Annonce

Réduire
Aucune annonce.

l'Economie opte pour l'anglais

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • l'Economie opte pour l'anglais

    Troisième rencontre sur la langue française

    L’économie opte pour l’anglais

    La troisième rencontre sur la langue française Les Lyriades, qui s’est tenue du 19 au 21 mai à Liré (Angers), a été l’occasion de débattre de la question centrale du choix de la langue qui permettrait d’avancer plus vite dans le domaine des sciences et de la technologie et qui conviendrait le mieux aux affaires dans une économie de plus en plus mondialisée.

    Le constat est en tout cas sans équivoque :

    si la langue française est restée, voire même excellé en tant que langue des arts et lettres, elle a par contre perdu beaucoup de terrain en tant que langue des sciences, de la technologie et de l’économie.

    Un terrain qu’a indiscutablement conquis la langue anglaise portée par la puissance multiforme des Etats-Unis d’Amérique et largement favorisée par la mondialisation de l’économie qui a érigé l’anglais en tant que véhicule de communication international.

    Les Français en sont arrivés à reconnaître ce fait et à se rendre à l’évidence qu’il faut absolument maîtriser l’anglais si on veut que la France soit au diapason des avancées scientifiques et technologiques, mais également des progrès économiques et managériaux, enregistrés essentiellement dans le monde anglophone.

    L’anglais est de ce fait enseigné très tôt dans les écoles françaises et les nombreux instituts d’enseignement anglophones qui se sont développés au niveau de l’Hexagone.

    On sait par ailleurs que les laboratoires et les centres de recherches français entretiennent d’étroites relations de partenariat avec leurs homologues internationaux, notamment américains, en utilisant l’anglais comme langue de travail et de communication. L’inverse est en tous cas très rare.

    Cette problématique du choix des langues les plus porteuses de progrès scientifique, technologique et économique que la France a pris le soin de résoudre en assimilant la langue anglaise se pose encore avec davantage d’acuité en Algérie d’emblée soumise à un triple choix linguistique : l’arabe, le français hérité de l’histoire et l’anglais mondialisé qui imprègne de plus en plus l’environnement immédiat des Algériens.

    Si le choix du français en tant que langue des sciences et des affaires ne posait pas problème jusqu’au début des années 1980 où la France et les grandes puissances étaient à peu près alignées en matière de sciences, technologie et économie, depuis l’avènement de la mondialisation et de l’émergence de puissances internationales ayant pour langue de travail l’anglais, le choix par l’Algérie du français comme unique langue d’ouverture sur la modernité pose problème.

    Il pose problème à plusieurs niveaux, mais c’est surtout en matière d’échanges que les dysfonctionnements se ressentent le plus.

    Ceux qui ont participé à des forums économiques, qui se sont tenus en dehors de l’espace francophone, ont certainement remarqué à quel point il était handicapant de ne pas parler anglais dans ces pays où on ne prend même pas la peine de prévoir des traducteurs, comme si le français n’existait pas pour eux.

    Certains hommes d’affaires anglophones vont même jusqu’à reprocher à l’Algérie d’émettre ses appels d’offres en français, sachant que la compréhension du français est réduite à quelques pays de surcroît peu peuplés, alors que l’anglais est compris dans pratiquement tous les pays du monde.

    S’agissant des sciences et de la technologie, le constat est on ne peut plus clair :
    les recherches, les découvertes et les communications scientifiques sont pour la plupart faites en anglais et leur mise à disposition de l’espace francophone requiert traduction.

    En se confinant exclusivement au français comme langue d’ouverture à l’international, l’Algérie se condamne d’emblée à être à la traîne des pays anglophones.

    Pour se mettre à la page des progrès scientifiques et économiques, l’Algérie est obligée d’attendre les traductions en français en attendant de les traduire à leur tour en arabe qui est, ne l’oublions pas, pour une bonne part langue d’enseignement de certaines sciences, notamment sociales.

    Si les conférenciers et les débats qui ont suivi n’ont pas apporté des réponses claires quant au meilleur choix linguistique que doit opérer l’Algérie pour mieux s’adapter à la mondialisation et à son véhicule de communication qu’est l’anglais, on aura au moins retenu des discussions qui ont eu lieu à l’occasion des Lyriades d’Angers, ce qu’il ne faut pas faire.

    De la bouche d’un sénateur français, on sait maintenant que la France ne mettra plus jamais en compétition la langue française avec les langues des ex-colonies.

    Le français doit être considéré comme un acquis historique et c’est aux pays qui en ont fait acquisition de décider ce qu’ils doivent en faire.

    Si la promotion de la langue française doit se faire, c’est seulement à la faveur de l’accroissement des échanges commerciaux, de partenariats multiformes et bien entendu d’une plus grande fluidité de la circulation des personnes entre nos deux pays.

    La restriction des visas accordés par la France, notamment aux Algériens, va à contresens de la promotion du français qui, du reste, perd de plus en plus de terrain dans notre pays.

    Si le français doit être préservé en tant que langue de communication entre la France et les pays d’Afrique qui, pour des raisons historiques, maîtrisent mieux la langue de Molière que celle de Shakespeare, il n’en demeure pas moins que l’acquisition de l’anglais doit être au centre de leurs préoccupations de ces ex-colonies, si elles ne veulent pas rester en marge des changements radicaux induits par la mondialisation.

    La récente réforme de l’éducation a pris en considération cette préoccupation en accordant à l’anglais une place de choix dans l’enseignement et ce dès les toutes premières années de scolarisation.

    Nordine Grim

    El Watan May 30th-2006
    __________________________________________________ _____________
    on a dit que nos ancetres etaient gaulois et que je devrais parle la langue d'asterix.
    Maintenant,je sais que c'etait qu'une manipulation.
    Algerien,je suis et le resterai
    -------------------------------------------------------------------

  • #2
    Je suis d’accord qu’il faut apprendre l’anglais comme langue des technologies et des affaires. Mais ceci ne résoudra pas tout non problèmes.

    Il faut lire le très intéressant livre de Nordine Grim : L'économie algérienne otage de la politique (Casbah Editions). Il analyse très bien les problèmes qui freinent l’économie algérienne.
    Dernière modification par shadok, 11 janvier 2007, 22h30.
    Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

    Commentaire


    • #3
      Shadok.

      1-commencons par l'essentiel reduire l'influence de la langue francaise graduellement partout ou c'est possible en Algerie

      2-demonter les lobby pro-francais a Alger,pour reduire la facture de l'importation.
      Penser a importer quand c'est seulement necessaire d'un autre pays autre que la France: Suisse,Belgique,Canada par ex.

      3-Restructurer le systeme bancaire,privatiser toutes les banques algeriennes .

      4-donner plus d'independance a la justice.

      4-reduire les avantages dont beneficient les societes francaises,et qui ne sont pas reciproques.

      Il faut aussi que l'on sache qu'elle sont nos problemes si on ne les connait pas ,on ne risque pas de les resoudre.

      De toutes facon,rien ne resoudra tout nos problemes,il faut commencer quand meme par les plus graves:

      L'influence negative de la langue francaise en Algerie et son controle sur l'economie algerienne par des l'importations massives non justifie par le biais du lobby pro-francais d'Alger.
      __________________________________________________ _____________
      on a dit que nos ancetres etaient gaulois et que je devrais parle la langue d'asterix.
      Maintenant,je sais que c'etait qu'une manipulation.
      Algerien,je suis et le resterai
      -----------------------------------------------------
      citation
      Je suis d’accord qu’il faut apprendre l’anglais comme langue des technologies et des affaires. Mais ceci ne résoudra pas tout non problèmes.

      Il faut lire le très intéressant livre de Nordine Grim : L'économie algérienne otage de la politique (Casbah Editions). Il analyse très bien les problèmes qui freinent l’économie algérienne

      Commentaire


      • #4
        @kellerm

        C'est ta manière de voir les choses. On peut être d'accord sur des points et pas sur d'autres. Oui, il faut privatiser nos banques, diversifier nos importations, avoir une justice indépendante.

        Les problèmes de l’économie algérienne sont connus. Ils sont bien analysés dans le livre de Nordine Grim: management des entreprises publiques inadapté aux règles du marché, le clientélisme, la corruption, les actifs dormants, le manque d’attractivité pour les investisseurs étrangers, la réforme bancaire, le problème du foncier, l’absence d’un marché de change, sous activité chronique de la bourse d’Alger, l’absence de zones franches, le secteur informel …

        C'est ça les plus grands défis pour l'économie algérienne.
        Dernière modification par shadok, 11 janvier 2007, 23h46.
        Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

        Commentaire


        • #5
          On doit parler anglais si on veut avancer, le reste coulera de source

          Commentaire


          • #6
            Il ne suffit pas juste de parler anglais. Il faut travailler comme les pays anglais saxons et avoir leur mentalité en matière de Business et d’innovation.
            Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

            Commentaire


            • #7
              effectivement shadok, si tu relis ma phrase tu vas te rendre compte qu'elle reprenne implicitement ce que tu viens de dire, au nigeria on parle anglais, comme dans plusieurs ex colonies anglaises et ne sont pas pour autant plus avancer que les pays du maghreb. C'est tout un systeme rouillé qui doit etre decoincer, la politique au service de l'economie pour commencer, puis entreprendre des chantiers dans divers domaines education, santé, administraton au service du citoyen, justice, etc..

              Commentaire


              • #8
                @jelloul

                Utilisé l'anglais ne pose aucun problème. Qu’est ce qui empêche des investisseurs privées d’ouvrir des écoles qui enseigne des programmes (MBA, informatique …) en anglais ? Il ne faut pas attendre que l’Etat fasse ça. Pourquoi pas une université américaine à Alger ? Ils ont parlé de ça un certain temps. Enfin pour moi, toutes les initiatives à faire monter en compétences les cadres algériens pour les faire préparer à l’économie de marché sont les bienvenus. Qu’importe la langue utilisée et j’insiste toujours sur le règlement des problèmes, cités plus haut, qui bloquent l’investissement.
                Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                Commentaire


                • #9
                  Shadok,

                  1-Je ne suis pas certain que tu sois d'accord alors que tu continues a te contredire.
                  Tu es d'accord pas seulement pour apprendre l'anglais mais surtout pour reduire l'influence du francais en Algerie,l'un ne va pas sans l'autre.

                  Ceci reduira 60 a 70% de nos problemes qui sont pour la plupart lies a la France d'une facon ou d'une autre.

                  Personne n'a dit que cela resoudra tous nos problemes,il n'est nullemt question de cela sur cette article,

                  Tant que la France controle la langue et la culture en Algerie,elle controle directement le commerce interieur et exterieur de l'Algerie,
                  grace justement au lobby pro-francais a Alger.


                  2-je n'ai vraiment pas besoin de lire ce livre pour voir ce qui ne va pas en Algerie en matiere d'economie.
                  __________________________________________________ ______________________
                  on a dit que nos ancetres etaient gaulois et que je devrais parle la langue d'asterix.
                  Maintenant,je sais que c'etait qu'une manipulation.
                  Algerien,je suis et le resterai
                  ---------------------------------------------

                  Commentaire


                  • #10
                    citation:

                    Il ne suffit pas juste de parler anglais. Il faut travailler comme les pays anglais saxons et avoir leur mentalité en matière de Business et d’innovation
                    ---------------------------------------

                    Shadok,

                    Si c'est l'element le plus important,parce-que la langue apporte aussi la culture du travail,et de l'innovation,donc la langue est le vecteur de developpement par excellence,le francais par contre le freine developpement,dans le cas,de beaucoup de pays qui sont retarde par le francais,tous les programmes des meilleurs diplomes sont en anglais .

                    Oui,bien sur que cela aide plus qu'apprendre le francais,au contraire l'anglais facilite l'acquisition des technologies alors que le francais traine encore la patte.

                    Es-ce-que nous algeriens,avons la mentalite des francais pour les "singer" ??

                    Tu dis n'importe quoi.

                    La mentalite viendra plus tard,il faut commencer par apprendre l'anglais et reduire l'influence du francais en Algerie,pour amputer les escrocs de hizb francais,de leur outils neo-colonialiste : la langue francaise.
                    _________________________________________
                    on a dit que nos ancetres etaient gaulois et que je devrais parle la langue d'asterix.
                    Maintenant,je sais que c'etait qu'une manipulation.
                    Algerien,je suis et le resterai
                    ------------------------------

                    Commentaire


                    • #11
                      @kellerm

                      Je ne suis pas contre cet article qui parle de la nécessité de maîtriser la langue anglaise, langue de la technologie et des affaires. Mais tu m’étonnes lorsque tu insistes à dire que nos problèmes économiques sont dus à l’utilisation de la langue française, de la France ... et que la solution miracle passe par le remplacement de cette langue par la langue anglaise. Tu donnes maintenant même des pourcentages.

                      Envoyé par kellerm
                      Ceci reduira 60 a 70% de nos problemes qui sont pour la plupart lies a la France d'une facon ou d'une autre.
                      Envoyé par kellerm
                      Tant que la France controle la langue et la culture en Algerie,elle controle directement le commerce interieur et exterieur de l'Algerie, grace justement au lobby pro-francais a Alger.
                      Désolé mon ami mais nos problèmes sont bien connus. Il ne faut pas se voiler la face. Tout le monde sait que notre économie est la proie de la politique et que le climat des affaires n’est pas sein. Il n y a pas une réelle volonté d’ouverture et de changement. On continu toujours à décourager les investisseurs étrangers ou nationaux. C'est l'incompétence, le clientélisme, la corruption et les passes droits qui règnent. Vas donc toi changer ce système en adoptant l’anglais. Avec un système qui fonctionne de la sorte, on ne pourra faire des affaires sérieuses avec aucun pays du monde.

                      Envoyé par kellerm
                      La mentalite viendra plus tard,il faut commencer par apprendre l'anglais et reduire l'influence du francais en Algerie,pour amputer les escrocs de hizb francais,de leur outils neo-colonialiste : la langue francaise.
                      Il faut justement commencer par changer les mentalités et assainir le climat des affaires. Les escros qui tiennent le monopole de l’importation font des affaires avec les pays du monde entier: la Chine, la Turquie, Les Emirates ... Ils ont même des intermédiaires qui maîtrisent très bien l’anglais.
                      Dernière modification par shadok, 14 janvier 2007, 16h17.
                      Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                      Commentaire


                      • #12
                        shadok

                        Tout à fait d'accord!
                        Le problème n'est pas La France, ni la langue française, on connaît le résultat de l'arabisation qui a commencé par défranciser: le néant culturel.
                        Je sais que les algériens qui ont eu la chance et la volonté de faire des études supérieures ou de la recherche n'ont eu aucune difficulté à apprendre l'anglais en plus pour pouvoir consulter des documents ou encore pour faire des publications dans cette langue sans pour autant remiser la langue française qui restera encore la 2è langue en Algérie pour des raisons pratiques et historiques.

                        Commentaire


                        • #13
                          citation poste par shadok:

                          Je ne suis pas contre cet article qui parle de la nécessité de maîtriser la langue anglaise, langue de la technologie et des affaires. Mais tu m’étonnes lorsque tu insistes à dire que nos problèmes économiques sont dus à l’utilisation de la langue française, de la France ... et que la solution miracle passe par le remplacement de cette langue par la langue anglaise. Tu donnes maintenant même des pourcentages.

                          reponse:
                          De part ton argumentation,tu te places exactement a l'oppose de mon idee,donc t'es contre l'introduction de la langue anglaise comme 1ere langue etrangere avant le francais.
                          Oui,je donnes meme des pourcentage,il n'y a qu'a lire le rapport sur la corruption en Algerie et ses ramifications en france,donc si tu ne vois pas le rapport entre la corruption qu'il y a Alger et la langue francaise,alors tu fais celui qui ne voit pas.



                          Citation poste par shadok:

                          Désolé mon ami mais nos problèmes sont bien connus. Il ne faut pas se voiler la face. Tout le monde sait que notre économie est la proie de la politique et que le climat des affaires n’est pas sein. Il n y a pas une réelle volonté d’ouverture et de changement. On continu toujours à décourager les investisseurs étrangers ou nationaux. C'est l'incompétence, le clientélisme, la corruption et les passes droits qui règnent. Vas donc toi changer ce système en adoptant l’anglais. Avec un système qui fonctionne de la sorte, on ne pourra faire des affaires sérieuses avec aucun pays du monde.

                          Reponse:
                          Desole mon ami,si nos problemes etaient connus,on les auraient solutionne il y a longtemps,tant que l'opinion algerienne est manipule par les medias francais et leur lobby a Alger,on ne risque pas de changer de situations.
                          La face est voilee depuis deja des annees et le restera pour toujours si l'on ne sort pas du giron de la langue francaise et de l'influence de la france en Algerie.
                          Ce que tu ne comprends pas c'est la relation entre la langue francaise,le lobby pro-francais a Alger,et la politique economique,culturelle du pays.
                          La bureaucratie est une invention francaise,le clientelisme,la corruption sont toutes lies a la politique menee justement par les lobby pro-francais en Algerie.

                          Citation posté par shadok:

                          Il faut justement commencer par changer les mentalités et assainir le climat des affaires. Les escros qui tiennent le monopole de l’importation font des affaires avec les pays du monde entier: la Chine, la Turquie, Les Emirates ... Ils ont même des intermédiaires qui maîtrisent très bien l’anglais.

                          Reponse:
                          C'est cela qui a ete impossible a faire jusqu'a maintenant, en tout cas,tu ne changera rien a l'economie tant que le pays utilise encore le francais,et les methodes francaises de travail sont obsoletes,les francais eux-memes adoptent les methodes de travails anglo-saxonnes,donc ce n'est qu'une perte de temps pour les jeunes algeriens.
                          __________________________________________________ _______________________
                          on a dit que nos ancetres etaient gaulois et que je devrais parle la langue d'asterix.
                          Maintenant,je sais que c'etait qu'une manipulation.
                          Algerien,je suis et le resterai
                          -----------------------------------------------------------------

                          Commentaire


                          • #14
                            @kellerm

                            J’espère que tu as compris le sens de mon message. Si tu es convaincu détenir la solution miracle, qui consiste à remplacer le français par l’anglais, eh bien vas y propose là aux hautes autorités de ce pays. Je serais le premier content. Mais connaissant très bien l’Algérie, je ne crois pas que ça résoudra nos problèmes. Le mal est trop profond.
                            Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                            Commentaire


                            • #15
                              == Evitez les propos méprisants - Lisez la charte ==

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X