Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les grandes écoles françaises bientôt en Algérie

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Les grandes écoles françaises bientôt en Algérie

    Très bonne nouvelle. Voilà un secteur de coopération avec la France qu’il faudra développé au plus vite. L'Algérie a besoin de cadres de haut niveau pour accompagner son développement.

    _______________________________________
    Les grandes écoles françaises bientôt en Algérie

    Le Quotidien d'Oran
    27/01/2007
    Hamid Guemache

    L’Algérie se tourne vers la France pour la formation de ses élites. Après la création réussie de l’Ecole supérieure des affaires d’Alger (ESAA) en 2004, les deux pays discutent sur de nouveaux projets. Alors que l’école franco-algérienne de médecine et d’un Institut supérieur des technologies devraient bientôt voir le jour, ce sont les grandes écoles françaises qui commencent à s’impliquer.

    Une délégation de seize grandes écoles de l’Hexagone (HEC, ENPC, ENA, Sciences-Po, INSA, Télécoms Paris, Ecole d’architecture, ENS...), a séjourné à Alger de samedi à lundi. Pour les classes préparatoires, le lycée Louis-le-Grand a fait également le voyage. C’est la première fois qu’une délégation aussi importante de grandes écoles françaises se déplace à l’étranger. Conduite par Aïssa Touazi, conseiller du ministre français des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy, la délégation a, durant trois jours, discuté avec des écoles algériennes sur de nombreux projets destinés à la formation des élites de notre pays.

    «L’objectif aussi est de réfléchir à la mise en place de pôles d’excellence dans les domaines scientifiques et techniques de façon à accompagner le développement économique de l’Algérie. Ces pôles permettront à l’Algérie de se doter de cadres de haut niveau. C’est une marque de confiance de la part des autorités algériennes de se tourner vers la France pour former ses élites», explique une source proche du dossier.

    Les discussions entre les écoles des deux pays devraient aboutir à la mise en place d’un cadre de coopération et la conclusion d’accords de partenariats. «Il y a un véritable engouement de la part des écoles françaises pour établir des partenariats avec les écoles algériennes», affirme Aïssa Touazi.

    La création des pôles d’excellence devrait être suivie de pôles régionaux un peu partout à travers le pays. Le gouvernement veut surtout convaincre les écoles françaises de s’implanter en Algérie. Le projet de création de pôles d’excellence en partenariat avec les grandes écoles françaises a été initié par les ministres des Affaires étrangères des deux pays.

    Il est fortement soutenu par les autorités politiques des deux pays, ce qui devrait accélérer sa concrétisation. Le président Abdelaziz Bouteflika accorde de l’importance à la formation des élites, indispensable pour sortir l’économie de sa dépendance vis-à-vis des hydrocarbures et des compétences étrangères.

    L’enjeu est capital pour l’avenir du pays. Il est prévu l’accélération de la formation des cadres pour permettre au pays d’être attractif aux investissements directs étrangers. Mais aussi pour freiner la fuite des cerveaux et le départ massif des étudiants à l’étranger, notamment en France, pour poursuivre leurs études. Aujourd’hui, la plupart des entreprises algériennes souffrent du manque de cadres compétents. Des groupes privés recrutent parfois des étrangers pour leur confier d’importants postes de responsabilité, dans la gestion des ressources humaines, le marketing, la communication...

    Pour la France, la création de pôles d’excellence et d’écoles mixtes va lui permettre de renforcer sa position de principal exportateur de savoir-faire pour l’Algérie. Dans le domaine commercial, la France est le premier fournisseur de notre pays avec une part de marché de 22%. Les écoles françaises veulent profiter de l’explosion de la formation en management en Algérie et surtout du développement de l’économie algérienne, en pleine transition.
    Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

  • #2
    Je crois bien que c'est la meilleur nouvelle pour le pays que j'ai pu lire depuis que je suis sur FA.
    Vivement que ça se concretise.

    Commentaire


    • #3
      Chouette! Il faudrait néanmoins que l'Algérie suive derrière: plus de piston, de passe-droit, de corruption, de clientélisme, de hogra, d'incompétence... Il faudrait qu'un président d'université soit au minimum docteur dans sa branche et élu par ses paires...
      Je suis très négative car j'aime mon pays et j'espère ne lui espère que le meilleur. Je serais prête moi aussi à mettre mes compétences à son service mais je sais bien que rien ne va suivre...

      Commentaire


      • #4
        Investir sur l' humain en tant que richesse c'est une bonne chose , j'espère que d'autres pistes seront exploités dans l'économie créatrice d'emplois en Algérie pour tous ces futurs cadres .
        Mr NOUBAT

        Commentaire


        • #5
          c'est une trés bonne nouvelle pour nous les etudiant

          Commentaire


          • #6
            Bonjour scofiled,

            Tu fais bien ton entrer sur FA. Ca me réconforte de voir des étudiants s’intéresser à ce genre de nouvelles surtout après l'affaire de cryptage de TPS avec Mr Debré.
            Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

            Commentaire


            • #7
              C'est une excellente initiative. Le modèle français des grandes écoles a ses opposants, mais il a fait ses preuves. Je pense que l'Algérie gagnera à s'inspirer de ce modèle (et d'autres) pour la formation des élites de demain.

              Commentaire


              • #8
                Au lycée à Alger, j'ai toujours révé d'intégrer le lycée Louis Le Grand à le bac. Dommage ! ca ne sait jamais fait !!!! pour faire ca prépa dans ces lycées.. il falalit d'abord venir en France ce qui n'etait pas du tout évident.

                Ps: Les Lycées parisiens Louis le Grand et Henri IV sont parmi les meilleurs lycées au Monde.
                “If you think education is expensive, try ignorance”
                Derek Bok

                Commentaire


                • #9
                  petite question : pas de cours prapatoires aux grandes ecoles en algérie ?

                  Commentaire


                  • #10
                    Si, un semblant à l'école polytechnique d'Alger et une exeprience qui n'a pas fait long feu celle de l'ecole préparatoire de l'ex ENITA.

                    Les deux années de Math Sup et Math Spé en Algérie n'ont rien à voir avec ceux des écoles francaises.
                    “If you think education is expensive, try ignorance”
                    Derek Bok

                    Commentaire


                    • #11
                      "Par le peuple et pour le peuple": quelle belle devise!
                      Possible que l'on retrouve l'idéal républicain même si l'Algérie, à cause de certains idélogues avec une louche dans la poche, a perdu bcps de temps.
                      Très bonne nouvelle pour les algériens. C'est aussi une manière de faire revenir bon nombre "d'algériens" et d'amis algériens.
                      Bon courage et bonne chance!

                      Commentaire


                      • #12
                        Au maroc , les années prepa existent depuis plusieurs decennies dans plusieurs grandes villes. Depuis quelques annnées, les cours privés ont vu le jour, et en general, ce sont les memes profs du public qui y enseignent. le marché des heures supplementaires est florissant ,le prix est de 300 - 500 dhs / h et peut atteindre les 800 dhs / h ( d'après des journeaux marocains).

                        Commentaire


                        • #13
                          Si, un semblant à l'école polytechnique d'Alger et une exeprience qui n'a pas fait long feu celle de l'ecole préparatoire de l'ex ENITA.
                          pas d'accord avec toi Stanislas,
                          l'expérience dont tu parle c'est l'ENPEI (école nationale préparatoire aux études d'ingénieurs)
                          elle existe toujours, et les élèves issus de cette école ne cessent de faire leur preuves et en Algérie et à l'étranger, ils sont partout et en général parmi les majors de promo. ils sont ds toutes les grandes écoles française meme aux X http://www.ambafrance-dz.org/article...id_article=886, s'ils ne sont pas bcp à l'étranger c'est faute de moyens et de visa, mais ceux qui y sont représente bien l'ENPEI. en algérie ceux qui ont choisi les écoles d'ing sont les premiers de la liste que ce soit à l'ENP, INELEC, telecom oran... tu peux vérifier, ils se suivent ds le classement.
                          meme si beaucoup sont ceux qui optent pour l'EMP (ex ENITA) l'école n'est pas déstiner pour elle, certes on essaye de garder le maximum (normal c une élite et de part la sélection mention abien au Bac+ concours, et de part la formation) mais les élèves ont le choix de carrière, en 3ème année on choisi soit la carière civile, soit la carière militaire.
                          le problème de l'ENPEI c'est que dans le civil on nous aime pas bcp, ils nous l'ont fait comprendre clairement. ils préfèrent leurs élèves (en particulier à ENP :22: )
                          ta3adadat el assbabo wal karhato wahidatton faman lam yakrah bi la routine kariha bi ssiwaha

                          Commentaire


                          • #14
                            Bonsoir LAMIA14,

                            Je n'ai pas voulu blésser personne.

                            Je ne pense pas que l'experience de l'ENPEI soit un echec loin de là, mais ca reste un demi succés.

                            A son ouverture, on attendait beacoup de cette école. Un de mes brillants éléves avait éte admis dans cette institution.

                            Il n'ont pas pu aller jusqu'au bout, je pense qu'il certains se sont mal adaptés à l'ambiance militaire.

                            J'avais eu a rencontrer à l'ENP certains etudiants qui viennent de l'ENPEI c'est vrai qu'ils sont pas mal.


                            Désolé de le dire curement, mais je ne pense pas que les profs de l'ENPEI ou ceux de l'ENP ou les autres écoles sont des grosses pointures en Algérie.


                            Ps: merci pour le lien

                            Gharbi Nesrine Aïcha est un fierté pour l'ALGERIE, ALLAH IBAREK !
                            “If you think education is expensive, try ignorance”
                            Derek Bok

                            Commentaire


                            • #15
                              Les étudiants algeriens en classes prépas en France ne sont vraiment pas nombreux comparés aux Marocains! Tous les meilleurs lycées parisiens recrutent des candidats du maroc et tunisie mais ne reçoivent que très peu de dossiers de l'Algérie...J'ai jamais vraiment compris ce manque d'intérêt!
                              Enfin c'est une très bonne chose qui est a saluer esperons que cela ce concretise
                              ~Le bonheur vient à ceux qui croient en lui~

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X