avec tout le respect que j'ai pour Boutef, je crois qu'il a un complexe vis à vis de Boumedienne, il évite tjrs d'en parler, et il sait trés bien que grand nombre d'algériens ont voté pour lui (au début) grace à Boumediene, vhé pas il me semble qu'il essaye des fois de l'emiter ds sa façon de parler, et ses gestes...
        mais je me souviens que les années passés le 27 décembre était consacré à Boumediene à l'ENTV ché pus ce qui en ai mnt. ds la presse je n'est trouvé que quelques articles
        ta3adadat el assbabo wal karhato wahidatton faman lam yakrah bi la routine kariha bi ssiwaha

        Commentaire


        • #5
          Bouteflika fait de la politique avec les politiques et des politiques eux mêmes !

          il utilise tout ce qui est permet pour arriver à ses fins et l'essentiel pour lui

          c'est d'atteindre ses objectfs !!!

          Commentaire


          • #6
            j'aimerai poser une question,Boumedienne à été tué ou est-il mort de d'une tumeur?il y a eu des rumeurs comme quoi que se serait kadaffi qui l'aurait tué lorsqu'il travaillait pour la cia

            Commentaire


            • #7
              Il n'est peut-être pas dans la tradition de fleurir la tombe mais un hommage si . Nos cannibales actuelles se sont émmancipés , ou trop occuppé à dépouillés le peuple. C'est vrai ce qu'on dit sur lui, qu'il n'a jamais volé dans les caisses de l'état , et qu'il n'a jamais profiter de sa situation .

              Hommage à Boumédienne H.
              Je pensais que ton pays était parfait? Et que vous n'aviez pas de travers

              Commentaire


              • #8
                Quasard

                Tu en connais des pays parfaits?!!!!!!!!!!!!! moi si, LE MAROC (bon presque parfait) je me trompe peut etre:::::::::

                Commentaire


                • #9
                  lol mon pays est loin d'etre parfait, perso je connais pas de pays parfait
                  Mais aures disait que le sien l'etait enfin il le disait sur la partie internationale

                  Commentaire


                  • #10
                    Quasard et Sud_men
                    arretez de polluer le topic.
                    bon Dieu pourquoi ds tout les sujet faut qu'on aborde le Maroc.
                    ta3adadat el assbabo wal karhato wahidatton faman lam yakrah bi la routine kariha bi ssiwaha

                    Commentaire


                    • #11
                      Bonjour,

                      Je suis nouvelle sur ce forum.

                      Boudiaf aussi n'a jamais été honoré par Bouteflika. Par contre, il serait intéressant de savoir qui de Boumediene ou Bouteflika dirigeait effectivement l'Algérie au temps où ils aux commandes de l'Algérie.

                      Commentaire


                      • #12
                        Heureusement que le SoirdAlgérie a réservé hier un article rendant hommage colonel (putschiste).
                        _________________________________

                        * En recevant durant l'année 1975 le président tunisien Habib Bourguiba, Boumediene lui fit visiter le complexe sidérurgique d'El Hadjar (plus grand d’Afrique), qui est situé aux portes de la ville d'Annaba, visiblement très marqué par l'infrastructure et ses installations, le président tunisien dira à son hôte : «Quand même le colonialisme avait du bon ! Il vous a laissé beaucoup de choses.» Boumediene reprendra ironiquement : «Excusez-moi, Monsieur le Président, mais tout ce que vous voyez ici, les machines, les ouvriers, les cadres, le directeur, et même le ministre de l’Industrie sont une création du régime du 19 juin 1965.» (Source : wikipedia)

                        http://www.lesoirdalgerie.com/articl...id=47582&cid=2

                        Commentaire


                        • #13
                          «Excusez-moi, Monsieur le Président, mais tout ce que vous voyez ici, les machines, les ouvriers, les cadres, le directeur, et même le ministre de l’Industrie sont une création du régime du 19 juin 1965.» (Source : wikipedia)


                          A on tour : excusez moi, Monsieur le président, mais vous avez sacrément plombé l'Algérie, et durablement

                          Commentaire


                          • #14
                            Seconde économie d'Afrique (bien davantage que PIB marocain et tunisien cumulés), tu appelles cela "plomber"?

                            Commentaire


                            • #15
                              Jadis oui il l'a plombé dans la mesure ou il a raté le decollage economique de l'Algerie en se lançant dans des reves d'industrialisation à la sovietique, on voit bien ou ca a mené le bloc sovietique, meme si leurs industries reviennent petit a petit au top niveau.
                              L'Algerie aurait simplement pu faire mieux s'il avait fait d'autres choix pour son economie, mais bon personne n'est parfait, tout le monde peut se tromper.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X