Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Electricité et carburants: Levée des subventions dès l’année prochaine

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Electricité et carburants: Levée des subventions dès l’année prochaine

    L’Etat est décidé à revoir la politique de subvention. Dès l’année prochaine, l’Etat compte levée ses subventions sur l’électricité et les carburants. En tout cas, c’est ce qu’a affirmé, aujourd’hui, le ministre des Finances, Abderahmane Raouya, sur les ondes de la chaîne 3 de la radio nationale.

    Expliquant ce renoncement au soutien des prix des produits de première nécessité, le ministre a indiqué que les plus démunis ne profitent des subventions qu’à hauteur de 7% alors que les plus nantis, d’après lui, arrivent jusqu’à 14%.

    «On ne peut pas continuer comme ça», a signalé Raouya. Tout en affirmant que l’Etat ne renoncera pas aux subvenions, mettant en avant l’option du ciblage, le premier responsable du secteur des finances a estimé qu’il y a nécessité à lever graduellement les subventions. Et cela commencera, donc, par l’électricité et les carburants, dès 2019.

    Selon lui, le gouvernement se penche actuellement sur les moyens à utiliser pour l’identification des familles les plus nécessiteuses afin qu’elles profitent directement des subventions. Il faut rappeler à cet effet, que les carburants ont été augmentés trois fois ces dernières années passant du simple au double (de 23 à 42 dinars environ pour le super et sans plomb). L’électricité avait également connu une hausse en 2016.
    Algérie Focus

  • #2
    Ah bon. De toute les années Bouteflika n a trouvé que l année ou il veut la cinquième. Je dis a ce ministre d arrêter de nous prendre pour des imbéciles
    If you want to go fast go alone, if you want to go far go together....
    You have to have a dream so you can get up in the morning....

    Commentaire


    • #3
      Encore les Algériens d'en bas pénalisés indirectement

      Déjà que la facture de l'électricité est hors de prix pour les couches moyennes, l'augmentation des prix de cette denrée vitale va nous faire revenir tout simplement à la bougie et à la lampe à pétrole grâce à la politique économique archaïque et pénalisante du pays!!
      Au lieu de faire tout ce tnitamarre pour les subventions des produits de base, dans un pays ou le SNMG net (ou SMIG) avoisine les 100 Euros et le salaire mensuel moyen avoisine les 200 Euros, pourquoi ne pas augmenter tout simplement le taux de l'IRG pour les couches les plus favorisées et instituer l’impôt sur la fortune pour les plus riches en vue de compenser ces subventions???????
      Nous sommes condamnés tous les jours à être confrontés qu'aux mauvaises nouvelles pénalisantes ???
      Dernière modification par Fouad, 03 juillet 2018, 08h41.
      Le Sage

      Commentaire


      • #4
        Salam,

        Dès l’année prochaine, l’Etat compte levée ses subventions sur l’électricité et les carburants. En tout cas, c’est ce qu’a affirmé, aujourd’hui, le ministre des Finances, Abderahmane Raouya, sur les ondes de la chaîne 3 de la radio nationale.
        Il n’a rien affirmé du tout.. il parle vaguement.. le sujet le dépasse évidemment (et il le dit). Il est d’ordre politique. L’Algérie est très très en retard sur le sujet.. Benbella avait placer le pays sur les rails du socialisme et Boumediene avait foncé tête baissée sur le chemin du tout subventionné. Or les réalités économiques ont montré que tout ce qui est subventionné est dilapidé. Il faudrait 1/libéraliser entièrement l’économie 2/Assister pleinement le social, par des subventions financières directes aux citoyens.

        Le ministre a dit qu’il a mis en place une commission ministérielle pour identifier les ménages en difficultés (en fonction des chiffres déclarés bien sûr).. C’est bien.. mais il le dit lui-même, cette action doit être gouvernementale. En réalité, il faudrait réactiver le ministère de l’action sociale, et de redévelopper le réseau national de l’assistance sociale et le ramifier jusqu’au niveau des communes.. Et en même temps développer le fichier national.. une sorte de base de données consolidée centralisant de tout ce qui touche à la population.. état civil, santé, éducation, travail, finances, logement, foncier... etc. Ainsi l’action sociale combinée avec les données réelles sur les personnes.. peut définir le degré de nécessité des ménages.
        C’est énorme, et ça ne peut pas se faire à court terme.

        Voici son intervention sur la chaine 3.. la question lui a été posée à la fin de l’interview.. à la minute 29:48

        Commentaire


        • #5
          je ne crois pas une seconde à ce titre. Si on faisait ca, on mettrait l'Algérie à l'envers.

          Il faut commencer par recenser les nécessiteux et dresser des registres sérieux , passer à l'aide directe et ciblée, après on pourra lever ces subventions graduellement.
          Car c'est vrai que ces subventions mur à mur actuelles c'est anti économique.
          Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

          Commentaire


          • #6
            Il faut commencer par recenser les nécessiteux et dresser des registres sérieux , passer à l'aide directe et ciblée, ...
            Travail en cours et approche adoptée. Pour le titre de l'article .... pipo !!

            La levée des subventions ne se fera pas avant 2020.

            Commentaire


            • #7
              Ce gouvernement n'est même pas fichu de prendre des décisions pour le très court terme ( dès que Ouyahia annonces des mesures juste après Bouteflika les annule ) comment voulez vous qu'il puisse planifier pour l'année prochaine alors qu'on est complètement dans le flou ...Personne n'est sûr de garder son poste d'ici-là .
              L’ignorant affirme, le savant doute, le sage réfléchit.”Aristote

              Commentaire


              • #8
                Les mafieux incompétents du clan Bouteflika ont attendu le moment où l'Algérie s'est retrouvée dos au mur avec une situation financière difficile pour adopter une politique d'austérité impliquant la baisse des subventions.

                Les mafieux corrompus du clan Bouteflika ont passé 19 ans à gaspiller et à détourner massivement l'argent public, et maintenant ils vont demander aux citoyens de payer les erreurs de la gestion économique désastreuse des mafieux du clan Bouteflika.

                Dès le début des années 2000, il aurait fallu progressivement réduire les subventions avec des réductions annuelles modestes pour ne pas pénaliser les citoyens, tout en déclarant une guerre totale contre la fraude, la corruption et le gaspillage de l'argent public à tous les niveaux de l'Etat pour récupérer les dizaines de milliards de dollars qui échappent chaque année aux caisses de l'Etat. A titre d'exemple, l'économie informelle représente environ 50% du PIB de l'Algérie, ce qui est un chiffre désastreux pour les finances du pays.

                Commentaire

                Chargement...
                X