Annonce

Réduire
Aucune annonce.

15.000 policiers seront recrutés chaque année

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • 15.000 policiers seront recrutés chaque année

    L’effectif de la police sera renforcé par le recrutement, chaque année, de 15.000 nouveaux policiers, a annoncé, hier, le directeur général de la Sûreté nationale, M.Ali Tounsi, à l’Ecole de police de Aïn Benian, à Alger, lors de la cérémonie de sortie d’une promotion d’inspectrices de police. Le patron de la police a indiqué que, d’ici trois années, l’Algérie aura un dispositif policier conforme aux standards internationaux.
    Avec un dispositif avoisinant, à l’heure actuelle, les 150.000 éléments, soit une moyenne d’un policier pour 430 citoyens, l’effectif de la Sûreté nationale est de très loin inférieur à la couverture sécuritaire dont disposent les pays voisins. Ali Tounsi a affirmé que la Dgsn, «recrutera la fine fleur de la jeunesse algérienne» qui bénéficiera de formation de très haut niveau dans les différentes écoles de son institution. Lesquelles écoles assurent cette année la formation de 15.000 éléments dans les différentes spécialités. Les explications fournies par les cadres de l’école de Aïn Benian ont montré que la tenue bleue est très prisée par les jeunes Algériens. Il a été constaté dans ce sens, l’enrôlement de plusieurs dizaines de diplômés universitaires dans les rangs des agents de l’ordre public, AOP. Un service, faut-il le préciser, recrutant, en principe des candidats ayant le niveau de la 3e année secondaire mais qui attire toutefois des licenciés en chômage.
    Il est à rappeler que la Dgsn avait entrepris, ces dernières années, une démarche d’intégration de l’élément féminin qui vise à répondre aux nouvelles exigences du terrain. Avec 5000 policières tous grades confondus, la même source a fait savoir que les femmes représentent actuellement, près de 5% de l’effectif total de la police. D’autre part, et parlant du statut particulier de la police, le patron de la Dgsn a déclaré que le document, en cours de finalisation, sera remis très prochainement au conseil de gouvernement qui décidera de son devenir. Tout en se gardant de divulguer le moindre détail sur son contenu, le patron de la police s’est contenté de dire que le prochain statut permettra d’améliorer la formation et le cadre de travail des éléments de la police. Un statut, fruit de la politique gouvernementale et visant à accorder des statuts à l’ensemble des fonctions et à l’augmentation des salaires de tous les fonctionnaires.
    Quant à la création d’un syndicat regroupant les employés de la Sûreté nationale, Ali Tounsi a répondu que «les policiers n’ont pas besoin de syndicat car ils ont des cadres et des responsables qui veillent à leur bien-être et à l’amélioration de leurs conditions socioprofessionnelles».


    - L'Expression

  • #2
    En algerie , en se baladant dans les rues d'alger , ou dans n'importe quelle ville du pays , on constate ce manque d'éffictif !
    beaucoup de quartiérs sur Alger sont connus des zones interdites aux publiques du danger de la delinquence

    Commentaire


    • #3
      Ce qui manque sur le terrain ce n’est pas le nombre de policier mais leur d’efficacité. Maintenant, les policiers regardent des scènes de délinquances se dérouler devant leurs yeux et ils n’interviennent pas.
      Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

      Commentaire


      • #4
        Encore 15000 possibilités de plus de voir son permis partir!

        Je crains le pire.... un jour je vais devoir ne plus griller de feux rouges .... ou pire rouler dans les limites autorisées :22: .
        Anti-conformiste mais pas forcément anarchiste.

        Commentaire


        • #5
          Ce n'est pas l'avis d'une journaliste française lors d'une visite à Dellys.
          ___________________________________

          C'est une Algérie surarmée qu'a fabriquée la décennie noire : en 1992, lorsque les militaires ont interrompu les élections remportées par le FIS (Front islamique du salut), le pays comptait 21 000 policiers et 16 000 gendarmes. Ils sont aujourd'hui 182 000 et 103 000, sans compter les militaires et les miliciens équipés par le pouvoir.

          Pour en savoir plus:
          http://www.liberation.fr/transversal.../201326.FR.php

          Commentaire


          • #6
            Quand un flic ne dissuade plus les voyous et la racaille par sa présence et que ceux-ci agissent a sa proximité c’est qu’il y’a un problème … ce n’est pas un problème de manque d’efféctif… le flic ne fait plus peur il ne sais plus se faire respecter … et je ne parle même pas de l’accueil et du service dans les commissariats …lamentable … désintérêt, flemme, abandon de poste … les flic ne veulent pas être déranger que se soit en faction ou dans un commissariat il fera le maximum pour vous orienté ailleurs ou on sera d’après lui plus apte a traiter votre problème … alors pour faire une réquisition bonne chance ils vous sortiront toutes les excuses du monde de la non adéquation de la situation.
            Figurez vous que la majorité des flic en faction feront leur possible pour traiter certains problèmes comme les agressions ou des rixes … a l’amiable plus tôt qu’au commissariats rien a cause de la paperasse que cela engendre (enregistrement, rapports …).
            En tout cas il y’a beaucoup de chose a revoir dans ce corps qui vraiment est a la dérive … s’agissant de la formation ou de la motivation … avec tout le respect que je dois aux policiers qui font honnêtement leur travail il ne suffit pas de recruter 15 000, 100 000 ou 1 000 000 de nouveaux policiers chaque années … mais aussi faire en sorte qu’ils fassent leur boulot correctement et avec motivation … et ma fois peut être que si ça avait été le cas actuellement il n’aurait même pas été nécessaire de recruter.

            Commentaire


            • #7
              C'est là les sequelles de 10 ans de guerre civile. Lorsque l'on a côtoyer journellement la mort, qu'est-ce que d'autre peut véritablement peur? La loi....la prison?

              Il manqué à l'Algérie "un père de la nation" comme l'Afrique du Sud possède en Mandela. Quelqu'un comme l'a tenté Boudiaf de présenté un avenir positif certes, mais qui exige la collaboration de tous.

              A ce stade, Bouteflika a échoué incontestablement car il traîne le pseudo du "gamin" comme nombreux chibanis l'appellent.

              Commentaire


              • #8
                Si on dit qu(il y aura recrutement de 15000 policiers par An, on est tenté de croire que la criminalité d'une façon général va augmenter à tel point qu'il faut 15000 policiers pour "stabiliser" la situation.

                A-t-on la capacité de former autant de policiers / an...il faut un campus universitaire comme l'USTHB avec des formateurs, cités étudiants, transports bourse etc...

                Je ne sais pas si c'est réaliste ou bien comme d'hab un simple effet d'annonce...

                Maintenant il y a toujours la "formation accélérée" qui consiste à se procurer un sachet noir plein d'étoiles et de galons et une 504 Bachée chargée d'uniformes, il suffit de faire le tour des cités pour demander qui veut devenir boulissi...

                Commentaire

                Chargement...
                X