Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Hassiba Belbachir une algérienne trouve la mort dans un hôpital de chicago

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Hassiba Belbachir une algérienne trouve la mort dans un hôpital de chicago

    Le rêve américain de Hassiba s’est arrêté à Mac Henry
    Questions autour de la mort d’une Algérienne dans une prison de Chicago



    Hassiba Belbachir, une Algérienne de 28 ans, est morte, le 17 mars dernier, dans la prison du Comté de McHenry, dans l’Etat de Chicago. Ses obsèques ont été organisées, mercredi dernier, en présence de membres de sa famille et avec l’assistance du Council of Islamic Organizations of Greater Chicago.

    Après avoir vécu trois mois à Chicago, la jeune Algérienne a quitté cette ville, le 27 février 2005, cinq jours après l’expiration de son visa touristique.

    Elle devait retourner en Algérie, selon ses proches, mais les autorités britanniques, émettant des doutes sur la validité de son passeport, l’ont renvoyée vers les Etats-Unis où elle a été placée dans un centre de détention. Depuis le 9 mars, elle a été placée dans la prison du Comté de McHenry, un des centres utilisés par le département de la sécurité intérieure pour détenir les immigrants illégaux. Une semaine plus tard, le 17 mars, elle est retrouvée morte dans sa cellule. Les autorités du Comté affirment qu’elle s’est suicidée, mais sa famille et le Conseil des organisations islamiques de Chicago émettent de sérieux doutes et demandent une enquête fédérale sur les circonstances de la mort de l’Algérienne. Pour sa soeur, Zahia Belbachir, qui vit au Canada, la thèse du suicide lui semble d’autant plus absurde, qu’elle lui avait parlé le 17 mars, quelques heures seulement avant sa mort. «Elle était contente, elle était très optimiste». Les membres de la famille qui ont vu le corps de Hassiba ont déclaré que les bras et les pieds de la défunte étaient contusionnés. Ils ont d’ailleurs mandaté un médecin légiste indépendant pour effectuer une autopsie et ses conclusions seront connues dans six semaines. Le président du Conseil des Organisations Islamiques de Chicago, Abdelmalek Moujahid a estimé que la famille de Hassiba avait droit à des réponses claires. Il a également dénoncer la politique de parcage des musulmans dans les prisons, exigeant une enquête fédérale sur le cas de Hassiba et sur les pratiques en cours à la prison de McHenry.

    «Ce sont des prisons pour criminels endurcis et ils n’ont aucune formation pour gérer ces gens qui ne sont chargés d’aucun crime mais qui sont là juste en attente d’être entendus par les services d’immigration». Les autorités du Comté de McHenry s’en tiennent à la thèse du suicide mais ils n’expliquent pas pourquoi Hassiba Belbachir se trouvait dans l’infirmerie de la prison où elle a été trouvée morte.

    L’autopsie préliminaire parle de mort par asphyxie «apparemment volontaire» avec des vêtements qui ont enserré le cou. Le Shérif du Comté Keith Nygren s’est déclaré de «tout coeur» avec la famille Belbachir mais il défend sa prison qui, affirme-t-il, est un modèle en matière de détention des immigrants. «Je prends ma responsabilité très sérieusement à l’égard de tous les gens qui sont ici, indépendamment des raisons qui les ont amenées».

    Une jeune Algérienne est morte. Tristement, seule, le rêve américain s’éteignant dans une cellule d’une prison à Chicago. Pour les parents et le Council of Islamic Organizations of Greater de Chicago, il reste à connaître les circonstances exactes de la mort d’une jeune fille, encore à la fleur de l’âge.

    Le consul algérien se trouvait, hier, à Chicago où il a pris contact avec les autorités. Le corps de la jeune Hassiba doit être rapatrié en Algérie et les membres des communautés algérienne et maghrébine sont sollicités par les associations pour aider à couvrir les frais

    quotidien d'oran

  • #2
    C'est vraiment triste !

    J'espère que cette mort sera l'electrochoc qui permettra une prise de conscience sur la situation des musulmans aux USA.

    A ce moment on pourra dire que sa mort au moins n'aurait pas été vaine.

    Allah yerhamha oua youssine illeyha

    Commentaire


    • #3
      D'après un article de abc Chicago, la défunte Hassiba avait fait une demande d'asile avant d'être emprisonnée par les services de l'immigration.

      Sa mort nous rappelle la triste vie des clandestins, qui, sous l'effet de la peur du policier et de l'humiliation, deviennent vulnérables aux comportements suicidaires. L'année passée, la presse avait rapporté le cas d'un jeune clandestin algérien qui s'était jeté du haut d'un immeuble en Seine-Saint-Denis sous l'effet de la peur du contrôle des poulets qui débarquaient à 6H du matin.

      J'espère que les autorités algériennes feront pression pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances de la mort de Hassiba. Le DHS est quasiment une machinerie SS contre les musulmans.

      Toutes mes condoléances à la famille de la défunte. Qu'Allah accueille Hassiba dans son vaste paradis.


      Hassiba Belbechir

      Commentaire


      • #4
        Qu'elle repose en paix.
        et au paradis, elle ira, elle n'aura pas plus de barreaux pour lui restreindre sa liberté.

        Commentaire


        • #5
          Allah Yarham Hassiba

          Salut!
          Franchement! vous croiyez vraiment à la thèse du suicide? moi, je ne crois du tout. C'est une pure fabulation américaine pour salir une fois de plus l'image d'une musulmane et par l'occasion se décriminaliser.

          Quel dommage elle est parti si jeune. Que ses parents et sa famille rabi yaâtihoum Sobre.

          Allah yarahmak Hassiba wa youdkhilouk fassiha djinanihi. Amine Yarab.

          Commentaire


          • #6
            Elle est morte, assassinee peut etre, mais les americains ne seront jamais inquiter, car fort de leurs puissances militaire et economique, de plus une arabe de plus ou de moin ne va pas ebranler les autorites US, ils ont des milliers de morts sur la conscience de citoyen arabe et musulamn, la liste est longue voir gawtemalo, lirak, lafghanistant et les autres crimes cachees.

            Commentaire


            • #7
              ""J'espère que les autorités algériennes feront pression pour que toute la lumière soit faite sur les circonstances de la mort de Hassiba. Le DHS est quasiment une machinerie SS contre les musulmans.""

              tu parles, nos autorites n'ont rien a foutre de la mort d'un(e) Algerien(ne) a l'etranger ou encore au pays, ils sont occupe par leurs business.

              Commentaire


              • #8
                Je suis très attristé par cet événement dramatique

                Mise dans un centre de rétention, pour le simple fait d'avoir un visa périmé ou des papiers éveillant le doute des autorités, est tout simplement scandaleux.
                Les immigrés en situation irrégulière sont traités non pas comme des êtres humains mais comme des animaux.
                La thèse du suicide est le motif "bidon" qui est avancé à chaque décès dans une prison.
                Mes pensées vont à la famille de Hassiba, et que Dieu puisse l'accueillir dans son vaste paradis.

                Commentaire


                • #9
                  Bonjour,

                  Que ce sera-t-il passé, si une citoyenne américaine, aurait sucombée dans une prison algérienne ? Je vous laisse deviner.

                  Malheureusement, Hassiba était Algérienne. Il ne fait pas bon ces temps-ci d'étre citoyen algerien chez l'oncle SAM.

                  Pour l'anecdote, aprés les évenements du 11-09 un brillant étudiant algérien, major de promo de l'Ecole Polytechnique d'Alger qui etait en thése AU MIT, a vu son contrat de thése s'arreter en plein cursus, sans aucune raison valable.

                  Repose en paix en Hassiba.
                  Dernière modification par Stanislas, 26 mars 2005, 10h57.
                  “If you think education is expensive, try ignorance”
                  Derek Bok

                  Commentaire


                  • #10
                    Pour l'anecdote, aprés les évenements du 11-09 un brillant étudiant algérien, major de promo de l'Ecole Polytechnique d'Alger qui etait en thése AU MIT, a vu son contrat de thése s'arreter en plein cursus, sans aucune raison valable.
                    stanislas
                    ------------------------------------------------------------------------
                    et durant la guerre du golf de 1991, en .........France, on a trouvé le moyen d'arreter ( ou suspendre ) la carriere naissante d'un jeune...cheb Mami ! (quel rapport au fait ? )
                    c'est dire que le probléme est vraimant trés profond !
                    mais je doit tirer une conclusion heureuse, il ne faut pas répondre à la betise par de la betise, je ne sais pas ce qu'advient du jeune major de l'ecole polytechnique, mais s'il avait la volonté et l'amour pour son travail comme un Mami, et bien, il avancera quand meme, bien que c'est dur, plus que dur !

                    Commentaire


                    • #11
                      Salam

                      J'ai leur coeur brise par cette triste nouvelle. Ma femme et moi presentons nos sinceres condoleances a la famille, aux amies et amis de la defunte Hassiba et prions que Dieu puisses l'acceuillir dans son vaste Paradis.

                      Que justice soit faite.

                      Commentaire


                      • #12
                        On ne blamera jamais assez nos idiots de gouvernants incapablent d'offrir un minimun a leur concitoyens et concitoyennes, juste une petite raison de croire que le reve c'est chez eux et non pas aux pays des mirages...

                        Commentaire


                        • #13
                          Retour au pays pour hassiba

                          La famille de Hassiba accuse les responsables de la prison américaine


                          La dépouille de la jeune Hassiba Belbachir, une Algérienne décédée dans des circonstances troubles, le 17 mars dernier dans une prison américaine, est attendue aujourd’hui à l’aéroport d’Es-Senia.La dépouille, accompagnée de la soeur aînée de la défunte, a quitté Chicago avant-hier à destination de New York pour rallier Casablanca par un vol de Royal Air Maroc. L’arrivée à l’aéroport d’Es-Senia est prévue dans la matinée.

                          La tragique histoire de cette jeune Oranaise suscite l’intérêt des médias, aussi bien américains qu’arabes. Originaire d’Oran, Hassiba Belbachir était âgée de 28 ans. Elle était titulaire d’une maîtrise en espagnol qu’elle avait décrochée en 1995 en Espagne. Lorsque sa mère décéda, en 2000, Hassiba n’avait que 23 ans. Elle a vécu avec son frère Abdelmadjid à Sidi El-Bachir, dans la banlieue ouest d’Oran, jusqu’en 2004 où elle a réussi à décrocher un visa pour la France. Entre-temps, elle s’est installée avec son mari en Espagne avant de rejoindre au mois de décembre 2004 sa soeur aînée Zahia au Canada. Pour découvrir le rêve américain, elle est partie à Chicago en janvier 2005.

                          Selon ses proches, le drame de Hassiba a commencé lorsqu’elle a essayé de rentrer au pays, via le Royaume-Uni. Les autorités britanniques, émettant des doutes sur la validité de son passeport, l’ont renvoyée aux Etats-Unis où elle a été placée le 9 mars dans la prison du comté de McHenry, dans la ville de Chicago. Le 17 du même mois, elle est trouvée morte dans sa cellule. Dans son rapport officiel, la prison du comté de McHenry a conclu au suicide. Une thèse vivement contestée par la famille de la défunte. Pour ses frères et soeurs, Hassiba a toujours été une jeune femme très épanouie, joyeuse et pleine de ressources et qui avait le contact très facile avec les autres.

                          Selon Mohamed Zineddine Belbachir, frère de Hassiba, inspecteur vétérinaire établi en France, la mort de sa soeur est un «crime d’Etat» que les autorités de la prison du comté de McHenry, dans la ville de Chicago, ont voulu maquiller en suicide. En plus, ajoute-t-il, le jour de sa mort (17 mars), à 9h, elle avait contacté sa soeur Zahia par téléphone. Elle était heureuse et avait l’espoir d’être libérée incessamment vu qu’elle n’avait rien à se reprocher, dira-t-elle à sa soeur Zahia, avant de lui promettre de la rappeler l’après-midi. Selon Mohamed Zineddine, ce fut le dernier contact avec Hassiba en vie. A 16h20, Hassiba est décédée.

                          Sa soeur n’aura de nouvelles que le 20 mars par le biais de l’ambassade d’Algérie aux Etats-Unis qui lui a demandé de rejoindre la ville de Chicago pour procéder à l’identification du corps d’une jeune femme qui pourrait bien être celui de sa soeur. Arrivée sur place, Zahia a été d’abord entendue par les éléments du FBI avant de procéder à l’identification du corps de sa soeur, nous confie Mohamed Zineddine.

                          Le rapport d’autopsie effectué par la Direction de la prison de McHenry, a conclu au suicide par strangulation par l’usage d’un collant qui appartient à la victime, soulignant la présence de traces au niveau du cou, relate le frère de la victime. Selon ce même rapport, ajoute-t-il, Hassiba a été trouvée morte dans sa cellule étendue à même le sol.

                          Pour lui, «il est inconcevable qu’on puisse s’étrangler tout seul car l’instinct de survie qui anime chacun de nous, nous empêche d’aller au bout d’une tâche aussi atroce. C’est pour cela, argumente-t-il, que les gens qui veulent se suicider prévoient toujours un mécanisme de pendaison qui, une fois enclenché, ne permet pas un retour en arrière». En plus, ajoute-t-il, la victime avait des contusions inexpliquées au niveau des deux poignets. Mohamed Zineddine précisera, par ailleurs, que sa soeur portait de faux angles «qui sont restés bizarrement intacts». «Il est difficile de croire qu’on puisse s’étrangler par la seule force de ses bras en utilisant un collant, sans qu’on casse le moindre faux angle», s’est-il exclamé. Aussi, ajoute-t-il, dans le rapport d’autopsie, les médecins n’ont relevé aucun symptôme clinique d’exophtalmie (éclatement des vaisseaux sanguins au niveau des yeux, relevé généralement lorsqu’il y a mort par strangulation). Autant de zones d’ombre, assure notre interlocuteur, qui ont amené Zahia, la soeur aînée, à demander qu’une deuxième autopsie soit effectuée par un médecin légiste indépendant. Selon le frère de la défunte, les résultats de cette deuxième autopsie seront connus dans à peu près six semaines. La famille Belbachir, réunie hier au niveau du domicile mortuaire dans le quartier de Victor Hugo à Oran, semblait décidée à poursuivre son combat jusqu’à ce que la vérité éclate au grand jour. «Tant que la vérité n’est pas connue, on ne pourra pas faire le deuil de notre soeur. On exige la vérité même si cela nécessitera l’intervention du président de la République en personne», martèlera Mohamed Zineddine.

                          Le président du Conseil des organisations islamiques de Chicago, Abdelmalek Moudjahid, a estimé que la famille Belbachir avait droit à des réponses claires. Il a également dénoncé la politique de parcage des musulmans dans les prisons, exigeant une enquête fédérale sur le cas Hassiba et sur les pratiques en cours à la prison de McHenry. «Ce sont des prisons pour criminels endurcis et ils n’ont aucune formation pour gérer ces gens qui ne sont chargés d’aucun crime mais qui sont là juste en attente pour être entendus par les services d’immigration.»

                          La tragique histoire de l’Algérienne a fait réagir des associations algéro-américaines du Grand Washington et du Massachusetts, notamment, qui tout en déplorant cette fin tragique ont tenu à présenter leurs condoléances à la famille de la défunte. Les mêmes associations appellent les Algériens candidats à l’immigration à faire preuve de vigilance car, expliquent-elles, les autorités américaines ont adopté des mesures drastiques à l’encontre de l’immigration clandestine.

                          Commentaire

                          Chargement...
                          X