Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ces djihadistes algériens qui vont mourir en Irak

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Ces djihadistes algériens qui vont mourir en Irak

    Il se trouve que parmi les 1550 djihadistes arrêtés l’année dernière, à la frontière syro-irakienne, et qui étaient en route vers Baghdad, figurait plus de 200 islamistes algériens.

    ===
    L’exécution de Saddam Hussein n’a pas uniquement exacerbé les sentiments des musulmans dans le monde entier, mais elle a aussi fait craindre le pire aux services de sécurité, ceux d’Algérie comme ceux des autres pays arabes confrontés au flux de ralliements de jeunes tentés par le djihad en Irak.

    Si la guerre en Irak est devenue, depuis 2003, la terre d’entraînement par excellence du djihad islamiste, la mise à mort de Saddam, devenue subitement un autre symbole de la résistance contre l’hyperhégémonisme américain, a donné tous les motifs qui manquaient pour recruter plus aisément et rallier à la cause djihadiste les jeunes par milliers.

    Et l’on sait, d’expérience, que les grands événements politiques ou bouleversements du genre de la guerre d’Irak, sont les meilleurs «pourvoyeurs de fonds» pour le djihad islamiste. Selon des sources policières, au moins douze jeunes Algériens ont rallié ou ont tenté de rallier l’Irak.

    Dans la seule région d’El Oued, huit jeunes Algériens ont rejoint le djihad depuis l’exécution de Saddam Hussein, le 30 décembre. En début décembre 2006, cinq membres d’un réseau de recrutement de djihadistes pour l’Irak, avaient été arrêtés et écroués à El Oued pour «appartenance à une organisation armée agissant pour l’étranger». Ce réseau, affilié au Groupe salafiste pour la prédication et le combat, avait déjà recruté sept Algériens âgés de 20 à 35 ans, qui ont pu rejoindre des activistes d’Al Qaîda en Irak.

    Dans l’anonymat total, des jeunes islamistes algériens, qui ont pris ou ont essayé de prendre part au djihad en Irak, ont été relâchés de la prison de Serkadji, dans le cadre de la réconciliation nationale, en mars dernier. Le premier à être relâché est un natif de Bordj Bou Arréridj. «J’ai passé plusieurs mois à la frontière jordanienne avant d’être refoulé de force en Algérie, mais beaucoup d’Algériens ont eu plus de chance que moi et sont en ce moment en train de combattre avec leurs frères arabes enrôlés dans la résistance irakienne», nous avait-il dit à sa sortie de prison, le 4 mars 2006, lors de la libération des premiers islamistes de la prison algéroise.

    D’autres sont partis, et ne sont plus revenus: morts au combat. Cela crée un nouveau volet de «disparus» auxquels les autorités doivent faire face. D’autres sont revenus, déçus de s’être trouvés, non pas face aux Américains, mais dans une espèce de guerre civile et confessionnelle, où il fallait s’en prendre non pas aux marines, mais aux milices de Moqtada Sadr et aux éléments chiites de Faïlaq Badr. C’est le cas de certains élargis de Serkadji habitant Baraki et qui ont ravalé leur ardeur après un passage calamiteux en Mésopotamie, ou après avoir été reconduits par les gardes-frontières des pays limitrophes.

    Recrutement sur le Net

    Cette volonté des autorités de libérer des jeunes desperados impliqués dans des réseaux de la guérilla irakienne est contredite aujourd’hui par le vaste coup de filet qui a concerné une cinquantaine de jeunes «qui s’apprêtaient à rejoindre l’Irak via la Syrie ou la Jordanie», selon une source policière contactée à Alger.

    En effet, et depuis plusieurs mois déjà, les brigades Recherches et Intervention de la police, sur des indications fournies par les services spéciaux, opèrent subrepticement des descentes ciblant des jeunes, dont la moyenne d’âge ne dépasse pas les 25 ans, avant que ceux-ci ne passent à l’action. Les chefs d’inculpation retenus contre ces jeunes, sont leur seule «intention de s’enrôler dans la résistance irakienne», se lamentent les avocats des mis en cause.

    Ces mêmes avocats estiment que leurs mandants ne se sont jamais rendus en Irak et que l’inculpation est fondée sur des intentions non sur des actes ou des faits concrets, et aussi par le fait que tout s’est effectué par Internet, les gestionnaires du site en question abusant de la foi et de l’ardeur de jeunes, versets coraniques à l’appui, pour les pousser à intégrer des cellules djihadistes actives.

    Ils mettent en exergue aussi «le fait, disent-ils, que, à aucun moment, ces jeunes n’ont pensé devenir membres de l’organisation Al Qaîda».

    Des sources policières affirment que c’est en contrôlant sur des sites Internet djihadistes, des discussions avancées sur les forums et les blogs que les «services» ont pu intercepter les jeunes, tentés par l’aventure irakienne ou le djihad «prêt- à-porter». Cependant, la plupart des inculpés ont été «donnés» par leurs compagnons, qui sont passés aux aveux devant le juge d’instruction.

    Mais on ne part pas uniquement d’Algérie. Certains sont bel et bien partis à partir de la France, de l’Espagne, de la Syrie, de l’Arabie Saoudite ou de la Jordanie, et d’autres pays encore, soit autant de rampes de lancement pour atterrir à Baghdad, à Bassora ou à Irbil. La cellule démantelée récemment en Espagne a bien mis en évidence le parcours irakien depuis le sol ibérique.
    L’exemple d’Idriss Bazi présente un cas encore plus édifiant. Etabli à Londres depuis plusieurs années, il se rend à Baghdad après la fin de l’invasion. Après avoir fait partie d’une cellule opérationnelle de Zarqaoui, on lui confie de préparer un attentat suicide au centre de la capitale irakienne, dans lequel il devait d’ailleurs périr.

    Beaucoup de pays hostiles à Damas, les Etats-Unis en tête, affirmaient que c’est depuis la terre syrienne que les djihadistes s’insinuent en Irak. Il a fallu cette forte pression pour que la Syrie tente de se démarquer des assertions de collusion avec la résistance irakienne et publie épisodiquement des listes de noms de militants arabes arrêtés à la frontière et qui étaient en route vers l’Irak, démontrant ainsi sa collaboration dans la lutte antiterroriste.

    Dans un premier rapport, publié au début de l’année 2006, les militaires et les gardes-frontières syriens affirment avoir intercepté 163 islamistes algériens qui tentaient de s’infiltrer clandestinement en Irak entre la chute de Baghdad en avril 2003 et le début du mois de décembre 2005. Les combattants étrangers arrêtés auraient été remis à leurs pays d’origine, soit par le biais de leurs ambassades, soit par celui de «canaux de sécurité». Ce chiffre avancé par les services diplomatiques de Damas et rendu public par l’hebdomadaire Jeune Afrique l’Intelligent daté du 8 au 14 janvier 2006, classe l’organisation islamiste algérienne, le Gspc, en troisième position de celles qui alimentent la nébuleuse Al Qaîda et la résistance irakienne.

    En effet, parmi les 1315 extrémistes arrêtés à la frontière syro-irakienne, figurent, en première position, les islamistes jordaniens avec 299 éléments, suivis de 263 Saoudiens et en troisième position, les Algériens avec 163 islamistes. Viennent ensuite, 155 Tunisiens, 119 Yéménites, 86 Libyens, 71 Soudanais, 60 Libanais, 35 Marocains et 22 Egyptiens.

  • #2

    Guerre en réseaux


    Beaucoup pensent que les filières algériennes en Irak ont commencé avec l’invasion américaine. Il est vrai que certains sont partis après la chute de Baghdad, c’est-à-dire après le 9 avril 2003, mais beaucoup ont été là bien avant. Selon le spécialiste égyptien des «djamaâte islamistes», Dià Rachwane, consultant sécuritaire et journaliste à Al Ahram, l’entrée des combattants arabes en Irak s’est effectuée avant l’invasion américaine, et plusieurs centaines de combattants étaient sur le terrain avant la chute du régime de Saddam, comme par exemple le groupe «Ansar el-Islam» auquel appartenait Abou Mossaâb Al-Zarkaoui avant de rejoindre Al Qaîda. Les combattants des légions arabes sont arrivés, certains sur injonction de la direction d’Al Qaïda, d’autres de leur propre initiative, afin d’épouser toutes les causes des «frères dans l’islam», et ce sont ces cellules arabes qui ont fait face aux Américains lors de la prise de l’aéroport de Baghdad, pour être, par la suite, pris dans des feux des GI’s. Pour rappel, au lendemain de la chute de Baghdad, l’ambassade irakienne à Alger a été assaillie par des Algériens qui se portaient volontaires pour participer à la guerre contre les Etats-Unis. Comme le soulignait alors le chargé de communication de la représentation irakienne, Ali Moussa Mahmud, «ces jeunes ne font que témoigner leur soutien à la mère de la civilisation arabo-musulmane menacée par la croisade de George Bush». «Mourir à Baghdad» ou vivre sous «l’impérialisme américain», le choix est fait. Ils étaient prêts au sacrifice. Le djihad constituait une arme imparable. Plus de 5000 volontaires étrangers pour le combat contre «l’agression américaine» étaient en Irak en 2005, et d’autres continuaient d’arriver. Le soutien de ces militants ne relève pas que du symbolique. Combattants ou soutiens logistiques, ils viennent s’opposer à l’hégémonie américaine, les sentiments nationalistes et religieux gonflés à bloc. Saddam et les Algériens, c’est une vielle histoire qui date de plus de dix-sept ans. Haï d’abord pour ses choix laïcs et ses liens avec le baathiste Michel Aflaq, il reçoit en 1991 Ali Benhadj et Abassi Madani, les deux leaders du FIS-dissous, et par la suite, c’est par vagues entières que les jeunes sympathisants du parti se sont déversés sur la terre irakienne, sans pouvoir prendre part aux combats. Confronté à une coalition d’une trentaine de pays, menée par Washington, Saddam accomplit une prière, lève les deux mains pour obtenir l’aide de Dieu et apporte un rajout au drapeau irakien, qui sera émaillé depuis lors d’un «Allah Akbar» qui a fait le tour du monde et a fini par convaincre les jeunes djihadistes de suivre un dirigeant converti à l’Islam. Fustigeant les «lâches et hypocrites» pays arabes alliés de Washington, les jeunes Algériens de la rue appelaient à la mobilisation de «tous les frères arabes». Le Coran dans la main droite, la kalachnikov à la main gauche, les imams de Baghdad, de Mossoul, de Bassora et des autres villes irakiennes ont marqué la journée du vendredi 28 mars 2003, soit quelques jours après l’invasion: ils ont appelé solennellement à la guerre sainte, le djihad, et investi les opérations kamikazes d’une quasi-légitimation religieuse. Mais c’est la bénédiction de Ben Laden et de Ayman Zawahiri qui va donner un coup de fouet au djihad en Irak. D’autres volontaires, venus des pays islamiques limitrophes et des pays du Maghreb, de l’Egypte, du Pakistan et du Yémen, sont venus grossir les rangs des moudjahidine irakiens.

    En tout, c’est l’équivalent de 5000 à 6000 kamikazes que les troupes américano-britanniques avaient en face, avec les pertes subies à ce jour (près de 2600 GI’s tués depuis lors).

    Les services de renseignements algériens avaient estimé, en fin 2004, le nombre d’Algériens présents dans la résistance irakienne ou aux frontières avec la Syrie et la Jordanie, dans l’attente de passer en Mésopotamie, à près de 380 personnes. La télévision irakienne montrait au début de l’année 2005, des images de combattants arabes capturés dans le feu de l’action afin de montrer à «l’allié américain» que ce sont les Arabes non Irakiens qui dirigent la guérilla.

    Par l'expression

    Commentaire


    • #3
      Djihâd

      Ils ont fait un choix personnel et souverain, le combat là-bas est légitime pour un musulman, ils meurent donc en martyres.
      "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

      Commentaire


      • #4
        tant qu'ils ne s'attaquent pas à des civils...

        Commentaire


        • #5
          d'accord mot pour mot avec harrachi...
          « Puis-je rendre ma vie
          Semblable à une flûte de roseau
          Simple et droite
          Et toute remplie de musique »

          Commentaire


          • #6
            d'accord mot pour mot avec harrachi...
            +1
            Je l'ai envis ces mojahadines , Allah yansrhom ....

            Commentaire


            • #7
              Je l'ai envis ces mojahadines , Allah yansrhom
              Qu’est ce que tu attends pour aller les rejoindre ?
              Martyres !!! Parce qu’ils se font explosé dans des marchés au milieux de la foule !!! La guerre est dirigée cotre le peuple c’est des criminels ils continueront leur djihad longtemps après que les Américains soit parti.
              Moi je dirai que le combat la bas est légitime pour un Iraquien s'il s'attaque aux marins et non pas aux ... Chiites.

              Commentaire


              • #8
                Envoyé par Harrachi78
                Ils ont fait un choix personnel et souverain, le combat là-bas est légitime pour un musulman, ils meurent donc en martyres.
                Des musulmans meurent tués par des musulmans là-bas !!

                Se faire tué n'est pas une solution pour les musulmans ou les arabes en ce moment; y'a tant de choses à faire !!

                C’est une solution de faiblesse de détresse voilà quoi !!

                Avouez qu'il y'a des choses beaucoup plus courageuses à faire pour notre société que de se faire exploser en espérant le paradis !! trop facile mais trop n’importe quoi aussi !

                Le courage je le vois ailleurs !!
                Partout où se dirigent ses montures ; L’amour est ma religion et ma foi.
                Ibn Arabi

                Commentaire


                • #9
                  Les vrais djihadistes qui ont combattu les russes en Afghanistan ne tuait pas de civils,ils ont quitter ce pays quand c'est devenu une lutte tribale par la suite...
                  ce qui se passe en irak c'est une guerre civile entre freres,est ce que tuer des chiites ,ou se faire sauter dans une université causant la mort à des dizaines d'étudiants innocents c'est du jihad????
                  c'est pas des jihadistes mais ces des abrutis ou des mercenaires qui ne font que compliquer les choses la bas...
                  je me demande pourquoi ils combattrait pas les sionistes en palestine????
                  from the cradle to the grave.

                  Commentaire


                  • #10
                    Gironimoo: "Moi je dirai que le combat la bas est légitime pour un Iraquien s'il s'attaque aux marins et non pas aux ... Chiites."
                    Gironimoo! Je suis entièrement d'accord avec toi.

                    Commentaire


                    • #11
                      J'aurai préféré qu'il y ait une résistance nationale iraquienne ouverte à tous les courants mais non inféodée aux criminels d'El Qaida.

                      Commentaire


                      • #12
                        @GlamourDZ

                        Des musulmans meurent tués par des musulmans là-bas !! ...

                        C'est surtout qu'ils sont tués par les occupants ou grâce a eux mais là n'est pas la question pour moi. Mon propos évoque clairement un gars qui juge que son devoir ets d'aller combattre les occupants d'une terre musulmane au nom de sa foi ... Et qui le fait.

                        Pour le reste les règles du Djihâd sont connues en principe et les respecter est bien évidemment une condition pour que le Djihâd en question soit légal et que les gens qui y laissent la vie soient martyrs.

                        ... Se faire tué n'est pas une solution pour les musulmans ou les arabes en ce moment ; y'a tant de choses à faire !! ...

                        Se faire tuer n'est jamais une solution dans l'absolu ! "Ô vous qui croyez, le combat vous a été préscrit alors qu'il vous est une chose détestable ..." dit le bon Dieu dans son Coran. Mais il y'a des moments ou cete chose détestable devient nécéssaire pour diverses raisons et ces gens ont jugé que c'était le cas et ils ont raison car toutes les conditions d'un Djihâd là-bas sont réunis et ils ont franchis le pas volontairement et sans avoir rien a y gagner

                        ... C’est une solution de faiblesse de détresse voilà quoi !! ... Le courage je le vois ailleurs !!

                        Mon point de vue est contraire, la faiblese est en moi qui ne part pas faire mon devoir comme eux le font quitte a y laisser la peau.
                        "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

                        Commentaire


                        • #13
                          Pour le reste les règles du Djihâd sont connues en principe et les respecter est bien évidemment une condition pour que le Djihâd en question soit légal et que les gens qui y laissent la vie soient martyrs.

                          .................................................. ........
                          Harrachi 78

                          Encore faut il que ces regles (qui sont en fait identiques à celles de toute resistance contre l'occupant),soit enseignées à ces "djihadistes" avant qu'ils aillent semer des bombes dans des souks et meme dans des mosquées sans tenir compte ni des personnes visées,ni des lieux aussi respectés soient ils.

                          Il faut,chaque fois, distinguer ces " fous de dieu" des djihadistes qui, eux, ciblent le veritable ennemi.

                          Commentaire


                          • #14
                            La situation est confuse en Irak. Moi ce que je vois dans les infos c’est les civils irakiens qui se font tuer et rarement les américains. C’est l’œuvre de qui ? Des djihadistes ?
                            Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                            Commentaire


                            • #15
                              il n'ya pas deux groupes en combats en iraq..la situation est plus compliquée

                              -1-il y'a ceux tués par les ervices secrets des pays etrangers : iran, grande bretagne israel et USA au moins..on se souvient tous des deux britanniques pris en flagrant allant faire exploser des civils ,ces deux ont ete sauvé en extremis par une attaque de l'armée britannique du commisariat

                              leurs buts: accomplir les buts inavoué de l'occupation et de l'invasion de l'iraq : division du pays ,fracture sunnites chiites,avoir les motifs suffisant pour garder des bases militaires pres du petrole, faire de l'iraq un pays tres faible ayant besoin de l'appui etranger

                              -2- des fractions chiites: aux motivations diverses: accelerer la venue d'al mahdi par le chaos..une guerre sainte contre ceux qui ne sont pas sunnites..etc..

                              -3- des combattant musulmans iraquiens et du monde entier qui sont la pour combattre l'occupation et ses alliés en iraq...et ce sont ceux la dont ont parle ici...et oui c'est un combat legitime....et je n'ai pas leur foi et leur courage
                              ps/ il y'a d'autres milices et fractions en iraq mais ce sont les plus importantes et celle qui sont entrain d'ecrire l'histoire
                              « Puis-je rendre ma vie
                              Semblable à une flûte de roseau
                              Simple et droite
                              Et toute remplie de musique »

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X